Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Abbaye de Tamié

Homélie TO 19

Par Frère Marco
arcabas - tamié
Homélie pour le 19ème dimanche
du temps ordinaire

Se tenir prêts pour le retour du Seigneur (Lc 12, 32-48)  Évangile de Jésus Christ selon saint Luc
Jésus disait à ses disciples : « Sois sans crainte, petit troupeau, car votre Père a trouvé bon de vous donner le Royaume. Vendez ce que vous avez et donnez-le en aumône. Faites-vous une bourse qui ne s'use pas, un trésor inépuisable dans les cieux, là où le voleur n'approche pas, où la mite ne ronge pas. Car là où est votre trésor, là aussi sera votre cœur. Restez en tenue de service, et gardez vos lampes allumées. Soyez comme des gens qui attendent leur maître à son retour des noces, pour lui ouvrir dès qu'il arrivera et frappera à la porte. Heureux les serviteurs que le maître, à son arrivée, trouvera en train de veiller. Amen, je vous le dis : il prendra la tenue de service, les fera passer à table et les servira chacun à son tour. S'il revient vers minuit ou plus tard encore et qu'il les trouve ainsi, heureux sont-ils ! Vous le savez bien : si le maître de maison connaissait l'heure où le voleur doit venir, il ne laisserait pas percer le mur de sa maison. Vous aussi, tenez-vous prêts : c'est à l'heure où vous n'y penserez pas que le Fils de l'homme viendra. »
Pierre dit alors : « Seigneur, cette parabole s'adresse-t-elle à nous, ou à tout le monde ? » Le Seigneur répond : « Quel est donc l'intendant fidèle et sensé à qui le maître confiera la charge de ses domestiques pour leur donner, en temps voulu, leur part de blé ? Heureux serviteur, que son maître, en arrivant, trouvera à son travail. Vraiment, je vous le déclare : il lui confiera la charge de tous ses biens. Mais si le même serviteur se dit : 'Mon maître tarde à venir', et s'il se met à frapper serviteurs et servantes, à manger, à boire et à s'enivrer, son maître viendra le jour où il ne l'attend pas et à l'heure qu'il n'a pas prévue ; il se séparera de lui et le mettra parmi les infidèles. Le serviteur qui, connaissant la volonté de son maître, n'a pourtant rien préparé, ni accompli cette volonté, recevra un grand nombre de coups. Mais celui qui ne la connaissait pas, et qui a mérité des coups pour sa conduite, n'en recevra qu'un petit nombre. À qui l'on a beaucoup donné, on demandera beaucoup ; à qui l'on a beaucoup confié, on réclamera davantage. »

© AELF - Paris - 1980 - Tous droits réservés

Homélie

La page d'Évangile que nous venons d'entendre est une sorte de recueil de paroles que Jésus dites à ses disciples pendant qu'ils marchaient vers Jérusalem.

Nous aussi nous sommes invités à nous mettre en marche à la suite de Jésus, à nous mettre à l'écoute des paroles de Vie du Maître bien-aimé.

De ces paroles si riches et si profondes, j'ai retenu quelques mots, deux phrases qui m'ont particulièrement touché.

« Sois sans crainte petit troupeau. Car le Père a trouvé bon de vous donner le Royaume... »

et

« Faites-vous un trésor inépuisable dans les cieux, car là où il y a votre trésor, là aussi sera votre coeur »

«  Sois sans crainte petit troupeau... »

Ces mots par lesquels s'ouvre la page évangélique de ce dimanche ce sont des paroles de grande consolation que Jésus dans son immense tendresse adresse à ses disciples à la toute petite équipe de ses disciples, si petite et si fragile qu'ils seraient tenté de découragement...

D'où « Sois sans crainte petit troupeau..

« En définissant le petit groupe de ses disciples de « petit troupeau »Jésus leur rappelle qu'il est lui le vrai berger, le Bon pasteur à qui le Père a remis le petit troupeau. (E. Bianchi) et que personne peut l'arracher de sa main.

« Sois sans crainte petit troupeau.. »...ta force ne vient pas du grand nombre... ce n'est pas une question de quantité, ta force petit troupeau ne dépend pas du calcul ou d'une stratégie toute humaine... non ta force « petit troupeau » est caché dans ta faiblesse, dans ta fragilité, car ma puissance se déploie dans ta faiblesse. Oui, le Seigneur nous invite à faire notre la prière du psalmiste que nous avons chanté tout à l'heure : «Nous attendons notre vie du Seigneur, il est pour nous un appuie un bouclier. Oui, le Seigneur veille sur ceux qui mettent leur confiance en lui ».

«           Le petit troupeau de l'Église, de nos communautés chrétiennes de nos communautés monastiques n'a rien à craindre des menaces extérieures : La seul menace, le seul danger peut lui venir de l'intérieur... tentation de domination, de pouvoir ,bref de sa propre incapacité à aimer, aimer le Seigneur Jésus, et d'être signe de miséricorde, d'accueil pour tous ceux qui vivent à la périphérie de nos communautés.

L'autre parole de jésus qui a retenu mon attention, c'est :

« Faites-vous un trésor inépuisable dans les cieux, car là où il y a votre trésor, là aussi sera votre coeur. »

Le coeur dans la Bible « est la demeure où je suis, où j'habite. Il est le lieu de la vérité, là où nous choisissons la vie ou la mort... il est le lieu de l'Alliance » (CEC 2563) Pour les Pères de l'Église il est le Paradis de Dieu, le ciel au-dedans de nous.

« Faites-vous un trésor inépuisable dans les cieux, car là où il y a votre trésor, là aussi sera votre coeur. »

Cette parole de Jésus me fait penser à une autre parole, la parole d'un moine qui disait : « le trésor de notre vie c'est Jésus dans nos coeurs » (Guillaume de Saint-Thierry)

Et nous frères et soeurs, que faisons-nous de notre coeur ? Que mettons-nous dans notre coeur... ? Où se trouve mon trésor... ?

« Faites-vous un trésor inépuisable dans les cieux. »

Je trouve que cette parole de Jésus a une fraîcheur toute franciscaine, c'est pour cela que je vous partage quelques lignes tirées des fioretti de saint François d'Assise.

« Frère François et Frère Masseo avaient mendié leur pain dans un village. A l'heure de midi, dans un endroit solitaire, ils s'arrêtent tir le repas. Il y a là une belle fontaine et une belle pierre large, qui va servir de table. Ils y disposent le pain et Fr.. François de s'écrier : » Oh ! Fr. Masseo, nous ne sommes pas dignes d'un tel trésor ! » et de le répéter. Fr. Masseo s'étonne puis il dit à frère. François : « père comment parler de trésor là où il y a tant de pauvreté et manque du nécessaire : ni couteau, ni écuelle, ni nappe, ni maison... » Et François : « c'est précisément cela que je tiens pour un grand trésor qu'il n'y ait rien ici d'âpreté par l'industrie humaine. Ici, tout est don de Dieu, le pain mendié, la table de pierre et l'eau limpide de la fontaine... »

Comment citer saint François d'Assise sans penser au pape François  qui a reçu du Seigneur de conduire le petit troupeau de l'Église du Seigneur aux sources vives de l'Évangile.

"Nous sommes tous des vases d'argile, fragiles et pauvres, mais dans lesquels se trouve le trésor immense que nous portons." (Pape François) et ce trésor c'est le Seigneur Jésus caché dans le coeur.