Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Abbaye de Tamié

Tamié - Février 2008

Chronique mensuelle
logo tamié

Chronique de l'Abbaye de Tamié
Février 2008


Vendredi 1er : « La veille de la chandeleur, l’hiver se passe ou... » un dicton comme beaucoup qui est aussi valable que son contraire.

Samedi 2 : Chandeleur - Père Abbé rend visite à P. François à l’hôpital d’Annecy ; il peut lire, mais parle difficilement à cause de ses problèmes respiratoires. Père Abbé lui administre le sacrement des malades. 

Dimanche 3 : Le Carême est un temps qui nous permet d’avoir un cœur réconcilié, réconcilié avec soi-même parce que réconcilié avec Dieu et par là même réconcilié avec les autres. Seul un cœur réconcilié peut être vraiment heureux et libre non seulement dans la pauvreté, mais aussi dans la persécution. Ouvert aux autres, il a soif pour eux de justice et de paix. Et peut-on être un véritable artisan de paix si l’on n’est pas d’abord réconcilié avec soi-même et avec les autres ? Le Royaume des cieux n’est pas conditionné par des pratiques religieuses mais bien par une attitude du cœur.

Lundi 4 : Père François de Sales décède vers 23 h 15 à Annecy après quelques jours d’hospitalisation. À 18 h Frère Pierre était passé le voir, P. François était serein, en pleine lucidité face à l'éventualité de sa mort.

Mercredi 6 : Cendres entrée en carême - L’alléluia est le mot de la victoire du Christ. St Benoît le réserve pour le temps hors du carême, alors que les Orientaux l’ajoutent à l’office des Matines à la place du verset du Psaume 117 : « Le Seigneur est Dieu et il nous est apparu », donnant à cette période une couleur particulière, « c’est le temps de l’Alléluia ! » Lorsque vous jeuner, ne prenez pas un air triste, mais parfumez-vous la tête...

Jeudi 7 : Sépulture de notre Père François de Sales à 10 h 30 par une magnifique journée ensoleillée d’hiver sur une nature toute recouverte de neige. Le Requiem et le Kyrie en grégorien y sont chantés pour rappeler la liturgie que Père François a connue en entrant à Tamié il y a 60 ans. Le français a été introduit pendant son abbatiat (1960-1981).

Samedi 9 : Le matin au Centre St-Pierre de T. Père Abbé accueille l’Assemblée du Parc Régional des Bauges, il présente la dimension spirituelle de l’Abbaye dans cette structure. Les Cisterciens ont pratiqué du « développement durable » depuis les origines, même si le terme n’était pas encore à la mode.

Dimanche 10 : Après le livre sur Sainte Thérèse d’Avila de J.-J. Antier, nous commençons au réfectoire celui de Marcelle Auclair : Bernadette, écrit pour le centenaire des apparitions en 1958 ; c’est notre façon de souligner leur 150e anniversaire. « Il convenait que cette histoire merveilleuse et émouvante fût contée par une femme et je sais gré à l’auteure d’avoir écrit ce livre. Elle l’a fait avec la fine sensibilité d’un coeur intuitif et - ce qui est encore mieux - avec un accent de tendresse humaine, presque maternelle. Tout au long du récit se reflètent une douce lumière et une fraîcheur de sentiment qui en sont comme l’atmosphère naturelle. » (Préface du Card. Feltin)

Vendredi 15 : Dans la Constitution apostolique promulguant la réforme de l’Office, le 1er nov. 1970, Paul VI affirmait : « L'Office étant la prière du Peuple de Dieu tout entier, il a été disposé de telle manière que puissent y participer non seulement les clercs, mais aussi les religieux et les laïcs. (...) La prière de la sainte Église étant donc rénovée et restaurée complètement selon sa très ancienne tradition et en tenant compte des besoins de notre temps, il est très souhaitable qu'elle imprègne, vivifie, pénètre profondément toute la prière chrétienne, qu'elle l'exprime et qu'elle alimente efficacement la vie spirituelle du Peuple de Dieu ».

Dimanche 17 : Frère Raffaële se rend à Lyon pour la conférence de carême qu’il doit donner l’après-midi à Fourvière : La miséricorde, selon l’esprit des Cisterciens. Radio-Fourvière la retransmettra le lundi à 17 h 30.

Mardi 19 : Cécile Dumas, étudiante en musicologie à la Sorbonne fait une recherche sur l’influence de la mélodie du Salve Regina, elle consulte le manuscrit Ms 6, un antiphonaire d’avant 1174 de nos archives et elle pointe le Salve de cette époque : les mots Mater et Virgo ont depuis été ajoutés, mais la mélodie est la même.

Jeudi 21 : Le coffret de 2 CD de nouveaux chants, hymnes et tropaires parcourant l’année liturgique nous arrive des éditions Bayard. Les enregistrements avaient été réalisés en septembre dernier.

Vendredi 22 : Mgr Laurent Ulrich, nouvellement nommé à Lille, fait le tour de ses trois diocèses de Savoie pour les saluts d’adieux ; à 17 h il est à Tamié, la communauté le reçoit une dernière fois au chapitre.

Samedi 23 : Le Salon de l’Agriculture s’ouvre avec des perspectives très différentes de celles d’il y a un an. Il y avait alors un surplus de lait et de beurre ; actuellement la tendance est inversée, les prix ont augmenté en 2007, pour le lait de 33%, pour le blé de 62 %, satisfaction pour une partie de la profession, mais non pour les producteurs de viande, gros acheteurs de céréales ni pour les consommateurs, particulièrement dans les pays pauvres. Le phénomène est mondial et durable.

Lundi 25 : Session sur Joachim de Flore par Yves Bouyle-Bodin. Il était venu en stage en communauté en 1996-97. Il voulut ensuite approfondir la théologie à Lyon. Faisant une maîtrise sur le moyen-âge, il a ainsi découvert Joachim de Flore.

Le journal Le Monde du 25 février fait état des inquiétudes de la communauté catholique algérienne, après des arrestations et des tracasseries administratives.  Du journal Le Monde  du 25 février : « Ce qui inquiète le plus les catholiques, dont le rôle social est hautement apprécié par les Algériens, est que cette campagne, parfois virulente, sape ce qui a fait la qualité des rapports entre musulmans et chrétiens : la confiance. »

Mercredi 27 : Antoine, élève de 16 ans vient vivre 4 jours en communauté pour connaître d’un peu près ce qu’est la vie monastique. Son lycée propose de vivre une expérience de vie dans un milieu à découvrir, certains vont travailler dans une maison d’handicapés.

Jeudi 28 : Au Salon de l’Agriculture, le ministre est attendu. S’agissant de Michel Barnier, d’Albertville, il fallait la photo officielle sur le stand de la Savoie ! Le Dauphiné-Libéré la publie avec Fr. Nathanaël et Fr. Patrice en bonne place, avec d’autres personnalités.