Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Abbaye de Tamié

Homélie Avent 4

Par Frère Marco
4 cierges
4ème dimanche de l'Avent

1ère lecture : La royauté de David subsistera toujours devant le Seigneur (2 S 7, 1...16)
Lecture du deuxième livre de Samuel
Le roi David habitait enfin dans sa maison. Le Seigneur lui avait accordé la tranquillité en le délivrant de tous les ennemis qui l’entouraient. Le roi dit alors au prophète Nathan : « Regarde ! J’habite dans une maison de cèdre, et l’arche de Dieu habite sous un abri de toile ! » Nathan répondit au roi : « Tout ce que tu as l’intention de faire, fais-le, car le Seigneur est avec toi. » Mais, cette nuit-là, la parole du Seigneur fut adressée à Nathan : « Va dire à mon serviteur David : Ainsi parle le Seigneur : Est-ce toi qui me bâtiras une maison pour que j’y habite ? C’est moi qui t’ai pris au pâturage, derrière le troupeau, pour que tu sois le chef de mon peuple Israël. J’ai été avec toi partout où tu es allé, j’ai abattu devant toi tous tes ennemis. Je t’ai fait un nom aussi grand que celui des plus grands de la terre. Je fixerai en ce lieu mon peuple Israël, je l’y planterai, il s’y établira et ne tremblera plus, et les méchants ne viendront plus l’humilier, comme ils l’ont fait autrefois, depuis le jour où j’ai institué des juges pour conduire mon peuple Israël. Oui, je t’ai accordé la tranquillité en te délivrant de tous tes ennemis. Le Seigneur t’annonce qu’il te fera lui-même une maison. Quand tes jours seront accomplis et que tu reposeras auprès de tes pères, je te susciterai dans ta descendance un successeur, qui naîtra de toi, et je rendrai stable sa royauté. Moi, je serai pour lui un père ; et lui sera pour moi un fils. Ta maison et ta royauté subsisteront toujours devant moi, ton trône sera stable pour toujours. »

Psaume : 88 (89)
R/ Ton amour, Seigneur, sans fin je le chante !

L’amour du Seigneur, sans fin je le chante ;
ta fidélité, je l’annonce d’âge en âge.
Je le dis : c’est un amour bâti pour toujours ;
ta fidélité est plus stable que les cieux.

« Avec mon élu, j’ai fait une alliance,
j’ai juré à David, mon serviteur :
J’établirai ta dynastie pour toujours,
je te bâtis un trône pour la suite des âges. »

« Il me dira : ‘Tu es mon Père,
mon Dieu, mon roc et mon salut !’
Sans fin je lui garderai mon amour,
mon alliance avec lui sera fidèle. »

2ème lecture : Le mystère gardé depuis toujours dans le silence est maintenant manifesté (Rm 16, 25-27)
Lecture de la lettre de saint Paul apôtre aux Romains

Frères, à Celui qui peut vous rendre forts selon mon Évangile qui proclame Jésus Christ : révélation d’un mystère gardé depuis toujours dans le silence, mystère maintenant manifesté au moyen des écrits prophétiques, selon l’ordre du Dieu éternel, mystère porté à la connaissance de toutes les nations pour les amener à l’obéissance de la foi, à Celui qui est le seul sage, Dieu, par Jésus Christ, à lui la gloire pour les siècles. Amen.

« Voici que tu vas concevoir et enfanter un fils » (Lc 1, 26-38)
Acclamation :
Alléluia. Alléluia. Voici la servante du Seigneur ; que tout m’advienne selon ta parole. Alléluia. (Lc 1, 38)

