Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Abbaye de Tamié

Des personnes à un arrêt de bus

Pour des funérailles
christ en bois

Si on voit des personnes attendant à un arrêt de bus, on peut se dire qu’un bus va passer.

Au moment du décès d’un être cher comme c’est le cas pour un frère, une soeur, un père, une mère, un conjoint, un enfant, un ami... ce peut être l’occasion de se poser la question ? Le bus, il va où ?

Les adeptes de toutes les religions se sont posés. Les réponses sont variées.

Pour nous chrétiens, avec la mort la vie n’est pas détruite, elle est transformée.

Ce qui est douloureux dans un deuil c’est la rupture d’une relation, d’un certain type de relation, visible, plus directe. Ce qui reste c’est aussi tout ce qu’a permis cette relation au cours de sa vie parmi nous : les enfants ont pu grandir, devenir des personnes, les adultes se sont enrichis dans les rencontres, les amitiés, le travail ensemble.

 

* Contempler une d’art, écouter de la musique, lire un poème  peut faire ressentir une émotion profonde.

 

* Des jeunes, vivant en groupe, pendant leurs études, au travail, dans les loisirs, se côtoient de façon très ordinaire. Mais il peut arriver qu’entre deux d’entre eux quelque chose se passe ! C’est le coup de foudre ! Tout est changé : les valeurs qui font vivre, la relation avec les autres personnes... Ils ne sont plus comme avant.

Essayez de faire comprendre ces différentes expériences à qui ne l’a pas vécues !

 

* « Dieu existe, je l’ai rencontré » C’est le titre d’un livre d’André Frossard de l’Académie française qui il fut pourtant élevé dans un athéisme parfait. Rencontrer Dieu c’est donc possible : ce peut être court et même très court, mais c’est tout à fait imprévisible. Ça sert à rien, mais ça change tout ! Cette rencontre permet de poser en soi une base, un socle, sur lequel construire sa vie.

 

Depuis bien des siècles des hommes, des femmes ont fait cette expérience de la rencontre avec Dieu. Une des premières traces dans la Bible est l’affirmation : « Notre Dieu est un Dieu de Tendresse, lent à la colère, plein d’amour et de vérité ».

La seule réponse pour nous alors est d’entrer dans cette relation. Non seulement avec Dieu mais aussi et surtout d’en vivre avec les personnes qui nous entourent. La crainte est de mal répondre à cette invitation gratuite.

 

Jésus est né d’une femme, a grandit comme un enfant, a travailler comme un adulte et au bout de 30 ans il s’est mis à parler pour essayer de partager l’expérience qu’il faisait dans sa relation avec Dieu qu’il appelait son Père. Beaucoup d’hommes, de femmes l’ont suivi. Il leur disait : Dieu aussi est votre père, essayez de vivre vous aussi de cette tendresse que Dieu vous offre. Vous êtes aussi tous frères et sœurs, vivez entre vous en conséquence. Recherchez la justice dans vos relations, répondre à la violence par la violence ne résous pas les conflits. Mettez de la tendresse dans vos relations les autres, avec vous-mêmes, vous serez moins stressés. Utilisez les biens matériels ils sont nécessaires mais aussi périssables. On vous prendra pour des naïfs. Mais heureux serez-vous si vous le mettez en pratique !

Si Jésus fut compris par certains ou certaines, d’autres l’ont rejeté à tel point qu’ils ont voulu le faire disparaître. Jésus s’en est très bien rendu compte mais il a assumé son choix de vie et il est mort sous la torture.

Il était mort mais il est ressuscité ! Qu’est-ce à dire ? Il avait une telle puissance de vie en lui - il est Dieu - que la mort de son corps a été vaincue. La relation avec Dieu qu’il appelait son Père était une réalité.

Jésus est vivant, il est ressuscité, il nous fera part de sa vie. C’est ce que nous célébrons en ce moment autour d'un frère, d'une soeur, d'un père, d'une mère, d'un conjoint, d'un enfant, d'un ami... qui se trouve plongée dans la Tendresse de Dieu, dans son Amour.


Au début de la Bible « Notre Dieu est Tendresse »

À la fin de la Bible « Dieu est Amour ».

 

Désirons d'expérience d'une telle rencontre !

Vivons de cette réalité !

 

*-*-*-*-*-*-*-*-*-*


Ceux et celles qui avaient écouté Jésus et qui l’ont revu vivant en ont témoigné. Ils ont aussi réfléchi sur son enseignement, à partir de sa manière de vivre et peu à peu ils ont découvert qu’il était le Fils de celui qu’il appelait son Père. Comme homme il a pu mourir, comme Dieu il a vaincu la mort

Dieu, le Père et son Fils désirent que chaque homme, chaque femme entre dans cette relation de tendresse réciproque. Mais parce que c’est impossible par nos propres forces ils nous envoient leur Esprit pour nous communiquer cette vie.

C’est un peu ce cheminement intellectuel qui a permis d’aboutir au mystère de la Trinité : un seul Dieu en trois personnes. Mais un tel concept n’a jamais converti personne !

Si nous avons vécu dans le quotidien le plus concret de notre vie de cette réalité intérieure, cette tendresse, au moment de notre mort et de notre rencontre avec Dieu dans la chaleur de son amour nous ne pourrons que l’accueillir. Si au contraire nous ne nous sommes pas préparés nous ne pouvons que refuser, rejeter une telle relation.