Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Abbaye de Tamié
Navigation

Homélie - 2nd Avent

Par Frère Marco
logo tamié

Homélie pour
le second dimanche de l'Avent

Convertissez-vous ! (Mt 3, 1-12)

 

Dimanche dernier qui était aussi le premier de l'Avent, l'Évangile nous invitait à la vigilance et la prière pour nous préparer à accueillir la venue du Seigneur

Aujourd'hui, second dimanche de l'Avent, l'Évangile nous offre un compagnon de route pour aller à la rencontre du Seigneur. Ce compagnons de route ce n'est pas n'importe qui, c'est celui-là même que Jésus désigne comme le plus grand des prophètes : Jean le Baptiste.

Jean Baptiste occupe une place centrale dans l'histoire du Salut. " À la jointure de l'Ancienne et de la Nouvelle Alliance, Jean est "l'agrafe" selon l'heureuse expression de saint Jean Chrysologue, l'agrafe qui unie l'Ancien et le Nouveau.

Dans les Évangiles, la Bonne Nouvelle du Royaume s'ouvre toujours avec Jean Baptiste, celui qui a attendu et préparé la venue du Messie, qui lui a rendu témoignage.

Toute la vie du Baptiste a été un véritable chemin préparé pour Celui qui doit venir et Jésus reconnaît dans le ministère de Jean la préparation nécessaire pour accueillir sa propre personne.

 Les artistes soit en Occident soit en Orient lui ont donné eux aussi une place de choix. Je pense en particulier à ces magnifiques "Deisis" byzantines, placées au centre de l'iconostase, juste au dessus des portes royales. On y voit le Christ siégeant en gloire tenant l'Évangile de la main gauche, la droite bénissant. À la droite du Christ Marie, à sa gauche Jean le Baptiste, debout l'un et l'autre, penchés vers le Christ, unissant leurs supplications pour le genre humain" (D.S. "Jean le Baptiste").

http://www.atelier-st-andre.net/fr/pages/oeuvres/fricone01.html

Oui Jean Baptiste précurseur, mais aussi intercesseur, mais surtout, l'ami de Jésus , de l'Époux comme il le dit lui-même.

C'est pour cela, à cause de cette amitié-là que nous pouvons faire confiance à Jean, le prier, le prendre comme compagnon de route, prêter l'oreille à sa voix qui crie en nous. Et que nous crie la voix de Jean ? Elle crie à notre cœur : « Préparez les chemins du Seigneur, aplanissez sa route ».

Jean Baptiste nous invite à préparer la route, la route au Seigneur qui vient, non pas en traçant une route sur le sol, mais dans notre cœur ; non pas dans le désert, mais dans notre vie ; non pas en déblayant le terrain des broussailles et des pierres, mais en purifiant notre coeur.

Bref ! Préparer un chemin pour le Seigneur a donc une signification très concrète : cela signifie entreprendre de réformer sa vie, se convertir. »Convertissez-vous car le Royaume des Cieux est tout proche ! »

Jean Baptiste s'inscrit dans la lignée des prophètes, tel qu'Ézéchiel : « Faites retour et détournez-vous de toutes vos actions mauvaises... Faites-vous un coeur nouveau et un esprit nouveau ! Pourquoi voulez-vous mourir ? Convertissez-vous donc afin d'avoir la vie ! » (Ez 18, 30-32)

La conversion commence toujours par la reconnaissance et la confession des péchés c'est-à-dire par reconnaître les chemins de mort que nous avons empruntés et qui nous empêchent d'aller vers la Vie.

Il s'agit de nous détourner de ces chemins de mort de dire non à « l'orgueil qui conduit à être impitoyable et sans amour envers les autres ; dire non à l'injustice qui trompe le prochain ; dire non à la cupidité, au mensonge, à l'hypocrisie ; dire non aux enivrements de toutes sortes (on peut être ivre non seulement de vin, mais de son intelligence, de sa propre beauté, ou de soi-même...) ». (R. Catalamessa)

 

Jean Baptiste nous invite aujourd'hui à l'Espérance : « Moi, je vous baptise dans l'eau, pour vous amener à la conversion. Mais Lui le Seigneur vous baptisera dans l'Esprit Saint et dans le feu... »

Dans  cette oeuvre de conversion nous ne sommes pas seuls : l'Esprit saint vient en aide à notre faiblesse, il réalise ce que nous ne pouvons pas faire et que nous lui remettons avec confiance, audace et grande humilité.