Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Abbaye de Tamié

2ème dimanche TO

Homélie par Frère Marco
cana
Noce de Cana par Giotto

2ème dimanche
du temps ordinaire

1ère lecture : « Comme la jeune mariée fait la joie de son mari » (Is 62, 1-5)
Lecture du livre du prophète Isaïe

Pour la cause de Sion, je ne me tairai pas, et pour Jérusalem, je n’aurai de cesse que sa justice ne paraisse dans la clarté, et son salut comme une torche qui brûle. Et les nations verront ta justice ; tous les rois verront ta gloire. On te nommera d’un nom nouveau que la bouche du Seigneur dictera. Tu seras une couronne brillante dans la main du Seigneur, un diadème royal entre les doigts de ton Dieu. On ne te dira plus : « Délaissée ! » À ton pays, nul ne dira : « Désolation ! » Toi, tu seras appelée « Ma Préférence », cette terre se nommera « L’Épousée ». Car le Seigneur t’a préférée, et cette terre deviendra « L’Épousée ». Comme un jeune homme épouse une vierge, ton Bâtisseur t’épousera. Comme la jeune mariée fait la joie de son mari, tu seras la joie de ton Dieu.

2ème lecture : « L’unique et même Esprit distribue ses dons, comme il le veut, à chacun en particulier » (1 Co 12, 4-11)
Lecture de la première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens

Frères, Soeurs, les dons de la grâce sont variés, mais c’est le même Esprit. Les services sont variés, mais c’est le même Seigneur. Les activités sont variées, mais c’est le même Dieu qui agit en tout et en tous. À chacun est donnée la manifestation de l’Esprit en vue du bien. À celui-ci est donnée, par l’Esprit, une parole de sagesse ; à un autre, une parole de connaissance, selon le même Esprit ; un autre reçoit, dans le même Esprit, un don de foi ; un autre encore, dans l’unique Esprit, des dons de guérison ; à un autre est donné d’opérer des miracles, à un autre de prophétiser, à un autre de discerner les inspirations ; à l’un, de parler diverses langues mystérieuses ; à l’autre, de les interpréter. Mais celui qui agit en tout cela, c’est l’unique et même Esprit : il distribue ses dons, comme il le veut, à chacun en particulier.

« Tel fut le commencement des signes que Jésus accomplit. C’était à Cana de Galilée » (Jn 2, 1-11)

Alléluia. Dieu nous a appelés par l’Évangile à entrer en possession de la gloire de notre Seigneur Jésus Christ. Alléluia.

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean


En ce temps-là, il y eut un mariage à Cana de Galilée. La mère de Jésus était là. Jésus aussi avait été invité au mariage avec ses disciples. Or, on manqua de vin. La mère de Jésus lui dit : « Ils n’ont pas de vin. » Jésus lui répond : « Femme, que me veux-tu ? Mon heure n’est pas encore venue. » Sa mère dit à ceux qui servaient : « Tout ce qu’il vous dira, faites-le. » Or, il y avait là six jarres de pierre pour les purifications rituelles des Juifs ; chacune contenait deux à trois mesures, (c’est-à-dire environ cent litres). Jésus dit à ceux qui servaient : « Remplissez d’eau les jarres. » Et ils les remplirent jusqu’au bord. Il leur dit : « Maintenant, puisez, et portez-en au maître du repas. » Ils lui en portèrent. Et celui-ci goûta l’eau changée en vin. Il ne savait pas d’où venait ce vin, mais ceux qui servaient le savaient bien, eux qui avaient puisé l’eau. Alors le maître du repas appelle le marié et lui dit : « Tout le monde sert le bon vin en premier et, lorsque les gens ont bien bu, on apporte le moins bon. Mais toi, tu as gardé le bon vin jusqu’à maintenant. »

 Tel fut le commencement des signes que Jésus accomplit. C’était à Cana de Galilée. Il manifesta sa gloire, et ses disciples crurent en lui.

© AELF - Paris 2013

Homélie

Chaque année le deuxième dimanche du temps ordinaire... est un dimanche extraordinaire... .

