Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Abbaye de Tamié
Navigation

Homélie - 7ème dimanche de Pâques

Par Frère Didier
logo tamié

Homélie pour le 7ème dimanche de Pâques - C

Jean 17, 20-26 - Père je prie pour eux

 

Chers frères et soeurs,

Voici Jésus en prière au milieu de ses disciples…
Nous venons d’entendre les six derniers versets de sa Grande Prière avant sa mort et sa résurrection,… prière qui est son testament,… prière dont chaque mot… et chaque silence… sont tellement chargés  d’émotion et de sens !
Jésus est en prière
Et il prie pour nous… pour chacun de nous…
Frères et sœurs, Jésus est toujours… Jésus est éternellement en prière pour chacun de nous !... Comme cela est bouleversant !... Cet AMOUR qui se fait prière, cet AMOUR fou pour nous… qui se fait prière continuelle pour nous !
En vérité, le Seigneur ressuscité est maintenant en prière au milieu de  nous... A chaque fois que nous nous réunissons pour la prière, il est en prière au milieu de nous… A chaque fois que nous nous recueillons pour prier en silence, il est avec nous, et du plus profond de notre cœur, il  prie en nous son Père bien-aimé… qui est notre Père… Et notre plus belle prière, alors, n’est-ce pas
                de laisser Jésus prier en nous
                de le laisser prier amoureusement en nous
                dans le don total de lui-même…
       et nous n’avons qu’à nous accorder à sa prière…
 
Ah ! quelle joie, cette présence de Jésus ressuscité vivant en nous !
C’est vrai qu’on n’y pense pas toujours… et que nous manquons souvent cette joie… Et il faut parfois un événement dramatique, il faut que notre sœur la mort visite un de nos proches, ou passe tout près de nous, pour que cette présence de Jésus ressuscité en nous re-surgisse  et nous devienne indispensable, essentielle…
- N’oublions pas ces mots que le Seigneur Jésus a soufflés au cœur de frère Christophe de Tibhirine  peu de temps avant le martyre :
« Je suis ressuscité, je peux mourir ! » -
 
Alors, du fond du cœur, nous rendons grâce pour la Pâque du Seigneur, pour son AMOUR sauveur, pour sa présence en nous faisant de nous des ressuscités avec lui pour toujours...
C’est bien de multiplier les « alléluia ! » mais il faut les chanter par une irrépressible reconnaissance… pour la présence de Jésus Ressuscité vivant en nous… Il faut les chanter avec un cœur comblé de bonheur… parce que Jésus ressuscité a sa demeure dans le Ciel de notre cœur !
 
C’est pourquoi j’aime à relire les méditations de frère Roger de Taizé… qui est tellement et si délicatement attentif à la Présence de Jésus ressuscité :
« Une clarté d’Évangile a été dégagée : le Ressuscité est là,
uni à chaque être humain sans exception…
C’est comme si nous l’entendions dire :
« Ne sais-tu pas que je vis en toi ? »…
 Et tu voudrais dire au Ressuscité :
« Écoute ma prière d’enfant,
donne-moi de tout te remettre à tout moment,
que je me réjouisse de ta continuelle présence ! »…
Jésus, tu étais toujours avec moi, et je ne le savais pas… et le jour vient où je peux te dire : Toi le Ressuscité, tu es ma vie ! »
 
Alors, nous aussi, frères et sœurs, réjouissons-nous de cette présence
et dans le silence du cœur, écoutons sa voix...
Sûrement nous allons l’entendre prier :
« Père, comme toi tu es en moi et moi en toi,
que tous ils soient UN !
Qu’ils soient UN en nous !
Qu’ils aient en eux l’AMOUR dont tu m’as aimé
et que moi aussi je sois en eux ! »    (Jean 17)
 
Qu’est-ce que Jésus demande pour nous ?
Il demande l’AMOUR !...
« Qu’ils aient en eux l’AMOUR dont tu m’as aimé ! »
Voilà son dernier mot, voilà son testament, voilà tout son désir… voilà ce qu’il demande sans cesse à son Père pour nous.
Jésus,
- lui que fr. Roger appelle « AMOUR de tout AMOUR »
et le poète Patrice de la Tour du Pin :
« AMOUR qui m’aime plus que mon cœur ne s’aime » -
ce qu’il veut - et il le demande en livrant sa vie pour nous ! – ce qu’il veut,
c’est que nous sachions combien nous sommes aimés
 
