Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Abbaye de Tamié
Navigation

Homélie - 23ème TO

Par Frère Marco
logo tamié

Homélie pour le 23ème dimanche ordinaire - C

Sg 9, 13-18 - Phm 9-17 - Luc 14, 25-33


L'évangile que nous venons d'entendre, se trouve au coeur de cette partie de l'évangile selon saint Luc qui va du chap. 10 au chap. 19. Ici l'évangéliste a regroupé tout un enseignement de Jésus concernant les conditions pour être son disciple.

"De grandes foules faisaient route avec Jésus..."
Faites attention car cette notation est très importante. Ces paroles de Jésus interpellent autant nous les moines, que vous les parents, les prêtres, vous les laïc..., les jeunes comme, les personnes âgées.

A nous tous Luc rappelle les conditions ou les exigences essentielles pour être disciple de Jésus. La première, nous la trouvons condensée au v.26... "Si quelqu'un vient à moi sans me préférer à son père, à sa mère, à sa femme, à ses enfants, à ses frères, ses soeurs et jusqu'à sa propre vie, il ne peut pas être mon disciple".

La seconde exigence se trouve au v. 27 : "Quiconque ne porte pas sa croix et ne vient pas derrière moi, ne peut pas être mon disciple". Deux petites paraboles, ne font qu'illustrer ces deux exigences.

La page d'évangile se termine au v. 33 qui est comme un résumé... "De même, celui d'entre vous qui ne renonce pas à tous ses biens ne peut pas être mon disciples".

Première condition pour être disciple : faire le choix d'un amour préférentiel pour Jésus. L'amour préférentiel pour Jésus n'est pas mépris toutes ces relations qui tissent nos vies... Nous savons combien, l'amour filial, l'amour conjugal, l'amour fraternel sont "sacrés" pour le Seigneur. Mais l'Amour de Dieu qui les traverse tous et les anime tous, nous rappelle Luc, doit en être la source, le fondement, la racine...

Luc en nous transmettant ces paroles de Jésus nous rappelle le primat de l'Amour du Seigneur sur tout autre amour. Pour le disciple de Jésus il ne s'agit pas d'aimer Jésus et d'aimer moins les autres. Pas du tout ! Il s'agit de mettre l'amour de Jésus à la base, à la source de tous les autres amours.

Attention ! Mes frères et soeurs, car ce matin Luc nous rappelle que la foi chrétienne est attachement préférentiel à Quelqu'un, à la Personne de Jésus... c'est à cause de lui que nous voulons être ses disciples...

Luc nous dit que la première condition, ou exigence pour être disciple c'est de rien préférer à l'amour de Jésus, pour Jésus. Et pour quoi cela ? Parce qu'il nous a préférés à tout." (Saint Cyprien dans son commentaire du Notre Père) Parce que lui, Jésus « nous a préférés à tout. » Ne rien préférer à l’amour de Jésus c’est la réponse du disciple à l’Amour du Christ pour nous. C’est la réponse du disciple qui comme Paul a été saisi par lui.

La seconde exigence se trouve au v. 27: "Quiconque ne porte pas sa croix et ne vient pas derrière moi, ne peut pas être mon disciple". Luc par ces paroles de Jésus nous rappelle le "prix de la grâce". Luc par ces paroles de Jésus nous rappelle le "prix de la grâce.

Oui, être disciple de Jésus c’est une immense grâce, un immense bonheur qui coûte… La grâce qui coûte… Est-ce que nous sommes disposés à en payer le prix ?

Je laisse la parole à Dietrich Bonhoffer...
* "La grâce qui coûte, c'est le trésor caché dans le champ : à cause de lui, l'homme va et vend joyeusement tout ce qu'il a...
* La grâce qui coûte, c'est l'appel de Jésus Christ : l'entendant, le disciple abandonne ses filets et le suit.
* La grâce coûte cher d'abord parce qu'elle a coûté cher à Dieu, parce qu'elle a coûté à Dieu la vie de son fils - "Vous avez été acquis à un prix élevé" - parce que ce qui coûte cher à Dieu ne peut être bon marché pour nous...
* Elle est grâce d'abord parce que Dieu n'a pas trouvé que son Fils fût trop cher pour notre vie, mais qu'il l'a donné pour nous. La grâce qui coûte, c'est l'incarnation de Dieu."

Il me semble que plus profondément encore, L'évangéliste saint Luc nous invite à regarder Jésus dont la vie, toute la vie a été marquée par un amour préférentiel pour le Père dont brûlait son coeur d'homme. « C'est un feu que je suis venu allumer sur la terre, et comme je voudrais qu'il soit déjà allumé ! »

"C'est cet Amour préférentiel, cette passion d'Amour pour le Père qui a nourri sa passion d'Amour pour ses frères et soeurs en humanité.

Ne rien préférer au Christ puisqu'il nous a préférés à tout." (Saint Cyprien, dans son commentaire du Notre Père)

D'accord, de tout cela, nous sommes convaincus... Mais me diriez-vous nous ne sommes pas des héros !

- Et vous dites bien, frères et soeurs, car, justement, il ne s'agit pas d'être un héros... Il s'agit de devenir des saints. La sainteté c'est un don ; il n'y a qu'une solution : se tourner humblement vers Jésus et faire sienne la belle prière de saint Augustin : " DonneSeigneur, ce que tu commandes ". C'est-à-dire : Viens toi-même, par la puissance de ta grâce, accomplir en moi ce que je suis incapable de faire par moi-même... Mais surtout, Seigneur Jésus attire-moi toujours plus à Toi. Car je ne peux vivre sans amour et si tu ne m'attachas à Toi, comment pourrais-je me détacher de ce qui n'est pas Toi ? »

Je voudrais terminer cette homélie par quelques mots que Benoît XVI a adressés aux jeunes italiens dimanche dernier à Lorette, car ce qu'a dit le pape me semble très bien convenir à l'évangile de ce jours : Ne rien préférer au Christ puisqu'il nous a préférés à tout.

Chers jeunes, ne suivez pas la voie de l'orgueil, mais celle de l'humilité. Allez à contre-courant : n'écoutez pas les voix intéressées et persuasives qui, de toutes parts, diffusent aujourd'hui des modèles de vie basés sur l'arrogance et la violence, le pouvoir et le succès à tout prix, l'apparence et la possession, au détriment de l'être.

Chers jeunes Soyez vigilants! Soyez critiques! Ne suivez pas la vague produite par cette puissante action de persuasion.

N'ayez pas peur, chers amis, de préférer les voies « alternatives » indiquées par l'amour véritable : un style de vie sobre et solidaire ; des relations d'affection sincère et pures ; un engagement honnête dans l'étude et le travail ; l'intérêt profond pour le bien commun.

N'ayez pas peur d'apparaître différents et d'être critiqués pour ce qui peut sembler perdant ou démodé : les jeunes de votre âge, mais aussi les adultes, et en particulier ceux qui semblent le plus éloignés de la mentalité et des valeurs de l'évangile, ont un besoin profond de voir quelqu'un qui ose vivre selon la plénitude d'humanité manifestée par Jésus Christ.

Regardons en particulier Marie : à son école, nous aussi, comme elle, nous pouvons faire l'expérience de ce oui de Dieu à l'humanité, dont jaillissent tous les oui de notre vie.

Nous pouvons comprendre que notre foi ne nous offre pas un ensemble d'interdits moraux, mais un chemin joyeux à la lumière du "oui" de Dieu.