Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Abbaye de Tamié

Homélie TO 2

Par Frère Marco
croix - arcabas
Homélie pour le deuxième dimanche
du temps ordinaire

 « Voici l'Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde » (Jn 1, 29-34)
Évangile de Jésus Christ selon saint Jean
Comme Jean Baptiste voyait Jésus venir vers lui, il dit : « Voici l'Agneau de Dieu, qui enlève le péché du monde ; c'est de lui que j'ai dit : Derrière moi vient un homme qui a sa place devant moi, car avant moi il était. Je ne le connaissais pas ; mais, si je suis venu baptiser dans l'eau, c'est pour qu'il soit manifesté au peuple d'Israël. »
Alors Jean rendit ce témoignage : « J'ai vu l'Esprit descendre du ciel comme une colombe et demeurer sur lui. Je ne le connaissais pas, mais celui qui m'a envoyé baptiser dans l'eau m'a dit : 'L'homme sur qui tu verras l'Esprit descendre et demeurer, c'est celui-là qui baptise dans l'Esprit Saint.' Oui, j'ai vu, et je rends ce témoignage : c'est lui le Fils de Dieu. »

© AELF - Paris 1980

 Homélie

 

Après les fêtes de Noël, de l'Épiphanie et du Baptême du Seigneur, aujourd'hui ce sont les dimanches du temps ordinaire qui commencent. Temps de tous les jours, où au fil du quotidien nous apprenons à découvrir la fidélité et la présence du Seigneur, qui vient, qui vient vers nous, dans notre histoire, dans notre vie quotidienne, comme en témoigne, l'Évangile de ce jour : « Jean -Baptiste voit Jésus venir vers lui... »

C'est ainsi que ce matin, Jean-Baptiste, ce grand Témoin de la rencontre avec Jésus «tourne notre regard vers Jésus qui vient ».

 « C'est le mystère que nous avons célébré à Noël. Jésus venu habiter chez les hommes, pour créer la rencontre, nouer une relation. « Seigneur, apprends-nous à te voir, à te voir avec les yeux du Baptiste, venir vers nous ! »

« Être chrétiens, écrivait le père Martelet (décédé ces jours-ci), c'est rencontrer le Christ, l'avoir rencontré, continuer à le faire, s'attacher à Lui, essayer de mettre ses pas dans les siens. Cela signifie et suppose qu'on sache, ou qu'on cherche à savoir qui Il est, comment Il se conduit, ce qu'Il apporte de si neuf... »

Jean-Baptiste, lui, a fait cette rencontre, rencontre qui a bouleversé sa vie et cette rencontre c'est là, au bord du Jourdain qu'elle a eu lieu. C'est là qu'au milieu de la foule, il a vu, oui, il a vu Jésus, ce cousin Jésus qu'il connaissait si bien, il l'a vu venir vers lui. Dans ce Jésus qu'il connaissait, il a reconnu celui qu'il ne connaissait pas : « l'Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde »...

Oui, dit-il, « j'ai vu et je rends témoignage. C'est lui le Fils de Dieu ! »

Et nous frères et soeurs et nous, qu'en est-il de nous ? Qu'en est-il de notre rencontre avec le Seigneur ?

Où trouverons-nous, Celui qui vient à notre rencontre ? Où pourrons-nous le voir ?

L'Évangile mes amis est le lieu de cette rencontre, le lieu où Jésus vient vers nous. L'Évangile a été écrit pour être reçu, reçu par nous comme une personne. L'Évangile il est là pour nous ouvrir à cette rencontre quotidienne, pour qu'en rencontrant la personne du Christ, nous entrions aussi dans sa connaissance, son amour, sa vie...

Il faut reconnaître que parfois, dans l'Évangile nous y cherchons plus des prescriptions morales que la personne du Seigneur Jésus (P. Martelet).

Pourtant, pourtant, l'Évangile est par excellence le lieu de la rencontre, de l'enfantement, à une nouvelle relation avec le Seigneur. C'est en lisant, en priant l'Évangile que nous pouvons découvrir qui véritablement est Jésus pour bâtir une nouvelle relation avec Lui.

Ce n'est que par une telle rencontre que les paroles du Fils de Dieu peuvent véritablement irriguer notre vie de chrétiens, la transformer, faire de nous, non pas des esclaves, non pas des serviteurs, mais des amis, des amis de l'Époux, comme en témoigne Jean-Baptiste : « L'ami de l'Époux se tient là, il l'écoute et la voix de l'Époux le comble de joie. Telle est ma joie et elle est parfaite » (Jn 3, 29-30).

« Ton passage Agneau de Dieu,
A croisé nos chemins,
et nous t'avons suivi :

nous cherchons ta demeure...
Accueille-nous aujourd'hui près de Toi » (CFC)