Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Abbaye de Tamié

Fête du Baptême du Seigneur

Sermon de saint Augustin
Commentaire de l'Évangile de saint Jean
Par saint Augustin (Traité IV, extrait)

Nous lisons dans l’Évangile : «Voici l’Agneau de Dieu, voici celui qui ôte le péché du monde ». [...] Telle était l’excellence de Jean qu’on lui dit : Tu es le Christ? Non, répondit-il. Tu es Elie? Non. Tu es prophète? Non. Pourquoi donc baptises-tu? « Voici l’Agneau de Dieu, voici celui qui ôta le péché du monde. C’est lui de qui j’ai dit: Après moi est venu un homme qui a été mis devant moi, parce qu’il était avant moi. Il est venu après moi », parce que ma naissance a précédé la sienne; « il a été mis devant moi», parce qu’il m’a été préféré; «il était avant moi, parce qu’au commencement il était le Verbe, et le Verbe était en Dieu, et le Verbe était Dieu ».

12. « Pour moi », continue-t-il, « je ne le connaissais pas, mais afin qu’il fût manifesté à Israël, je suis venu baptiser dans l’eau. Et Jean rendit témoignage en disant: J’ai vu le Saint-Esprit descendre du ciel comme une colombe et demeurer sur lui. Cependant je ne le connaissais pas; mais celui qui m’a envoyé baptiser dans l’eau m’a dit : Celui sur qui tu verras l’Esprit descendre et demeurer est celui qui baptise dans le Saint-Esprit. Je l’ai vu et j’ai rendu le témoignage qu’il est le Fils de Dieu ». Que votre charité veuille être un peu attentive : A quel moment le précurseur Jean a-t-il connu le Christ ? D’abord il est envoyé pour baptiser dans l’eau; on lui demande pourquoi il baptise : « Afin », répond-il, « qu’il soit manifesté à Israël ». Quel a été l’utilité du baptême de Jean? Mes frères, si le baptême de Jean avait été utile, il se donnerait encore, les hommes seraient encore baptisés du baptême de Jean, et ils arriveraient ainsi au baptême de Jésus Christ. Mais que dit-il? « Afin qu’il soit manifesté à Israël, c’est-à-dire au peuple d’Israël. C’est donc pour manifester le Christ au peuple d’Israël que Jean est venu baptiser dans l’eau. Jean a reçu la mission de baptiser et de préparer la voie au Seigneur par l’eau de la pénitence, avant l’apparition du Christ ; mais le Sauveur une fois connu, il était inutile de lui préparer la voie, car il s’est fait lui-même la voie de tous ceux qui le connaissent. C’est pourquoi le baptême de Jean n’a pas été de longue durée. Mais dans quel état s’est manifesté le Christ? Dans un état d’humilité, jusqu’à confier à Jean le baptême que Notre Seigneur devait recevoir.

13. Mais le Sauveur avait-il besoin d’être baptisé? Je vous demande à mon tour: Notre-Seigneur avait-il besoin de se faire homme? d’être crucifié? de mourir? d’être mis dans un tombeau? Puisqu’il s’est ainsi abaissé pour nous, pourquoi donc n’aurait-il pas reçu le baptême? Et puisqu’il a reçu le baptême de son serviteur, qu’en conclure, sinon que tu ne dois pas dédaigner de recevoir celui de ton maître? Que votre charité soit attentive. Il devait y avoir plus tard dans l’Église des catéchumènes doués d’une grâce plus parfaite. Ainsi voyez-vous quelquefois un catéchumène s’abstenir de tout commerce charnel, dire adieu au siècle, renoncer à tous ses biens, les distribuer aux pauvres, et quoique simple catéchumène, connaître peut-être mieux la doctrine du salut qu’un grand nombre de fidèles. Il est à craindre pour lui qu’il n’arrive à se dire intérieurement au sujet du saint baptême par lequel les péchés sont remis : « Que recevrai-je que je n’aie déjà? Déjà je suis meilleur que tel ou tel fidèle ». Ce disant il pensera à tels et tels fidèles, les uns mariés, les autres peut-être dépourvus d’intelligence, les autres possédant encore leurs biens, tandis que lui-même a déjà distribué les siens aux pauvres. Alors il s’estimera meilleur que ces fidèles déjà baptisés et il dédaignera de se présenter au baptême. Après tout, se dira-t-il en ayant soin de porter son attention sur ceux dont il fait moins de cas, je ne recevrai que ce que tels et tels ont reçu, et il regardera comme indigne de lui de recevoir ce qu’il sait avoir été reçu par d’autres qu’il juge lui être inférieurs. Cependant, tous ses péchés demeurent sur lui et à moins qu’il se présente à ce baptême salutaire où les péchés sont remis, il ne peut, même avec toute sa supériorité de mérites, entrer dans le royaume des cieux. Aussi, afin d’attirer à son baptême un homme si supérieur aux autres et de lui ménager par ce moyen le pardon de ses péchés, le Sauveur est-il venu lui-même se faire baptiser par son serviteur, il n’y avait en lui rien à remettre, rien à effacer et pourtant il a reçu de son serviteur le baptême. Par là il semblait s’adresser à ce fils orgueilleux et superbe qui ne daigne pas recevoir avec les simples ce qui lui procure la grâce du salut. Par là il semblait lui dire : Si étendues que soient tes prétentions, si haut que monte ton orgueil, quels que soient ton excellence et tes mérites, peuvent-ils être plus grands que les miens? Hé quoi! Je suis venu à mon serviteur, j’ai reçu son baptême et tu dédaignerais de venir à ton maître et d’être baptisé par lui?