En effet au lieu de commencer à lire l'Évangile de Luc qui est l'Évangile qui va nous accompagner tout au long de cette année... la liturgie de la Parole nous offre une page de l'Évangile selon saint Jean... Les noces de Cana .Dernier triptyque des Manifestations de Jésus

À l'Épiphanie, à travers la visite des Mages le Christ s'était manifesté comme la Lumière des Nation... Au Baptême, dimanche dernier, Jésus s'est révélé comme le Fils Bien-Aimé, et aujourd'hui à Cana le Seigneur se dévoile comme l'Époux

« En ce temps là il y eu un mariage... » litt... « Le troisième jour... »

Cette notation de l'Évangéliste est très importante  Les noces de Cana ont eu lieu trois jours après l'appel des premiers disciples dont les noms et les visages nous sont si familier... André, son frère Pierre, Philippe , Nathanaël... « On aurait pu imaginer écrit Jean Vanier que Jésus veuille donner une formation spirituelle et intellectuelle à ses hommes appelés dans l'avenir à jouer un rôle important... les amener dans une école pour approfondir leur connaissance de la Torah, des Écritures, des prophètes... » Mais à notre grand étonnement Jésus ne fait rien de cela... mais il les amène à une grande fête... à des noce... à Cana en Galilée... Oui, c'est là que ses premiers disciples commencent leur chemin de foi...

Et, c'est là à Cana sous le signe de la fête , de la Joie, du bonheur partagé ... .que Jésus inaugure sont ministère publique... son Évangile/ sa Bonne Nouvelle... l'amour est notre destin ultime... et nous sommes tous appelés à l'extraordinaire repas des noces divines » (Jn Vanier)

Cana c'est la manifestation de Jésus comme l'Époux... L'Époux venu établir avec son peuple, avec toute l'Humanité une Alliance éternelle, selon les paroles du prophète Isaïe « C'est la joie de l'Époux au sujet de l'Épouse que Dieu éprouve à ton sujet » (Is

Et le vin... le vin qui coule à flot... et du bon vin est le symbole de cette joie de l'Amour... de se savoir aimé... mais le vin de Cana est déjà prophétie annonce du sang versé pour nous pour seller l'Alliance éternelle... Me viennent à l'esprit ces mots que Blaise Pascal entendit un jour... « Ce sang... c'est pour toi que je l'ai versé... »

 

Ensuite... Cana c'est Jésus... mais aussi Marie... Marie est là... Femme attentive, femme prévoyante qui voit... qui s'aperçoit d'un problème très important pour les mariés : le vin est fini, le vin, symbole de la joie de la fête.

Marie découvre la difficulté, la fait sienne dans un certain sens et, avec discrétion, agit immédiatement. Elle ne reste pas là à regarder, elle ne s'attarde pas à exprimer des jugements mais elle s'adresse à Jésus et lui présente le problème tel qu'il est : « ils n'ont pas de vin » (Jn 2,3).

Et quand Jésus lui répond que son « heure n'est pas encore arrivée », elle dit aux serviteurs : « Tout ce qu'il vous dira, faites-le » (v. 5).

Alors Jésus accomplit le miracle, transformant une grande quantité d'eau en vin, un vin qui apparaît toute de suite le meilleur de toute la fête.

Mais Cana c'est aussi les serviteurs... à qui Marie s'adresse... . « Tout ce qu'il vous dira, faites-le » (Jn 2,5).

Évidemment, le miracle a lieu par l'oeuvre de Jésus ; toutefois, il veut se servir de l'aide humaine pour accomplir le prodige. Il aurait pu faire apparaître directement le vin dans les jarres. Mais il veut compter sur la collaboration humaine et demande aux serviteurs de les remplir d'eau. Comme il est précieux et agréable à Dieu d'être au service des autres ! Cela plus que toute autre chose nous rend semblables à Jésus, qui « n'est pas venu pour être servi mais pour servir » (Mc 10,45).

 

Ces personnages anonymes que sont les serviteurs nous enseignent tant de choses. Non seulement ils obéissent, mais ils obéissent généreusement : ils remplissent les jarres jusqu'au bord (cf. Jn 2,7). Ils ont confiance en la Mère et font immédiatement et bien ce qui leur est demandé, sans se plaindre, sans tergiverser. »

 

Nous pouvons nous aussi être des mains, des bras, des coeurs qui aident Dieu à accomplir ses prodiges, souvent cachés. (Pape François)

 

En conclusion,

Le récit des Noces de Cana est un récit qui nous invite à entrer dans le bonheur de l'Alliance. Mais, il faut savoir que ce bonheur ne nous est pas donné subitement; il ne vient pas en un jour ("Mon heure n'est pas encore venue" dit Jésus).

Il faut s'armer de patience, puis se préparer en écoutant, en faisant confiance et en suivant le chemin de Jésus. («Faites tout ce qu'il vous dira.»).

C'est peu à peu que l'eau de notre coeur se transformera en vin: c'est peu à peu que nous découvrirons la joie, le bonheur de vivre avec Dieu... la joie, le bonheur de servir ses frères et soeurs en humanité.»

Je dormais et je rêvais que la vie n'était que joie.
Je m'éveillais, et je vis que la vie n'est que service.
Je servis et je compris que le service est joie.

                                                                              (Tagore)