Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Abbaye de Tamié

Chronique Avril 2014

De l'Abbaye de Tamié
logo tamiéChronique de l'Abbaye de Tamié
Avril 2014


Mardi 1 : Fr. Raffaele assure auprès des moniales bénédictines de l’abbaye de La Rochette, le ministère de confesseur extraordinaire. Le lendemain P. Charles Lenoir nous rend un service semblable.

Fr. Pierre-Yves de Taizé propose deux instructions au noviciat et aux Frères intéressés sur la prière à partir de textes cisterciens.

Vendredi 4 : Saint Benoît légifère sur « le temps où on dit l’Alléluia » - Chaque période liturgique a son éclairage particulier, pour rester sensible aux saisons de Dieu, pour aller au-delà de nos états d’âme. En carême le désir spirituel de la Pâque nous prépare à la joie à laquelle nous sommes invités et au temps où nous dirons sans cesse « Amen ! Alléluia ! » comme le commente saint Augustin dans son  sermon 362.

Dimanche 6 : Fr. Alain participe à une retraite « jeûne et prière » chez les augustines de Combloux, 5 jours sans manger, en ne buvant qu’un jus de fruit à midi et un de bouillon le soir, une quinzaine de participants dont deux hommes. Il a beaucoup apprécié.

Fr. Bruno revenu de la session du Stim est satisfait du bon déroulement des cours donnés aux jeunes moines et moniales. Celui sur la Trinité, la christologie, la théologie du salut a été bien traité en 20 heures. L’intervenant a développé la pensée de saint Thomas d’Aquin, pensant que les étudiants n’auront guère l’occasion d’y revenir par la suite. 14 h étaient consacrées à la métaphysique. Il convient d’avoir des notions claires pour faire de la théologie.

avril 08   fenêtres du cloître de l’extérieur

Le chantier des fenêtres du cloître démarre vraiment pas la destruction des bâtis en béton datant de 1930.

fenêtre du cloître   fenêtre du cloître cassée   côté de la fenêtre


Lundi 7 : Fr. Gaël nous introduit à la liturgie de la semaine sainte, aux gestes, aux symboles essentiels : la lumière versus la croix, le pain, le vin, la procession des Rameaux.

Andreas de Berlin, 53 ans, arrive pour un mois en communauté. Il était déjà venu à l’hôtellerie.

Mardi 8 : Benoît 32 ans, serveur saisonnier en restaurant, se joint à nous pour deux mois.

Mercredi 9 : Avant la canonisation de Jean XXIII le 27 avril, un DVD nous le présente.

Dans sa règle saint Benoît précise les offices du jour. Le rythme journalier du moine n’est pas celui d’un salarier : un office toutes les deux ou trois heures et il faut tout lâcher pour y participer. C’est un choix d’amoureux, non logique, mais du coeur. L’amour n’est pas une question d’émotion, mais de continuité, de renonciation, de sacrifice. Mon action devient sacrée du fait de renoncer à quelque chose à laquelle je tiens beaucoup.

Dimanche 13 : La bénédiction des Rameaux se célèbre devant le Centre d’accueil et la procession jusqu’à l’église bénéficie d’un temps printanier.

Lundi 14 : Tout au long de la semaine sainte, nous suivons le Christ sur son chemin de mort et de résurrection.

La messe chrismale se célèbre le soir à la Métropole de Chambéry, les frères Gaël et Bruno comme diacres y participent avec Père abbé et Fr. Jean-Bénilde représentant de notre communauté.

Le saint Suaire, alors propriété de la Maison de Savoie fut hébergé à partir de 1502 à la sainte Chapelle du château de Chambéry. Il fut amené à Turin en 1578 où les ducs de Savoie avait transféré leur capital en 1562. En souvenir de ce passage, une copie numérisée grandeur nature avait été offerte à la sainte Chapelle du Château de Chambéry, en 2012. Cette année une nouvelle copie fut offerte à la métropole du diocèse où elle était exposée au fond du choeur. Un négatif du visage donne une représentation très suggestive, mais l'original est à peine lisible, ainsi que ce qu'ont pu découvrir les personnes qui ont eu l'occasion de voir cet "objet" lors d'une ostentation à Turin.