14. Sachez-le bien, mes frères, aucun péché n’obligeait Notre Seigneur à venir vers Jean. Les autres évangélistes nous apprennent que le Seigneur arrivant pour être baptisé, Jean lui dit: « Tu viens à moi? C’est moi qui dois être baptisé par toi ». Et que lui répondit Jésus Christ? « Laisse présentement, il faut que toute justice s’accomplisse » (Mt 3, 14, 15). Qu’est-ce à dire : « Il faut que toute justice s’accomplisse ? » Je suis venu mourir pour les hommes, n’est-ce pas juste que je sois aussi baptisé pour eux? Qu’est-ce encore : « Il faut que toute justice s’accomplisse? » Il faut que je porte à son comble mon humilité. Jean était un bon serviteur et le Christ n’aurait pas permis à Jean de le baptiser, quand il a permis à de mauvais serviteurs de le faire souffrir et mourir? Remarquez bien ceci : Puisque Jean baptisait afin que son baptême fît connaître l’humilité du Sauveur, le Christ étant baptisé, personne autre ne devait-il désormais recevoir le baptême de Jean? Plusieurs ont reçu le baptême de Jean, mais après que Jésus Christ l’eut reçu, le baptême cessa aussitôt d’être donné. En effet Jean alors fut mis en prison; car l’on ne voit pas qu’à partir de ce moment quelqu’un ait été baptisé par lui. La raison d’être du baptême de Jean a été de nous manifester l’humilité de Notre Seigneur et nous devons conclure de là que si le Christ a reçu le baptême de son serviteur, nous ne devons pas dédaigner de recevoir celui de notre maître. Mais puisque telle a été la raison d’être du baptême de Jean, il semble que celui-ci n’aurait dû baptiser que le Sauveur. Toutefois si Jean n’avait baptisé que Jésus Christ, plusieurs se seraient rencontrés qui auraient regardé le baptême de Jean comme plus saint que celui de Jésus Christ, sous ce prétexte que Jésus Christ seul a mérité de recevoir le baptême de Jean, tandis que tous les hommes peuvent prétendre à celui de Jésus Christ. Que votre charité m’écoute avec attention. Nous avons tous reçu le baptême de Jésus Christ : en disant cela, j’entends parler non seulement de nous- mêmes, mais encore de l’univers tout entier ; et jusqu’à la fin des siècles c’est ce baptême que l’on recevra. Lequel d’entre nous, n’importe sous quel rapport, peut se comparer à Notre Seigneur dont saint Jean a dit qu’il n’était pas digne de dénouer les cordons de ses souliers? Si donc le Christ, lui si parfait, lui Homme-Dieu, avait été seul à recevoir le baptême de Jean, que n’auraient pas dit les hommes? Quel baptême a été celui de Jean! Quel admirable baptême! Vois : Le Christ seul a mérité de le recevoir. Ainsi le baptême du serviteur aurait dans l’idée générale primé celui du maître. D’autres donc ont reçu le baptême de Jean afin qu’il ne semblât pas meilleur que celui de Notre Seigneur et Notre Seigneur l’a reçu à son tour, afin qu’ayant consenti humblement à être baptisé par le serviteur, les autres serviteurs ne dédaignent pas le baptême du maître. Voilà donc pourquoi Jean a été envoyé.

15. Mais Jean connaissait-il Jésus Christ ou ne le connaissait-il pas? S’il ne le connaissait pas quand Jésus Christ vint au bord du Jourdain, pourquoi disait-il: « C’est moi qui dois être baptisé par toi? » N’était-ce pas dire: Je sais qui tu es? Si donc à ce moment il ne le connaissait pas déjà, assurément il a appris à le connaître quand il a vu la colombe descendre sur lui. Il est certain que la colombe n’est descendue sur le Seigneur qu’après qu’il fut sorti des eaux du Jourdain. Après avoir été baptisé, le Sauveur sortit de l’eau et alors les cieux s’ouvrirent. Or Jean vit descendre sur lui la colombe, la colombe n’est descendue qu’après le baptême de Notre Seigneur. Avant de le baptiser Jean lui a dit: « Comment viens-tu à moi, c’est à moi d’être baptisé par toi » ; dès lors il savait quel était celui à qui il disait: «Comment viens-tu à moi, c’est à moi d’être baptisé par toi ?» ;  Comment donc a-t-il pu dire ensuite: « Pour moi, je ne le connaissais pas, mais celui qui m’a envoyé baptiser dans l’eau m’a dit: Celui sur lequel tu verras descendre le Saint Esprit en forme de colombe, c’est lui qui baptise dans le Saint Esprit ». Question importante, mes frères en saisir la difficulté c’est déjà beaucoup ; daigne le Seigneur nous accorder la grâce de la résoudre. Voici Jean Baptiste, vous le savez; il est sur les bords du Jourdain, arrive Notre Seigneur demandant le baptême qu’il n’a pas encore reçu, Jean va parler: « Comment», s’écrie-t-il, « tu viens à moi, mais c’est à moi d’être baptisé par toi ! » Déjà donc il connaît Notre Seigneur puisqu’il veut être baptisé par lui. Après avoir été baptisé, Notre Seigneur sort de l’eau, les cieux s’ouvrent, le Saint Esprit descend sur lui. Alors Jean apprend à le connaître. Si alors seulement il apprend à le connaître, comment a-t-il pu dire quelques instants auparavant: « C’est à moi d’être baptisé par « toi? » Mais s’il n’apprend pas alors à le connaître parce qu’il le connaissait déjà, comment peut-il s’exprimer ainsi? « Je ne le connaissais pas; mais celui qui m’a envoyé baptiser dans l’eau m’a dit: Celui sur qui tu verras descendre et demeurer le Saint Esprit en forme de colombe, c’est lui qui baptise dans le Saint Esprit ».