Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Abbaye de Tamié

Homélie - TO 4 B

Frère Jean
croix - arcabas

Homélie pour le 4ème dimanche
du temps ordinaire - B

Introduction

Que sommes-nous venus chercher ce matin ?
- Une atmosphère de prière et de silence ?
- Une prière de consolation ou d’Espérance ?
- Ou rencontrer Quelqu’un : Jésus-Christ ?

Ce Jésus qui est le Verbe de Dieu,
Qui est Parole de Dieu,
Ce Jésus, charpentier de Nazareth,
Ce Jésus dont les paroles et les actes provoquent ses compatriotes :
- Qu’est-ce que cela veut dire ?
- Quel est cet homme ?
- D’où cela lui vient-il ?

Homélie

 Nous venons d’entendre par l’Évangile de Jésus Christ selon st Marc : Jésus est venu à Capharnaüm avec ses disciples. Le jour du sabbat, il se rend avec eux à la synagogue et comme il l’a fait dans d’autres villes, il enseignait. Marc ajoute : « On était frappé par son enseignement, car il enseignait en homme qui a autorité et non pas comme les scribes ». En effet, les scribes à force de recopier les rouleaux de la Bible (tous les 10 ou 15 ans) la connaissaient, ils la commentaient pour mieux la faire comprendre. Mais, le plus souvent, ils s’abritaient derrière les interprétations de tel ou tel rabbin ou grand scribe plus connu. Jésus, lui, enseignait à la manière des Prophètes, avec cette autorité qui leur venait de Dieu et cela frappait les auditeurs. D’autant que ses paroles étaient confirmées par ses actes qui les accompagnaient.

Dimanche dernier, st Marc nous a donné le résumé de l’enseignement de Jésus :
- « Les temps sont accomplis ;
- « Le Règne de Dieu s’est fait proche ;
- « Convertissez-vous et croyez à l’Évangile. »

Mais ce dimanche, voilà qu’un perturbateur vient troubler cette assemblée religieuse du jour du sabbat. Un homme tourmenté par un esprit mauvais vient interpeller Jésus : « Que nous veux-tu Jésus de Nazareth ? Es-tu venu pour nous perdre ? Je sais fort bien qui tu es : le Saint, le Saint de Dieu ». Mais d’où vient le mal ? Jésus est bien envoyé par Dieu, il est bien le Saint de Dieu ? Mais cette vérité, les auditeurs de Jésus sont dans l’incapacité absolue de la comprendre comme telle. Pour eux, Jésus n’est que ce charpentier de Nazareth (20-30 km de Capharnaüm) dont on commence à entendre parler, sans plus. Lui attribuer un tel titre de « Saint de Dieu » cela ne peut que le déconsidérer auprès de ses compatriotes. D’autant que le perturbateur est connu pour un homme à l’esprit dérangé et ses propos ne peuvent que saper l’autorité de Jésus. Il travaille ainsi à faire échouer le dessein de Dieu dans le cœur des hommes qui ne sont pas prêts à comprendre un tel message. C’est en cela que se manifeste l’Adversaire ou Satan.

C’est alors que Jésus va encore surprendre ses auditeurs. Devant un homme à l’esprit dérangé que l’on considérait comme possédé par l’esprit du Mal, on utilisait des formules magiques selon les diverses religions de l’époque ou des gestes ou des cérémonies compliquées, mais le plus souvent, comme on le fait encore de nos jours, on expulse le perturbateur de la salle, purement et simplement. Jésus, lui, distingue le mal de l’homme qui en est la victime : « Silence, sors de cet homme ! » et c’est par cette seule parole que Jésus libère cet homme. C’est par cette Parole efficace que se manifeste l’autorité de Jésus.

C’est ainsi que Marc, au début de son Évangile, nous présente Jésus comme Celui qui vient libérer les hommes esclaves du Mal, ce Mal qui les retient loin de Dieu. La première étape sur ce chemin de libération nous est indiquée par ces questions que les auditeurs sont conduits à se poser devant les paroles et ces actes de Jésus : « Qu’est-ce que cela veut dire ? » Le début de l’Évangile selon st Marc est ponctué par de telles questions des foules qui le suivent : « Quel est cet homme ? » -  « Quel est donc cet homme ? » - « Pourquoi cet homme parle-t-il ainsi ? » -  « Nous n’avons jamais rien vu de pareil ! ». Combien de fois plus encore, à une question de ses auditeurs Jésus répond par une autre question qui les provoque et nous provoque à chercher, à le chercher. C’est Jean qui nous rapporte comme première parole de Jésus dans son Évangile celle qu’il avait adressée aux deux disciples de Jean le Baptiste qui le suivaient : « Que cherchez-vous ? » Par ses paroles et par ses actes Jésus nous provoque  à chercher ce qui est l’essentiel pour notre vie d’homme.

- Par sa parole et ses actes Jésus vient nous libérer pour nous permettre d’accueillir son Alliance d’amour avec le Père qu’il est venu nous proposer dans la lumière de l’Esprit.

- Notre tentation est de nous installer dans des attitudes religieuses, de nous habiller d’un vêtement de religion avec ses rites et plus encore ses habitudes, sans convertir notre cœur. Nous laissons-nous libérer par les paroles et les actes du Christ ?

- À nous aussi Jésus continue de poser cette question :

« Que cherchez-vous ? »

« Qui cherchez-vous ? »