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc
En ce temps-là, l’ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée, appelée Nazareth, à une jeune fille vierge, accordée en mariage à un homme de la maison de David, appelé Joseph et le nom de la jeune fille était Marie.
L’ange entra chez elle et dit : « Je te salue, Comblée-de-grâce, le Seigneur est avec toi. » À cette parole, elle fut toute bouleversée, et elle se demandait ce que pouvait signifier cette salutation. L’ange lui dit alors : « Sois sans crainte, Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu. Voici que tu vas concevoir et enfanter un fils ; tu lui donneras le nom de Jésus. Il sera grand, il sera appelé Fils du Très-Haut ; le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David son père ; il régnera pour toujours sur la maison de Jacob, et son règne n’aura pas de fin. »
Marie dit à l’ange : « Comment cela va-t-il se faire, puisque je ne connais pas d’homme ? »
L’ange lui répondit : « L’Esprit Saint viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre ; c’est pourquoi celui qui va naître sera saint, il sera appelé Fils de Dieu. Or voici que, dans sa vieillesse, Élisabeth, ta parente, a conçu, elle aussi, un fils et en est à son sixième mois, alors qu’on l’appelait la femme stérile. Car rien n’est impossible à Dieu. »
Marie dit alors : « Voici la servante du Seigneur ; que tout m’advienne selon ta parole. »
Alors l’ange la quitta.

© AELF - 2013 Paris - Nouvelle traduction

Homélie

«  En ce temps là, l'ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée appelée Nazareth, à une jeune fille, vierge, accordée en mariage à un homme de la maison de David appelé Joseph ; et le nom de la jeune fille était Marie. »

« Au terme de l'attente
Voici l'aurore !
Dans le coeur de Marie, l'espérance
Prend corps.
Dieu veut demeurer parmi nous ! »

Seigneur que ta volonté soit faites !

Le récit de l'Annonciation est le récit de la vocation de Marie... récit de l'appel, de cet appel unique de Dieu... de ce Dieu qui veut devenir comme l'un de nous pour que nous devenions éternels, et qui pour réaliser cela mendie le consentement d'une femme... une femme de notre race nommée Marie.

C'est là, bien évidemment la vocation unique et particulière de Marie, qui par son « oui », son libre consentement, réalise le voeu le plus cher de Dieu. Demeurer parmi nous, pour nous communiquer sa vie

« Marie, dans le mystère de l'Annonciation, présente la figure symbolique de la vie chrétienne... comme elle nous aussi nous sommes invités à nous laisser rencontre par Dieu, à écouter sa Parole, à nous faire accueil, ouverture, totale réceptivité, à la Parole vivante de Dieu... Mystère de l'incarnation de cette Parole dans le coeur, et dans la vie de celui qui l'écoute avec Foi et Amour » (P. B.J. Saiman)

Ce qu'est advenu en Marie d'une façon unique, se réalise spirituellement pour nous dans la Foi, car « le Seigneur veut que toi aussi, oui toi aussi soit une mère pour Lui » (Guerric d'Igny)

Dans le mystère de l'Annonciation écrivait le P. de Lubac, le Chrétien, comprend que cette venue historique du Verbe de Dieu parmi les hommes, n'est encore qu'un commencement : il faut maintenant que le Verbe naisse, oui, naisse en lui, pour que se réalise ce pourquoi Il est venu sur notre terre. » « Ô chrétien... ouvre ton coeur, dilate ton amour, ne le ferme pas, reçois celui que la créature ne peut pas contenir. Ouvre à la Parole de Dieu ton oreille, pour l'écouter, c'est-à-dire... ouvre le chemin de ton coeur à l'Esprit Saint, qui doit concevoir en toi le Christ » (Guerric d'Igny)

Oui, ouvrons-nous à l'action transformante de l'Esprit Créateur pour que le Verbe de Dieu devienne chair de notre chair... sang de notre sang.

L'Annonciation du Seigneur à Marie, allume dans la nuit de notre monde... au coeur de tant de désespérance et de découragement une formidable lumière d'Espérance...

Le Seigneur pose un incroyable acte de Foi en l'homme:
« Descendant vers ses créatures, prenant leur forme et partagent leur vie... le Seigneur montre toute la valeur qu'il accorde à l'homme... qu'il accorde à ce monde.

L'homme dont le Christ prend le visage, devient lui-même visage du Christ, se constitue demeure du Christ. Plus encore : il reflète le Christ devient un Christ » (Dumitru Staniloae)

« Bienheureux, , oui, bienheureux celui qui croit que s'accomplira la Parole de Dieu pour tous les hommes qu'Il aime »