Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Abbaye de Tamié

Homélie Sainte Trinité

Par Frère Antoine

Icône de la Très Sainte Trinité de Roublev
Moscou (1411)

Fête de la Très Sainte Trinié
Père Fils Esprit
1ère lecture : La Sagesse a été conçue avant l’apparition de la terre (Pr 8, 22-31)
Lecture du livre des Proverbes
Écoutez ce que déclare la Sagesse de Dieu : « Le Seigneur m’a faite pour lui, principe de son action, première de ses œuvres, depuis toujours. Avant les siècles j’ai été formée, dès le commencement, avant l’apparition de la terre.
Quand les abîmes n’existaient pas encore, je fus enfantée, quand n’étaient pas les sources jaillissantes. Avant que les montagnes ne soient fixées, avant les collines, je fus enfantée, avant que le Seigneur n’ait fait la terre et l’espace, les éléments primitifs du monde.
Quand il établissait les cieux, j’étais là, quand il traçait l’horizon à la surface de l’abîme, qu’il amassait les nuages dans les hauteurs et maîtrisait les sources de l’abîme, quand il imposait à la mer ses limites, si bien que les eaux ne peuvent enfreindre son ordre, quand il établissait les fondements de la terre. Et moi, je grandissais à ses côtés.
Je faisais ses délices jour après jour, jouant devant lui à tout moment, jouant dans l’univers, sur sa terre, et trouvant mes délices avec les fils des hommes. »
Psaume : Ps 8
R/ Ô Seigneur, notre Dieu, qu’il est grand, ton nom, par toute la terre !
À voir ton ciel, ouvrage de tes doigts,
la lune et les étoiles que tu fixas,
qu’est-ce que l’homme pour que tu penses à lui,
le fils d’un homme, que tu en prennes souci ?
Tu l’as voulu un peu moindre qu’un dieu,
le couronnant de gloire et d’honneur ;
tu l’établis sur les œuvres de tes mains,
tu mets toute chose à ses pieds.
Les troupeaux de bœufs et de brebis,
et même les bêtes sauvages,
les oiseaux du ciel et les poissons de la mer,
tout ce qui va son chemin dans les eaux.
2ème lecture : Vers Dieu par le Christ dans l’amour répandu par l’Esprit (Rm 5, 1-5)
Lecture de la lettre de saint Paul Apôtre aux Romains
Frères, Soeurs, nous qui sommes devenus justes par la foi, nous voici en paix avec Dieu par notre Seigneur Jésus Christ, lui qui nous a donné, par la foi, l’accès à cette grâce dans laquelle nous sommes établis ; et nous mettons notre fierté dans l’espérance d’avoir part à la gloire de Dieu. Bien plus, nous mettons notre fierté dans la détresse elle-même, puisque la détresse, nous le savons, produit la persévérance ; la persévérance produit la vertu éprouvée ; la vertu éprouvée produit l’espérance ; et l’espérance ne déçoit pas, puisque l’amour de Dieu a été répandu dans nos cœurs par l’Esprit Saint qui nous a été donné.
« Tout ce que possède le Père est à moi ; l’Esprit reçoit ce qui vient de moi pour vous le faire connaître » (Jn 16, 12-15)
Alléluia. Alléluia. Gloire au Père, et au Fils, et au Saint-Esprit : au Dieu qui est, qui était et qui vient ! Alléluia.
Évangile de Jésus Christ selon saint Jean
En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « J’ai encore beaucoup de choses à vous dire, mais pour l’instant vous ne pouvez pas les porter. Quand il viendra, lui, l’Esprit de vérité, il vous conduira dans la vérité tout entière. En effet, ce qu’il dira ne viendra pas de lui-même : mais ce qu’il aura entendu, il le dira ; et ce qui va venir, il vous le fera connaître. Lui me glorifiera, car il recevra ce qui vient de moi pour vous le faire connaître. Tout ce que possède le Père est à moi ; voilà pourquoi je vous ai dit : L’Esprit reçoit ce qui vient de moi pour vous le faire connaître. »

© AELF - Paris 2013

Homélie

Dans notre monde, qui non seulement se déchristianise mais où les hommes se battent, se tuent, en plusieurs régions du monde, sous des prétextes religieux, il est indispensable que ceux qui se disent chrétiens soient capables de rendre compte de leur foi en Dieu ami des hommes, révélé par Jésus-Christ. Nous rendons ce témoignage moins par des arguments rationnels que par notre façon de vivre. Pensons au témoignage que donnent notre pape François et d'autres non seulement en paroles mais en actes. Nous-mêmes, en nous rassemblant pour célébrer l'eucharistie, nous témoignons aussi, ensemble, de notre foi en la Trinité.
 