Cet AMOUR INFINI qu’il partage avec son Père, cet AMOUR D’UNITÉ dans l’ACCUEIL et le DON, cet AMOUR qui fait toute sa joie… il veut qu’il soit aussi notre joie, notre plénitude… notre bonheur dès maintenant… et pour toujours…
Et cet AMOUR, c’est l’ESPRIT SAINT lui-même,…
Quand Jésus prie en disant :
« Qu’ils aient en eux l’AMOUR dont tu m’as aimé ! »
il demande pour nous l’Esprit Saint, cet Esprit d’AMOUR, cet
« AMOUR qui planait sur les eaux
et les berça du premier souffle… »
comme nous le chantons souvent ces jours-ci, cet AMOUR qu’il a répandu sur nous,
en rendant son souffle sur la Croix, pour que nous devenions pleinement fils avec lui,
et pleinement frères avec lui, cet AMOUR qui, au jour de la Pentecôte, nous envoie faire reconnaître l’AMOUR dans le monde entier…
 
Il est à la fois l’Esprit de Reconnaissance
et l’Esprit de Naissance à la vie de l’AMOUR…
 
Esprit de Reconnaissance
car c’est lui qui nous fait ce don de pouvoir reconnaître la présence de Jésus ressuscité vivant en nous et aussi la présence en nous de Dieu notre Père, comme Jésus nous l’avait promis :
« Ce jour-là, vous reconnaîtrez que JE SUIS en mon Père et vous en moi et moi en vous ! » (Jean 14)
Et il nous donne aussi cette joie de pouvoir reconnaître Dieu dans le cœur de nos frères,… comme le dit si bien Patrice de la Tour du Pin :
        « Pâques !
        C’est le matin de Dieu au cœur des autres ! »
 
Esprit de Naissance
car il nous fait devenir AMOUR…
Il est l’Esprit de relation qui nous fait devenir pleinement ce que nous sommes : des fils et des frères…
Esprit qui nous unit à Jésus ressuscité et avec lui, à Dieu notre Père,
Esprit qui nous met en relation les uns avec les autres pour l’immense joie de la Communion !
Joie de Dieu et joie des hommes :
« Qu’ils soient UN comme nous sommes UN !
Que leur UNITÉ soit parfaite ! »    (Jean 17)
 
Frères et sœurs,
nous sachant tellement aimés,
nous sachant aimés à l’infini par l’AMOUR MÊME
nous pouvons vraiment nous aimer nous-mêmes comme un don de Dieu,
et nous pouvons progresser dans l’AMOUR de nos frères
en les reconnaissant tous comme des dons de Dieu…
 
Mais pour cela,
je ne peux que vous inviter à faire silence,
à être attentifs à la présence en vous de Jésus ressuscité
et à la présence en vous de notre Père bien-aimé
et puis écoutons cette voix qui nous dit sans cesse :
« Je t’aime !... Et toi… est-ce que tu m’aimes ? »
 
Si nous ne pouvons pas répondre maintenant :
« Tu sais bien que je t’aime ! »   (Jean 21)
nous pouvons déjà nous laisser aimer
et même nous laisser servir !
 
N’avez-vous pas vu Jésus, le Jeudi Saint, prosterné devant vous… pour vous laver les pieds ?
En vérité, c’est lui d’abord qui nous sert...
Alors, prenez souvent de petits moments - et parfois de longs moments -
dans le Ciel de votre cœur ou dans une maison de prière, pour aller voir Jésus qui vous sert !
 
Et c’est aussi ce que nous avons à faire de plus profond et de plus doux
maintenant, en cette Eucharistie…
Alors, en réponse d’amour, nous pourrons adorer
 
Car c’est notre vocation.
Laissez-moi reprendre encore quelques mots de Patrice de la Tour du Pin :
                « La fin, la seule fin de tout, est d’adorer…
                Il suffit d’être… Vous avez tout en vous pour adorer ! »
 
Et donner notre vie dans le souffle du don,
et devenir Eucharistie comme nos sept frères de Tibhirine dont nous ferons particulièrement mémoire demain au jour anniversaire de leur martyre…
Avec eux croyons à l’AMOUR
et nous pourrons dire comme chacun d’eux, comme frère Christophe me l’avait écrit, en commentant l’évangile d’aujourd’hui :
        « Je suis aimé… Cette certitude m’oblige au Don
        afin que le monde sache qu’il est aimé d’AMOUR. »