Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Abbaye de Tamié

Chronique Août 2015

Abbaye de Tamié

Chronique de l'abbaye de Tamié
Août 2015

Lundi 3 : Christian Regat commence un mois d’août laborieux pour continuer la rédaction du livre de l’Histoire de Tamié. L’an dernier il avait rédigé la partie jusqu’à dom Pierre de Beaufort mort en 1564. Les 11 mois de réflexion lui ont permis d’en reprendre sa rédaction. Il terminera le 28 août l’abbatiat de dom Arsène de Jougla qu’il connaît bien et aura rédigé un brouillon sur son successeur dom Jacques Pasquier (1727-1734) un fils du fermier de l’abbaye, instruit par dom Cornuty et qui se verra obligé à rencontrer plusieurs fois le roi pour affaires concernant l’abbaye. C’est assez peu banal comme itinéraire.

Mercredi 5 : Alicia Scarcez a travaillé travailler 10 jours à Tamié pour étudier le manuscrit Ms 6 de nos archives. Ce document contient des pièces de la liturgie cistercienne primitive, avec des corrections suite à la réforme du chant patronnée autour de 1142 par Bernard abbé de Clairvaux. Alicia compte mettre au point le texte remanié et augmenté de sa thèse pour 2016. Elle a pu établir que notre manuscrit ancien avait été acquis par dom Alexis Presse, abbé de Tamié (1922-1936) qui en avait tiré une partie de la reconstitution de la liturgie cistercienne primitive et que la communauté avait utilisée pour la première fois à l’occasion de la fête de saint Bernard en 1932.

En juillet-août chaque année le diocèse d’Annecy organise une série de journées de réflexion spirituelle à l’adresse des vacanciers et diocésains. Ce jour l’abbaye de Tamié accueille ceux et celles intéressés par le thème : Tous appelés à la sainteté avec saint François de Sales, Père Michel Tournade, oblat de saint François de Sales en est l’animateur.

Mardi 11 : Après la lettre apostolique du pape François Laudato sì, le lecteur du réfectoire s’empare d’un gros volume : Richelieu : L'aigle et la colombe de Arnaud Teyssier , Perrin, 2014, 526 pages - De Richelieu demeure trop souvent l'image d'un politique froid et déterminé, animé par une ambition sans limites et conduit par les seuls impératifs de la raison d'État. En réinterprétant l'imposante production de ses documents d'État, Arnaud Teyssier propose un Richelieu étonnant qui tranche sur la tradition : un grand politique certes, mais habité par une vision constamment religieuse du monde. Il redessine ainsi une aventure d'homme d'État qui, en des temps tragiques, raisonne constamment en prêtre et lutte pied à pied contre la faiblesse des hommes, celle du roi, celle des Grands, celle des corps constitués, la sienne propre.

Jeudi 13 : Jour de solitude sous le soleil le matin laissant venir quelques nuages l’après-midi. Père abbé s’en va en montagne une hotte d’osier sur le dos. Il en reviendra le soir avec une magnifique récolte de bolets. Frère Antoine les mettra en valeur par un excellent bouillon.

Vendredi 14 : Notre ami Jean Bernard Berghetti handicapé moteur profond arrive avec trois de ses accompagnants, Karim et Caroline, ainsi que par François qui a laissé son épouse passer deux mois au Vietnam avec leur fils Aloïs 2 ans, pour lui faire bénéficier d’un stage dans sa langue maternelle.

Samedi 15 : Assomption de Marie, patronne des Ordres de Cîteaux : OC et de l’OCSO et de tous et chacun de leurs membres.

Les Florimontains fêtent le 90ème anniversaire de la création de leur Association. C’est l’occasion d’un bref retour sur l’histoire, mais surtout de se tourner vers l’avenir.

Le Père Thomas Georgeon chargé des causes de leur béatification nous donne des informations sur celle des 19 martyrs d’Algérie. C’est en bonne voie, mais il y a des embouteillages : 2000 dossiers environ.

Lundi 17 : Après une nuit dans nos murs notre archevêque est invité à nous parler de la vie des diocèses de Savoie. Comme actuel porteur de la mitre du diocèse de Tarentaise il se souvient que saint Jacques d’Assyrie est considéré par la tradition comme le premier évangélisateur et le premier évêque de Tarentaise et les chrétiens de Savoie sont redevables de leur foi à cet apôtre oriental du 8ème siècle. C’est un point supplémentaire pour manifester aux chrétiens du Moyen Orient notre sollicitude à leur égard dans les grandes difficultés et les persécutions dont ils sont victimes.

Mercredi 19 : Christian Regat, notre ami et historien donne à la communauté qu’il connaît bien un montage visuel qu’il commente, sur les oeuvres d’art de Venise, des 13-15ème siècles. Une deuxième séance la semaine suivante sera nécessaire, sans épuiser le sujet.

