Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Abbaye de Tamié
Navigation

Homélie - TO 9

Par Fr. Marco
logo tamié

Homélie pour le 9ème dimanche du temps ordinaire - Année A

Dt 11, 18, 26-28 - Rm 3, 21-28 - Mt7, 21-27
Un homme bâtit sa maison sur le roc.

Après le temps pascal et les fêtes qui ont suivi, nous reprenons la lecture continue de l'Évangile selon saint Matthieu.

Le texte d'aujourd'hui constitue la fin du discours sur la montagne (les chapitres 5 à 7) dans lequel l'évangéliste a réuni plusieurs enseignements de Jésus, notamment la parabole où il est question d'un homme qui bâtit une maison.

Nous pouvons nous demander qui est cet homme sage. L’homme c’est Jésus, c’est la vie de Jésus, toute sa vie, depuis sa naissance jusqu’à sa résurrection,
- le roc c’est sa foi en Dieu, l’amour du Père ;
- les pluies, les tempêtes, les vents, ce sont les difficultés de la vie que Jésus a traversés : enfant lafuite en Égypte, adulte les tracasseries, la haine de ses contradicteurs, l’abandon de ses disciples, un procès truqué, une mort douloureuse.

Mais puisque sa vie était bâtie sur le roc, il a pu tout traverser, même la mort et ressusciter le troisième jour. Les épreuves de la vie, la méchanceté de certains n’ont pas eu raison de Jésus. En lui la Vie a triomphé.

À travers l’image de la maison à bâtir, Jésus rejoint une grande aspiration du cœur de l’homme : posséder sa propre maison, une maison qui soit solide, dans laquelle non seulement il puisse être heureux, mais où il puisse recevoir avec joie tous ses invités. Jésus nous rejoint dans cette aspiration profonde, dans ce désir, mais son but n’est pas de nous donner des conseils pour bâtir notre maison de pierre, Jésus nous parle d’une autre maison, que nous appelons la vie, ma vie, notre vie.

Frères et sœurs, une question s’impose : « Comment construire cette maison qu’on appelle la vie ? Jésus nous invite à construire sur le roc, ce n’est qu’ainsi en effet que la maison ne s’effondrera pas. Mais qu’est-ce que cela veut dire : sur le roc ?
Construire sur le roc signifie construire avec Jésus qui est toujours fidèle, même si nous manquons nous-mêmes de fidélité.
Construire sur le roc cela veut dire construire avec Jésus qui se penche constamment sur le cœur blessé de l’homme et lui dit : « Je ne te condamne pas. Va, désormais ne pèche plus » (Cf. Jn 8, 11).
Construire sur le roc cela veut dire construire avec Jésus qui, du haut de la croix, étend ses bras pour dire à toute l’humanité : « Regarde-moi. Ce n’est pas pour rire que je t’ai aimée ! »
Construire sur le Christ Jésus veut dire enfin, fonder sur sa volonté tous ses prpres désirs, ses attentes, ses rêves, ses ambitions, tous ses projets.
Cela signifie dire à soi-même, à sa communauté, à sa famille, à ses amis, au monde entier, mais surtout à Jésus : « Seigneur, dans la vie, je ne veux rien faire contre Toi, parce que tu sais ce qui est le mieux pour moi. Toi seul as les paroles de la vie éternelle. »

Construire sur le roc veut dire être conscient qu’on rencontrera des contrariétés. Jésus l’a dit : « La pluie est tombée, les torrents sont venus, les vents ont soufflé et se sont déchaînés contre cette maison et elle ne s’est pas écroulée. » (Mt 7, 25)
Jésus ne promet pas que sur notre maison en construction ne s’abattra pas une tempête, il ne nous promet pas qu’un raz-de-marée ne bouleversa pas ce que nous avons de plus cher, il ne promet pas que des vents impétueux n’emporteront pas ce que nous avons construit, parfois au prix d’énormes sacrifices. Jésus nous dit : « Ne vous étonnez pas des contrariétés, quelles qu’elles soient ! Ne vous découragez pas à cause d’elles ! »
Jésus nous dit que, malgré la pluie, la tempête, la maison ne s’effondrera pas parce qu’elle était fondée sur le roc.

Dans cette parabole il y a une extraordinaire confiance dans la force du fondement, la foi en Jésus.
Nous le savons par expérience, la peur de l’échec peut quelquefois nous freiner, nous paralyser, nous décourager.
Avec Jésus je vous invite à dire à cette peur : « Une maison bâtie sur le roc ne peut s’écrouler ! »
Avec Jésus je vous invite à dire à cette peur : « Celui qui se confie dans le Seigneur ne sera pas confondu ! »

Oui ! « Soyez forts, prenez courage, vous tous qui espérez le Seigneur ! »

Homélie inspirée d’une méditation de Benoît XVI