Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Abbaye de Tamié
Navigation

Homélie - Avent 2nd dimanche

Fr. Jean

Homélie pour le second dimanche de l'Avent - C

Convertissez-vous

Actuellement, 30 secondes de publicité à la télévision, sur TF 1 coûtent: 94.000 € à 20h40 et 100.000 € à 21h41 et à 22h30 ! 2 mois et demi de salaire minimum pour 1 seconde de pub !

Ceux qui dépensent de telles sommes d'argent, ne le font pas pour nos beaux yeux, mais pour enchaîner le téléspectateur. Ils savent qu'ils rentreront dans leurs frais de publicité par la simple augmentation des ventes de produits, ainsi provoquées.

Dans une telle époque, nous venons d'écouter cet évangile sur la préparation de l'Annonce de la Bonne Nouvelle. Pour cela Dieu ne passe ni par l'empereur Tibère, ni par son gouverneur Pilate, ni par le roi Hérode ni par le Grand Prêtre. Qui plus est, cette Annonce n'est pas faite à Rome, au centre de l'Empire, ni à Jérusalem, où chaque année des milliers de pèlerins viennent de tout cet Empire. Non, c'est à Jean et dans le désert de Juda que la Parole de Dieu est annoncée ! Et pourtant 4 siècles plus tard l'Empire sera balayé et 20 siècles plus tard cette Parole de Jean Baptiste est écoutée en ce dimanche jusqu'aux extrémités de la terre ! Telle est la manière d’agir de Dieu

Ceci ne pourrait-il pas nous réveiller ? Nous ouvrir les yeux et les oreilles pour nous libérer de nos esclavages médiatiques ? 

Dans notre monde affamé d'efficacité immédiate, assoiffé d'informations instantanées, dans ce monde du tout, tout de suite nous oublions bien souvent cette vérité profondément biblique (et humaine) que rien de solide ne se construit sans passer par le temps du désert, le temps de la conversion et le temps de l'attente, de la maturation ou plus exactement, le temps de la persévérance.

Le temps du désert c'est-à-dire le temps de la soif et de la faim de ce qui peut donner un sens à notre vie. Cette expérience du désert où l'on cherche à discerner ce qui est essentiel pour vivre et pour survivre. Déjà pour le Peuple de Dieu libéré d'Égypte, le temps du désert avait été le temps où il avait fait l'expérience de la proximité de Dieu et de sa fidélité à sa Promesse. Également le temps où le Peuple de Dieu avait fait l'expérience de ses doutes, de ses révoltes, de ses découragements, mais également l'expérience de ses relèvements et des pardons sans cesse renouvelés de ce Dieu fidèle à son Alliance.

Mais pour que ce temps du désert porte les fruits de l'Alliance, cela demande pour nous de le vive comme un temps de conversion. 

Le temps de la conversion, ce temps du retournement vers Dieu pour puiser dans sa Parole et son regard le véritable sens que Lui seul peut nous donner de découvrir pour notre vie (Sens= direction et contenu).

Ce temps auquel Jean Baptiste, le « cantonnier » du Bon Dieu continue de nous appeler :

- Préparez le chemin du Seigneur, pour l'accueillir ;

- Aplanissez la route, tout ravin sera comblé, toute montagne et toute colline seront abaissées, les routes défoncées seront aplanies ;

- Les passages tortueux deviendront droits.

Quand il s'agit de transformer le paysage dans la construction d'autoroutes ou de lignes de TGV les hommes ont formidablement développé les engins nécessaires. Mais quand il s'agit de nous convertir, nous en sommes encore à la pelle , au râteau et au petit seau d'un enfant !

Avant même de commencer, nous baissons les bras : impossible de combler les fossés de nos rancunes, entre membres d'une famille, entre voisins, entre pays, impossible d'abattre les montagnes d'orgueil imbécile source de tous les racismes, impossible de redresser les routes rendues tortueuses par nos démissions successives. Nous sommes sans force !

Notre paralysie n'est-elle pas due plutôt à notre manque de foi, manque de foi en nous-mêmes et plus encore notre manque de foi, en CELUI qui le premier a foi en nous et compte sur nous ?

 En ce temps de l'Avent, Dieu nous appelle par Jean Baptiste à nous réveiller, à nous relever pour entrer dans le temps de la persévérance.

Il nous appelle à préparer la venue de son Fils Jésus Christ, Lui seul peut nous libérer de nos esclavages et de nos démissions, par une véritable conversion de nos coeurs et de nos vies. Lui seul, par son Pardon et par son Corps livré pour nous, peut nous faire renaître à l'Espérance.

Par delà le désert et la conversion, il nous faut suivre Jésus Christ de plus près, oui persévérer dans l’attente de sa venue. Allons-nous en prendre les moyens ?