Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Abbaye de Tamié
Navigation

Homélie - 16ème dimanche

Par Père Claude
Homélie du 16ème dimanche du temps ordinaire
Venez vous reposer à l’écart
Mc 6, 30-34

Introduction
Prendre un temps de vacances, tout le monde, hélas ne peut le faire, c’est cependant le désir et l’aspiration de tous. Un temps privilégié pour permettre à chacun de se retrouver soi-même, de retrouver les autres et de retrouver Dieu. Nous courons tous un peu contre la montre et nous vivons contre le temps.
Dans la liturgie de ce dimanche, le Christ propose à ses apôtres et à nous aussi de se mettre à l’écart et de se reposer avec lui.

Homélie

Une foule ça peut être parfois quelque chose d’un peu redoutable, ça peut vous écraser moralement ou physiquement.
L’évangile vient de nous présente le Christ et les apôtres littéralement piégés par la foule et par l’action.
Dimanche dernier nous avions vu les apôtres partir en mission, ils ont rencontré beaucoup de gens à qui ils ont annoncé la Bonne Nouvelle du Royaume de Dieu, ils ont chassé les esprits mauvais, ils ont guéri, ils ont appelé à la conversion. Ils ont tout simplement transmis l’enseignement de Jésus lui-même. Après cette rude et belle mission qu’ils viennent d’accomplir, ils veulent faire le point avec leur maître qui les invite à se retirer dans un endroit désert, à l’écart. Partis en barque, beaucoup de gens les avaient déjà rejoints par voie de terre. Face à cette grande foule Jésus est littéralement saisi aux entrailles, ces entrailles maternelles d’un Dieu tendre et miséricordieux dont parlait déjà l’Ancien Testament.
Il ne va pas pouvoir s’empêcher de dispenser la Parole à ces brebis sans berger affamées de Parole et de pain. Cette foule ce sont des gens qui sont accablés et la plupart portent une vie de souffrance. Selon le mouvement naturel qui est le sien, Jésus va se donner tout entier car sa pitié est la même que celle de son Père, plein de condescendance pour remettre debout toutes les personnes accablées. Il va les instruire longuement, sans mesurer sa fatigue. Sa pitié saura transformer les choses dans l’amour.
L’eucharistie que nous célébrons maintenant va être capable de nous faire entrer dans ce grand mouvement de don et d’offrande où une grande circulation peut se réaliser entre les hommes. Notre monde aujourd’hui si désorienté et qui ne sait plus où trouver un sens à son existence aurait tellement besoin de retrouver cela et nous aussi lorsque la fatigue du corps et de l’esprit nous guette.