Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Abbaye de Tamié
Navigation

Homélie - 30ème dimanche

Par Frère Jean

Homélie - 30ième dimanche
du temps ordinaire - B

Que veux-tu que je fasse pour toi ?
 
26 octobre 2003


Parce que nous nous efforçons de suivre Jésus, la tentation est grande de penser que cela peut nous donner des droits sur Lui et également sur les autres. Les Évangiles de ces derniers dimanches nous ont montré comment dans ce domaine Jésus éduque peu à peu ses disciples et tous ceux qui comme eux s’efforcent de le suivre.
* C’est ainsi que devant des enfants que l’on voulait faire approcher de Jésus pour qu’il les bénisse, les Apôtres les ont rabroués et ont tenté de les écarter, mais Jésus se fâcha et non seulement ils accueillit ces enfants et les bénit, mais les a donnés en exemple à ses disciples et il a rappelé à tous : « Celui qui n’accueille pas le Royaume de Dieu comme un enfant, n’y entrera pas. »
* Puis ce fut la rencontre de cet homme qui avait scrupuleusement appliqué la Loi depuis son enfance et qui demandait à Jésus ce qu’il devait faire pour avoir en héritage la vie éternelle. Jésus lui dit : « Il te manque une chose, va vends tout ce que tu possèdes, donne-le aux pauvres, puis viens et suis-moi. » Mais prisonnier de ses richesses, cet homme n’avait pas ce coeur d’enfant, ce coeur de pauvre pour accueillir la gratuité des dons de Dieu.
* Du coup les Apôtres qui ont tout quitté pour suivre Jésus, pensent être sur la bonne voie. Jacques et Jean éprouvent cependant le besoin d’en avoir la confirmation, ils interpellent Jésus qui leur pose alors cette question : « Que voulez-vous que je fasse pour vous ? » Et ils ne lui demandent rien moins que les deux premières places dans son Royaume. Les dix autres s’indignent de se voir devancés, eux qui croient connaître Jésus, eux qui croient savoir...
Jésus leur répond : « Vous ne savez pas ce que vous demandez ! » La preuve en est que par trois fois, Jésus leur a annoncé qu’il montait à Jérusalem pour y souffrir, être arrêté et être tué. Mais aucun des Douze ne comprend ses paroles, cela est si loin de leurs projets.
* Et c’est alors que la rencontre de Bartimée, le fils de Timée, l’aveugle de Jéricho, va permettre à Jésus l’éducation de la foi de ses Apôtres et la nôtre.
- Cet homme au bord de la route qui est méprisé (parce qu’à l’époque, on pensait que toute maladie ou toute infirmité était le fruit du péché), ce Bartimée que l’on veut faire taire, c’est par lui que Dieu va leur dire qui est Jésus : « Jésus Fils de David, aie pitié de moi ! »
Fils de David : une des caractéristiques du Messie que l’on attendait et il le crie deux fois.
- En arrivant à cet endroit, Jésus le fait appeler. Et ce sont ceux qui voulaient l’écarter et le faire taire qui sont chargés de lui transmettre l’appel de Jésus qui le place au centre de la foule, près de lui. (Ceux que l’on rejette, Jésus les met au centre.)
- L’homme riche n’était pas arrivé à se libérer de ses richesses pour suivre Jésus. Bartimée, l’aveugle méprisé, jette son manteau (la seule richesse du pauvre) et bondit vers Jésus.
- Jésus lui pose alors la même question qu’à Jacques et Jean : « Que veux-tu que je fasse pour toi ? » Ceux-ci aveuglés par leur ambition avaient demandé les premières places. Bartimée lui répond : « Fais que je voie ! » - « Ta foi t’a sauvé » lui dit Jésus et aussitôt l’homme se mit à voir.
Ainsi illuminé, sans demander de garantie pour son avenir, le fils de Timée se met à la suite de Jésus, lui le Chemin, la Vérité, la Vie.

Et nous, nous croyons connaître Jésus, ou du moins, nous nous efforçons de le suivre. Celui-ci continue de nous appeler à sa manière : c’est-à-dire souvent par les petits et les humbles qui sont sur notre route, pour nous guérir de nos aveuglements.
* Seigneur, donne-nous ton Esprit pour découvrir ce qui est invisible pour nos regards embrumés, mais qui est essentiel pour te suivre sur ton chemin.
Donne-nous de découvrir ton regard d’amour sur tout homme, à commencer par les plus méprisés de notre monde.
« Jésus, Fils de David, aie pitié de nous, toi le seul Sauveur ! »