Dimanche 20 : Pâques - Christ est ressuscité ! - Vraiment il est ressuscité !

"Entrez tous dans la joie de votre Maître ; les premiers et les derniers, acceptez le salaire ; riches et pauvres, réjouissez-vous ensemble ; les sobres et les nonchalants, honorez ce Jour. Ceux qui ont jeûné et ceux qui n’ont pas jeûné, réjouissez-vous de même aujourd’hui ! Que personne ne pleure sa pauvreté, car le Royaume pour tous est apparu. Que personne ne se décourage pour ses péchés, car le pardon a rayonné du Tombeau. Que personne ne craigne la mort, car la mort du Sauveur nous a délivrés. Il a effacé la mort, celui qui fut étreint par elle ; il a fait l’enfer prisonnier, celui qui est descendu dans l’enfer ; il l’a défait, cet enfer, après que son corps en eut goûté. "Où est ton aiguillon, ô Mort ? Où est ta victoire, ô Enfer ?" Le Christ est ressuscité et tu es terrassé. Le Christ est ressuscité et les démons sont tombés. Le Christ est ressuscité et les anges se réjouissent. Le Christ est ressuscité et la Vie est vivante. Le Christ est ressuscité et il n’y a plus de morts dans la tombe : car le Christ, ressuscité des morts, a été les prémices de ceux qui dorment. À lui soient gloire et domination dans les siècles des siècles !" (Sermon de saint Jean Chrysostome, qui aujourd’hui encore est récité dans la nuit de Pâques par l’Église d’Orient)

Lundi 21 : Le lundi de Pâques est férié pour les salariés, les Frères assurent le service minimum à la fromagerie.

Durant les 50 jours qui prolongent la fête de Pâques la liturgie multiplie les « Alléluia ! »

Saint Augustin dans son sermon 362 commente : « Dans le ciel il y aura un repos ineffable qui ne peut guère être expliqué. Je peux dire sans crainte ce que nous ferons, car l'Écriture en parle. Toute notre occupation sera : Amen ! et Alléluia ! Vous vous dites en vous-mêmes : Nous allons dire toujours Amen, Alléluia ! Mais c’est insupportable ! " Ce n'est pas avec des sons qui passent que nous dirons : Amen, Alléluia, mais avec les sentiments de l'âme. Amen veut dire : "C'est vrai ! ", Alléluia veut dire : "Louez Dieu". Au ciel nous verrons la Vérité. Embrasés de l'amour de cette vérité, nous la louerons et nous dirons : "Alléluia ! Brûlants d'amour les uns pour les autres et pour Dieu, nous dirons : "Alléluia ! ", parce qu’ils diront : "Amen !».

Mardi 22 : Un des fruits de notre retraite de janvier mûrit dans le choix du nouveau livre au réfectoire : Cardinal Loris F. Capovilla - Mes années avec Jean XXIII  - Conversations avec Ezio Bolis. Le prédicateur, Père André-Jean nous disait qu’étant ami de Mgr Capovilla ce dernier lui avait parlé longuement de Jean XXIII. Nous retrouvons présentement certaines anecdotes qui nous avaient édifiées pendant notre retraite.

Mercredi 23 : Les supérieurs des quatre monastères de contemplatifs rencontrent à La Rochette notre évêque et le Père Jean Bianchi chargé de la vie religieuse.

Vendredi 25 : Les célébrations de la semaine sainte ont été appréciées par les hôtes. En communauté nous en revoyons le déroulement en vue d’amélioration.

Dimanche 27 : Pour quasimodo la neige descend jusque vers 1200m sur les pentes de la Belle-Étoile en face de l’abbaye et qui nous cache le Mont Blanc.

Père abbé nous sensibilise à l’importance des prochaines élections européennes. Il y a des choses qui ne marchent pas dans l’Europe, mais il y a aussi du positif. Il faut y croire, on continue, on veut l’améliorer. Surtout nous devons sortir de la logique du « chacun pour soi », même au niveau des États.

