Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Abbaye de Tamié
Navigation

SB - Marie étoile de la mer

Sermon de saint Bernard
vierge visage - arcabas
19ème dimanche du temps ordinaire


1ère lecture : Le Seigneur se manifeste à Élie (1 R 19, 9a.11-13a)
Lecture du premier livre des Rois
Lorsque le prophète Élie fut arrivé à l'Horeb, la montagne de Dieu, il entra dans une caverne et y passa la nuit. La parole du Seigneur lui fut adressée : « Sors dans la montagne et tiens-toi devant le Seigneur, car il va passer. » À l'approche du Seigneur, il y eut un ouragan, si fort et si violent qu'il fendait les montagnes et brisait les rochers, mais le Seigneur n'était pas dans l'ouragan ; et après l'ouragan, il y eut un tremblement de terre, mais le Seigneur n'était pas dans le tremblement de terre ; et après ce tremblement de terre, un feu, mais le Seigneur n'était pas dans ce feu ; et après ce feu, le murmure d'une brise légère. Aussitôt qu'il l'entendit, Élie se couvrit le visage avec son manteau, il sortit et se tint à l'entrée de la caverne.

Évangile : Jésus se manifeste aux Apôtres ; il fait marcher Pierre sur la mer (Mt 14, 22-33)
Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

Aussitôt après avoir nourri la foule dans le désert, Jésus obligea ses disciples à monter dans la barque et à le précéder sur l'autre rive, pendant qu'il renverrait les foules. Quand il les eut renvoyées, il se rendit dans la montagne, à l'écart, pour prier. Le soir venu, il était là, seul. La barque était déjà à une bonne distance de la terre, elle était battue par les vagues, car le vent était contraire.
Vers la fin de la nuit, Jésus vint vers eux en marchant sur la mer.
En le voyant marcher sur la mer, les disciples furent bouleversés. Ils disaient : « C'est un fantôme », et la peur leur fit pousser des cris. Mais aussitôt Jésus leur parla : « Confiance ! C'est moi ; n'ayez pas peur ! » Pierre prit alors la parole : « Seigneur, si c'est bien toi, ordonne-moi de venir vers toi sur l'eau. » Jésus lui dit : « Viens ! » Pierre descendit de la barque et marcha sur les eaux pour aller vers Jésus. Mais, voyant qu'il y avait du vent, il eut peur ; et, comme il commençait à enfoncer, il cria : « Seigneur, sauve-moi ! » Aussitôt Jésus étendit la main, le saisit et lui dit : « Homme de peu de foi, pourquoi as-tu douté ? » Et quand ils furent montés dans la barque, le vent tomba. Alors ceux qui étaient dans la barque se prosternèrent devant lui, et ils lui dirent : « Vraiment, tu es le Fils de Dieu ! »

© AELF - Paris 1980

 

Marie, Étoile de la Mer

Extrait d’un sermon 3 de saint Bernard

Sur les Gloires de la Vierge Marie

Ce nom de Marie dont la signification signifie l’étoile de la mer, ce nom convient merveilleusement à la Vierge mère, c’est en effet avec bien de la justesse qu’elle est comparée à un astre. Elle est en effet la noble étoile de Jacob qui brille dans les cieux, rayonne dans les enfers, illumine le monde, échauffe les âmes bien plus que les corps, consume les vices et enflamme les vertus. Elle est belle et admirable cette étoile qui s’élève au-dessus du vaste océan, qui étincelle de qualités et qui instruit par ses clartés.

Ô toi qui flottes sur les eaux agitées de la vaste mer et qui vas à la dérive plutôt que tu n’avances au milieu des orages et des tempêtes, regarde cette étoile, fixe tex yeux sur elle et tu ne seras pas englouti par les flots.

Quand les fureurs de la tentation se déchaîneront contre toi, quand tu seras assaillis par les tribulations et poussé vers les écueils, regarde Marie, invoque Marie.

Quand tu gémiras dans la tourmente de l’orgueil, de l’ambition, de la médisance et de l’envie, lève les yeux vers l’étoile, invoque Marie.

Si la colère ou l’avarice, si les tentations de la chair assaillent ton esquif, regarde Marie.

Si, accablé par l’énormité de tes crimes, confus des plaies hideuses de ton coeur, épouvanté par la crainte des jugements de Dieu, tu te sens entraîné dans le gouffre de la tristesse et sur le bord de l’abîme du désespoir, un cri à Marie, un regard à Marie.

Dans les périls, dans les angoisses, dans les perplexités, invoque Marie, pense à Marie.

Que ce doux nom ne soit jamais loin de ta bouche, jamais loin de ton coeur ; mais pour obtenir une part à la grâce qu’il renferme, n’oublie pas les exemples qu’il te rappelle.

En suivant Marie, on ne s’égare pas, en priant Mares on ne craint pas le désespoir, en pensant à Marie on ne se trompe pas. Si elle te tient par la main, tu ne tomberas pas, si elle te protège  tu n’auras rien à craindre, si elle te conduit tu ne connaîtras pas la fatigue et si elle t’est favorable, tu es sûr d’arriver.

Tu comprendras ainsi par ta propre expérience pourquoi il est écrit : « le nom de la vierge était Marie ».

OCR Tamié