Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Abbaye de Tamié

Homélie Pentecôte

Par Père Abbé dom Ginepro
colombe eucharistique
Fête de Pentecôte

La venue de l'Esprit Saint sur les disciples (Ac 2, 1-11)
Lecture du livre des Actes des Apôtres

Quand arriva la Pentecôte (le cinquantième jour après Pâques), les disciples se trouvaient réunis tous ensemble. Soudain il vint du ciel un bruit pareil à celui d'un violent coup de vent : toute la maison où ils se tenaient en fut remplie. Ils virent apparaître comme une sorte de feu qui se partageait en langues et qui se posa sur chacun d'eux. Alors ils furent tous remplis de l'Esprit Saint : ils se mirent à parler en d'autres langues, et chacun s'exprimait selon le don de l'Esprit.
Or, il y avait, séjournant à Jérusalem, des Juifs fervents, issus de toutes les nations qui sont sous le ciel. Lorsque les gens entendirent le bruit, ils se rassemblèrent en foule. Ils étaient dans la stupéfaction parce que chacun d'eux les entendait parler sa propre langue. Déconcertés, émerveillés, ils disaient : « Ces hommes qui parlent ne sont-ils pas tous des Galiléens ? Comment se fait-il que chacun de nous les entende dans sa langue maternelle ? Parthes, Mèdes et Élamites, habitants de la Mésopotamie, de la Judée et de la Cappadoce, des bords de la mer Noire, de la province d'Asie,de la Phrygie, de la Pamphylie, de l'Égypte et de la Libye proche de Cyrène, Romains résidant ici, Juifs de naissance et convertis, Crétois et Arabes, tous nous les entendons proclamer dans nos langues les merveilles de Dieu. »

 2ème lecture : « L'Esprit fait de nous des fils » (Rm 8, 8-17)
Lecture de la lettre de saint Paul Apôtre aux Romains
Frères, sous l'emprise de la chair, on ne peut pas plaire à Dieu. Or, vous, vous n'êtes pas sous l'emprise de la chair, mais sous l'emprise de l'Esprit, puisque l'Esprit de Dieu habite en vous. Celui qui n'a pas l'Esprit du Christ ne lui appartient pas. Mais si le Christ est en vous, votre corps a beau être voué à la mort à cause du péché, l'Esprit est votre vie, parce que vous êtes devenus des justes. Et si l'Esprit de celui qui a ressuscité Jésus d'entre les morts habite en vous, celui qui a ressuscité Jésus d'entre les morts donnera aussi la vie à vos corps mortels par son Esprit qui habite en vous. Ainsi donc, frères, nous avons une dette, mais ce n'est pas envers la chair : nous n'avons pas à vivre sous l'emprise de la chair. Car si vous vivez sous l'emprise de la chair, vous devez mourir ; mais si, par l'Esprit, vous tuez les désordres de l'homme pécheur, vous vivrez.
En effet, tous ceux qui se laissent conduire par l'Esprit de Dieu, ceux-là sont fils de Dieu. L'Esprit que vous avez reçu ne fait pas de vous des esclaves, des gens qui ont encore peur ; c'est un Esprit qui fait de vous des fils ; poussés par cet Esprit, nous crions vers le Père en l'appelant : « Abba ! » C'est donc l'Esprit Saint lui-même qui affirme à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu. Puisque nous sommes ses enfants, nous sommes aussi ses héritiers ; héritiers de Dieu, héritiers avec le Christ, si nous souffrons avec lui pour être avec lui dans la gloire.

 Séquence

 Viens, Esprit-Saint, en nos cœurs,
et envoie du haut du ciel
un rayon de ta lumière.

Viens en nous, père des pauvres.
Viens, dispensateur des dons.
Viens, lumière en nos cœurs.

Consolateur souverain,
hôte très doux de nos âmes,
adoucissante fraîcheur.

Dans le labeur, le repos ;
dans la fièvre, la fraîcheur ;
dans les pleurs, le réconfort.

O lumière bienheureuse,
viens remplir jusqu'à l'intime
le cœur de tous tes fidèles.

Sans ta puissance divine,
il n'est rien en aucun homme,
rien qui ne soit perverti.

Lave ce qui est souillé,
baigne ce qui est aride,
guéris ce qui est blessé.

Assouplis ce qui est raide,
réchauffe ce qui est froid,
rends droit ce qui est faussé.

A tous ceux qui ont la foi
et qui en toi se confient,
donne tes sept dons sacrés.

Donne mérite et vertu
donne le salut final
donne la joie éternelle.