Jeudi 20 : La fête de saint Bernard nous permet un après-midi chômé.

Père Amédée se présente à ses Frères à partir de sa rencontre avec saint Bernard, débutée au séminaire de Fribourg, grâce à l’abbé Journet futur cardinal, avec le Traité de l’Amour de Dieu, le Traité des douze degrés de l’orgueil. Il nous lit son passage préféré : un extrait du sermon 83 sur le Cantique.

L’abbaye d’Orval en Belgique organise une exposition sur les anciens manuscrits de l’abbaye fondée en 1124. Le monastère avait été pillé et détruit à la suite de la révolution française et de nombreuses pièces d’archives furent dispersées. Après un patient travail de recherche, les moines actuels sont en mesure de faire admirer les documents qui subsistent et qui sont rassemblés pour le temps d’une exposition. L’abbaye de Tamié en détient trois, un calendrier liturgique sur papier de 1775, un graduel sur papier du milieu du 18ème siècle, un petit volume sur parchemin contenant une partie de la plus ancienne vie de saint Bernard composée par l’abbé Geoffroy d’Auxerre, cette copie datant du 12ème siècle et porte l’ex libris d’Orval. Ces pièces précieuses ont été prêtées et transportées à Orval en toute sécurité et sous bonne assurance.

La source des Florimontains se situe un peu en dessous de celle de l’abbaye. Profitant d’un été relativement sec, le captage est repris au niveau de la sortie de l’eau du rocher canalisée de façon hermétique pour éviter les infiltrations superficielles et des racines, jusqu’au réservoir intermédiaire pour être pompée dans le château d’eau alimentant le monastère.

  

Mardi 25 : Un bon groupe de prêtres du diocèse d’Annecy occupe l’hôtellerie pour un temps de retraite prêchée par l’abbé Berlier du diocèse de Lyon.

Mercredi 26 : M. Philippe Broillet candidat au doctorat ès lettres nous informe qu’il soutiendra sa thèse intitulée : Enquête historique sur la fondation du monastère des religieuses cisterciennes de Bellerive : historiographie et archives, le 9 septembre 2015, à l’Université de Genève. Retenons parmi les membres du jury : Dr Benoît Chauvin(CNRS), grand connaisseur de l’histoire des Cisterciens et Dr. Laurent Ripart de Université de Savoie puisque l’abbaye de Bellerive à 5 km à l’est de Genève était une petite-fille du Betton en Savoie, mère des autres monastères : Sainte-Catherine près d’Annecy, Bonlieu vers Sallenôves déménagé à Annecy dans un quartier qui en prit le nom.

Jeudi 27 : Frère Pierre de Tarentaise est opéré à Annecy d’un ménisque, il peut déjà revenir le soir en communauté et aura besoin d’un peu de repos et des séances de rééducation. Il n’en continuera pas moins d’assurer au mieux ses nombreuses responsabilités surtout techniques.

Nicolas Depeyre fauche le plateau en dessous de l’abbaye, nous avons suffisamment de foin pour nos génisses et nous laissons le regain à notre fermier.

Vendredi 28 : Frère Angelo arrive de son monastère de Boschi en Piémont, près de Mondovi, entre Turin et Gênes, il vient dans son abbaye mère pour y vivre sa retraite préparatoire à sa profession solennelle le 8 septembre.

Samedi 29 : Frère Amédée est demandé par les moniales de l’abbaye Notre-Dame de la Paix, de l’Ordre de Cîteaux, il y restera une semaine. Castagniers dans les Alpes Maritime est un joli petit village perché de l'arrière pays Niçois, entouré de collines et posé au milieu d'une généreuse végétation méditerranéenne, avec superbe vue dégagée sur la plaine du Var.

Dimanche 30 : Père abbé était invité à participer à la clôture de la semaine salésienne à Annecy, c’est un lien à entretenir avec le diocèse d’Annecy. Comme il se rend aux funérailles à Timadeuc de dom Paul Houïx ancien abbé, il délègue Fr. Pierre pour représenter la communauté.

Lundi 31 : Ce sont les derniers préparatifs pour la session du Stim (Studium intermonastique) pour 10 jours à partir du 1er septembre dans nos murs, étroits pour accueillir 37 étudiants de différentes communautés monastiques, moines et moniales avec leur tuteur et les enseignants.

 Profitant de temps de relâche, plusieurs jeunes tentent un séjour parmi nous, aucun n’a abandonné, même si tous furent plus ou moins déphasés par rapport à leur propre rythme de vie.

 Plus de 300 000 migrants arrivés en Europe depuis le début de l’année, plus que pendant toute l’année dernière, 2 000 auraient péri en mer.

 Le mois de juillet est en général le plus chaud de l’année. Cette année ce mois a enregistré une température moyenne au niveau mondiale la plus élevée depuis les relevés de températures en 1830.