* Notre foi chrétienne tourne autour de trois mystères : celui de la Trinité, celui de l'Incarnation et celui de la Rédemption. Ce sont des « mystères». C'est quoi un « mystère » ? C'est une réalité qui nous dépasse et qu'on ne peut observer à d'oeil nu. Ainsi le soleil est une image pour dire qu'un mystère ne s'observe pas à d'oeil nu mais il se reconnaît par ses effets sur terre, des effets bien visibles eux ! la lumière, la chaleur... Un mystère ne s'explique pas, il se médite. C'est ce qu'a fait la vierge Marie devant les événements mystérieux de sa vie.. À force de méditer en faisant confiance à ce qui ne nous apparaît pas du tout évident, nos yeux commencent à voir les choses, les autres, la vie... autrement. La Bible révèle le mystère de Dieu comme une Alliance avec l'humanité. C'est le fil rouge qui va de la Genèse à l'Apocalypse : « je serai avec vous » ou « avec toi ». Dans l'Ancien Testament cette alliance ne concerne que le peuple juif. Avec le Nouveau Testament, une nouvelle alliance est révélée qui vaut non seulement pour le peuple juif mais pour tous les hommes qui acceptent de faire confiance en Jésus. Et dimanche dernier, en célébrant la Pentecôte, nous avons fêté le don de l'Esprit qui nous rend frères de Jésus, frères entre nous et fils du Père si nous faisons confiance en cette « force de Dieu »qui nous est proposée à tous et à chacun.

 

* Les chrétiens ont-ils le même Dieu que les juifs ou les musulmans ? Un rabbin juif converti au catholicisme, Élie Jean Marie Setbon, se pose la question dans son livre : « De la kippa à la croix ». Il répond : « oui et non ». « Oui » : s'il y a un Dieu ce ne peut être que le même, mais « non » si nous confrontons les images que nous nous faisons de Dieu. Ainsi pour un juif, il est impensable d'avoir des relations personnelles avec Dieu en l'appelant « Père », il ne faut même pas dire son nom, par respect. Jésus nous dit : quand vous prier dites « Notre Père ». Dieu est « amour ». Cette définition suffit aux chrétiens pour parler de Dieu non en termes savants mais clans la pratique concrète de nos relations. « Celui qui n'aime pas ne peut pas savoir qui est Dieu ». Ne nous fabriquons pas une idée abstraite de Dieu, indépendante de nos relations humaines, mais entrons dans la communion des membres de la famille de Jésus qui s'est voulu frère universel. L'originalité chrétienne tient en ce que l'unité de Dieu que nous confessons est pensée de façon non pas arithmétique mais relationnelle. « Qu'ils soient un comme nous nous sommes un ». l'Esprit peut unir non seulement le Père et le Fils mais tous ceux qui acceptent une filiation et une fraternité proposées dans ce même Esprit. La proposition est faite à toute l'humanité ! Dieu est « Amour »( attribut du Père), il est aussi Vérité ( attribut du Fils : je suis la Vérité) et Liberté ( attribut de l'Esprit) Dieu est par essence cette circulation d'Amour qui ne peut exister que dans la Vérité et dans la Liberté. Qu'est-ce qu'un Amour qui ne serait pas vrai ni libre ?

 

* En résumé, le mot « Trinité »n'est pas une récitation d'abstractions ou une énigme théologique réservées à des spécialistes, Dieu a voulu partager notre condition humaine et veut nous communiquer sa vie divine et sa sainteté. Le pape François dit cela de façon imagée : « Dieu est avec nous » c'est le nom de famille de Dieu. Son prénom c'est « Jésus ou Père ou Esprit » mais son nom de famille c'est «Dieu avec nous». Pour parler de Lui nous devons dire « nous ». Chacun de nous est un mystère ambulant créé pour apprendre à aimer de façon divinement humaine.