L'Esprit Saint vous enseignera tout » (Jn 14, 15-16.23b-26)
Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

À l'heure où Jésus passait de ce monde à son Père, il disait à ses disciples : « Si vous m'aimez, vous resterez fidèles à mes commandements. Moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre Défenseur qui sera pour toujours avec vous : l'Esprit de vérité. Si quelqu'un m'aime, il restera fidèle à ma parole ; mon Père l'aimera, nous viendrons chez lui, nous irons demeurer auprès de lui. Celui qui ne m'aime pas ne restera pas fidèle à mes paroles. Or, la parole que vous entendez n'est pas de moi : elle est du Père, qui m'a envoyé. Je vous dis tout cela pendant que je demeure encore avec vous ; mais le Défenseur, l'Esprit Saint que le Père enverra en mon nom, lui, vous enseignera tout, et il vous fera souvenir de tout ce que je vous ai dit. »

 © AELF

Homélie

Mise à part la douleur physique (qui demanderait une réflexion toute particulière), ce qui nous fait, peut-être, le plus souffrir, nous, les êtres humains, c'est, je crois, la mésentente, l'incapacité d'entrer dans une relation vraie, ou de rétablir une relation authentique avec nos semblables, nos proches parfois. Avec amertume, il nous arrive alors de constater d'être confiné chacun dans nos solitudes ; comme bouclés dans nos univers clos, enfermés... « À qui nous adresser, alors, comment en sortir ? À qui confier nos soucis, nos joies, nos attentes? À personne ?».

À ce niveau il peut nous arriver de vivre des situations de cauchemar : imaginez que vous vous retrouviez soudainement plongés dans un univers qui vous est inconnu, voire hostile. Par exemple, d'être dans un pays étranger sans en comprendre la langue et d'être, en plus, victime d'un accident de voiture, par exemple. Quel désarroi ! Quelle catastrophe : pas de communication possible...

Nous sommes des êtres de relation. La mésentente, l'incompréhension, l'incapacité de dire et de s'entendre, comment pouvoir les soutenir. Quelles situations difficiles à vivre ! Tout cela nous contrarie énormément.

C’est en pensant à des expériences malheureuses de ce genre que nous pouvons mieux comprendre la Parole de Dieu que nous venons de lire. Les caractéristiques (ceux que nous appelons : les dons), de l'Esprit Saint répandu sur les hommes pourraient se résumer, justement, dans cette possibilité d'entente vraie entre les personnes. Dans le livre des Actes des Apôtres, tout ce monde cosmopolite (et l'auteur, dans sa liste, insiste là-dessus) qui vient des lieux les plus disparates de l'Empire Romain, bien qu'étrangers les uns pour les autres, s'étonnent de pouvoir, soudainement, communiquer, de comprendre et d'être compris. C'est l'Esprit Saint qui est descendu sur eux.

Cela pour nous faire saisir que toutes nos divisions qui nous mettent les uns contre les autres peuvent, doivent être dépassées dans l'Esprit de Dieu, lui qui est le Consolateur, le défenseur, celui qui facilite nos ententes : L'ESPRIT de VÉRITÉ, don de Dieu, signe et garantie de la fidélité du Seigneur à notre égard et gage de notre fidélité, nous apprend les relations justes. De cette manière, il devient ainsi notre VIE ; en lui nous sommes justifiés (selon l'expression de l'apôtre Paul) et par ce même esprit, nous devenons fils de Dieu, nous pouvons appeler Dieu : ABBA, papa.

Et voilà que notre vie prend, ou reprend un sens, elle devient digne d'être vécue et nous donne l'énergie capable de la transmettre, cette Vie, autour de nous, aux autres, pour sortir du cercle d'enfermement de nos solitudes, qui seraient contraire à notre épanouissement. C'est pour cela que le don de l'Esprit Saint est capital pour chacun de nous et que nous comprenons pourquoi Jésus insiste tellement sur ce don : et le don qu'il nous fait c'est Dieu en Personne.

C'est donc en vivant cette entente entre nous que nous faisons l'expérience de l'Esprit Saint en nous, Esprit Consolateur qui poursuit et actualise la présence de Jésus, le premier Consolateur de ses disciples.

« L'Esprit de Vérité nous guide à la Vérité tout entière ». Nous savons bien que pour nous chrétiens la Vérité n'est pas une notion abstraite, mais une personne, Jésus le Christ. C'est ainsi que nous pouvons devenir la demeure du Père, car lui, l'Esprit, nous enseignera toute chose et nous rappellera ce que Jésus a dit.

Oui, l'Esprit Saint aujourd'hui nous guide, nous les disciples du Christ et nous fait comprendre et accueillir en profondeur toutes ces réalités que nous ne pourrions pas accueillir autrement.

L'Esprit illumine notre agissement quotidien. C'est pour cela que Jésus dit à ses disciples (à nous) : « Quand l'Esprit Consolateur viendra, lui qui vient du Père, il me rendra témoignage et vous-mêmes (nous) me rendrez témoignage ».

Nous sommes les témoins de Jésus : telle est notre responsabilité et, aussi, notre JOIE.