Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Abbaye de Tamié
Navigation

Homélie - Ascension

Par dom Victor

Ascension du Seigneur

25 mai 2006

Le Mystère de l'Ascension est toujours assez difficile à se représenter. Il risque d'apparaître comme une évasion. Et pourtant la Parole de Dieu nous met en garde : Qu'avez-vous à regarder vers le ciel ? Ce mystère en effet concerne notre vie concrète de chrétien, de disciple du Christ, aujourd'hui.

Si nous reprenons les textes qui nous ont été lus nous sommes frappés par la correspondance étonnante, la parfaite continuité, entre la fin de l'Evangile de Jésus Christ selon st Marc que je viens de proclamer et le début des Actes des Apôtres entendu en première lecture. Que signifie cette continuité sinon que Jésus de Nazareth est toujours présent dans son Église, dans la vie de chacun de nous aujourd'hui ? Ce qui a changé, c'est uniquement le mode de cette présence. Nous sommes passés d'une présence visible - ce que nous avons vu, ce que nous avons entendu, ce que nous avons touché du Verbe de vie, nous vous l'annonçons écrit st Jean - nous sommes passés de ce mode de présence à une présence invisible dans l'Esprit. St Luc insiste sur cette présence nouvelle de Jésus ressuscité dans l'Esprit : il nous dit que Jésus fut enlevé au ciel après avoir dans l'Esprit Saint donné ses instructions aux Apôtres qu'il avait choisis. On peut traduire aussi aux Apôtres qu'il avait choisis dans l'Esprit Saint ou encore il fut enlevé au ciel par l'Esprit Saint. Quelle que soit la traduction choisie, l'affirmation demeure la même : Jésus continue d'être présent, d'agir et de parler, c'est dans l'Esprit Saint.

Le temps entre Pâques et l'Ascension est un temps symbolique auquel seul st Luc donne une durée de 40 jours pour nous rappeler, sans doute, les 40 ans de présence mystérieuse de Dieu à son Peuple au désert. Il veut nous dire par là que ce temps, comme celui de l'Exode, est à la fois un temps d'épreuve et de joie, un temps privilégié où les disciples vivent une expérience fondatrice pour l'Eglise, celle de la présence mystérieuse de Jésus vivant au milieu d'eux. C'est ainsi que, de même que la nuée accompagnait le peuple dans sa marche au désert, Jésus accompagne les deux disciples d'Emmaüs sur leur chemin de découragement. pour les amener à l'expérience de sa présence, non plus dans l'orage du Sinaï, mais dans le pain partagé. Il retrouve aussi les apôtres dans leur travail et transforme une nuit infructueuse en pêche miraculeuse, comme pour leur dire sans moi vous ne pouvez rien faire. Il se rend présent au milieu de la communauté réunie pour changer leur peur en joie et en assurance. Je pourrais citer bien des communautés qui, face au danger qui les menaçait, en Algérie, au Rwanda ou ailleurs, ont vécu une expérience semblable. Sans cesse Jésus vient à la rencontre de ses disciples pour affermir leur foi ; la belle confession de Thomas est celle de tous : mon Seigneur et mon Dieu.

Toutes ces apparitions, ces signes exceptionnels de présence, cessent le jour où Jésus disparaît à leur regard. St Luc a soin de préciser : il disparut à leurs regards dans une nuée, en souvenir sans doute de la Transfiguration mais en référence aussi à l'Exode.

Après ces 40 jours, suit une période de retraite et de prière avec Marie, mère de Jésus, dans l'attente du don que Jésus a promis : la force de l'Esprit qui va marquer le début de l'Eglise et de son témoignage devant toutes les nations.

Mais demeurons à cette période privilégiée qui se situe entre Pâques et l'Ascension, période unique et fondatrice de notre foi, période de continuité entre celle où Jésus a agi et enseigné et celle où l'Eglise continue, avec lui, de témoigner que Dieu est Père, que Dieu est Amour. Cette continuité débute le jour même de Pâques. La Résurrection a supprimé la rupture causée par la mort de Jésus. Les Évangiles, surtout st Jean, marquent cette continuité entre l'heure où Jésus, après avoir pardonné à ses bourreaux, remit l'esprit en expirant sur la croix et celle où, le soir de Pâques, il souffle sur ses. disciples et leur donne l'Esprit pour le pardon des péchés. Oui, Jésus vit désormais dans son Église et sa mission se poursuit : Allez dans le monde entier, proclamez cette Bonne Nouvelle à toute la création.

Jésus promet aux Apôtres le don de l'Esprit Saint. C'est dans l'Esprit Saint que nous avons été baptisés et nous avons reçu cette force qui fait de nous des témoins du Royaume qui vient. Les disciples s'en allèrent proclamer partout la Bonne Nouvelle. Le Seigneur travaillait avec eux et confirmait la Parole par les signes qu'il accomplissait Le Seigneur travaille aussi avec nous et confirme notre témoignage par les signes du Royaume. Ces signes, savons-nous les lire ? Car le Royaume est déjà à l'oeuvre, il suffit de regarder les martyrs et les saints et ils sont nombreux aujourd'hui. Ils nous montrent que l'amour est plus fort que la haine, que la violence n'a pas le dernier mot, que la paix est possible, que la charité fait reculer la misère et la souffrance, que les pauvres sont évangélisés, qu'ils accueillent avec joie cette bonne nouvelle qui leur rend dignité et liberté...

Dans la 2e lecture, la lettre aux chrétiens d'Éphèse, st Paul nous rappelait qu'il y a un seul Seigneur, une seule foi, un seul baptême, un seul Dieu et Père de tous. Et il ajoutait : Au terme, nous parviendrons tous ensemble à l'unité dans la foi et la vraie connaissance du Fils de Dieu, à l'état de l'Homme parfait, à la plénitude de la stature du Christ. Il serait trop long de commenter ce texte si beau de l'Apôtre mais retenons qu'en montant auprès de Dieu le Christ entraîne avec lui toute notre humanité. Déjà se construit cet Homme parfait qui rassemblera toute l'humanité en Christ, faisant de tous les hommes des fils aimés pour le Père dans la communion de l'Esprit Saint. Telle est notre vocation, telle est la mission de l'Eglise : poursuivre cette œuvre divine qui a débuté avec la création et qui se réalise dans notre humanité grâce à la foi et à la vraie connaissance du Fils de Dieu.

Oui, l'Ascension du Christ est déjà notre victoire : nous sommes les membres de son Corps, il nous a précédés dans la gloire auprès du Père et c'est là que nous vivons en espérance. Amen.

Dom Victor