Mardi 29 : Aux Archives départementales Fr. Jean-Bénilde y rencontre M. Luquet qui lui signale que la numérisation des manuscrits anciens sur parchemins de nos archives pourrait être commencée assez rapidement.

Mercredi 30 : Dans le cadre de la formation permanente et pour la troisième initiation à l’art dans la peinture, Mme Marie-Françoise Hude nous présente une série de tableaux de différentes époques, autour du thème « La joie du ressuscité et la mission des Apôtres sous l’action de l’Esprit Saint ».


Extrait du sermon 362 de saint Augustin : Amen ! Alléluia !

Dans le ciel il y aura un sabbat éternel ; celui que les juifs célèbrent dans le temps, comprenons-le de celui qui dure toujours. Il y aura un repos ineffable qui ne peut guère être expliqué. Je ne puis en parler, et bien que je ne puisse dire ce qu'il sera, car je ne peux encore le voir, je puis pourtant dire sans crainte ce que nous ferons, car l'Écriture en parle. Toute notre occupation sera : Amen et Alléluia. Qu'en dites-vous, frères ? Je vois que vous m'avez entendu et que vous êtes dans la joie !

Mais n'allez pas vous laisser à nouveau attrister par une pensée charnelle, pensant que si quelqu'un parmi vous se tenait debout et disait toute la journée : Amen et Alléluia, il sécherait d'ennui et s'endormirait en répétant ces paroles et ne souhaiterait maintenant que se taire. Et parce que cette vie lui paraîtrait méprisable et bien peu désirable, vous vous dites en vous-mêmes : Nous allons dire toujours Amen, Alléluia ! Mais c’est insupportable ! "

Je vais donc m'expliquer, si je le puis, et autant que je le pourrai. Ce n'est pas avec des sons qui passent que nous dirons : Amen, Alléluia, mais avec les sentiments de l'âme. Que veut dire Amen ? Que veut dire Alléluia ? Amen veut dire : "C'est vrai ! ", Alléluia veut dire : "Louez Dieu". Dieu est vérité immuable, sans déclin ni progrès, sans diminution ni augmentation, il ne penche pas vers l’erreur, mais demeure vérité éternelle, constante et toujours incorruptible. Tout ce que nous faisons dans ce monde créé et dans cette vie, c'est comme des figures de cette vérité, accomplies par les mouvements des corps ; nous y marchons par la foi. Lorsque nous verrons face à face ce que nous voyons maintenant en miroir et en énigme, alors ce sera dans des dispositions bien différentes et avec un sentiment d'amour ineffable que nous dirons : "C'est la vérité ! " Et quand nous dirons cela, nous dirons assurément : "Amen", mais avec un rassasiement insatiable, car rien ne nous manquera, nous serons rassasiés ; et comme celui qui ne nous manquera pas nous réjouira toujours plus, nous jouirons, si l'on peut dire, d'un rassasiement insatiable. Tu seras donc tellement rassasié insatiablement par la Vérité, que tu diras de cette Vérité insatiable : "Amen ! "

À présent, qui pourrait dire "ce que l'œil n'a pas vu, ni l'oreille entendu, ni ce qui n'est pas monté au cœur de l'homme" ? Lors donc que nous verrons la Vérité sans aucun dégoût, avec une délectation continuelle, et que nous la contemplerons avec l'évidence la plus certaine, embrasés de l'amour de cette vérité, et adhérant à elle par un doux et chaste embrassement, nous la louerons aussi par un tel cri, et nous dirons : "Alléluia ! « Bondissant en effet dans une louange égale, brûlant d'amour les uns pour les autres et pour Dieu, tous les habitants de cette cité diront : "Alléluia ! ", parce qu’ils diront : "Amen !».


 Plus par moins
Photos de Frère Didier - Avril 2014

avril 01

avril 02


avril 03


avril 05


avril 09


avril 07




avril 04


avril 10



Compositions florales liturgiques

Jeudi saint

compo jeudi saint



Le saint jour de Pâques

composition pâques