Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Abbaye de Tamié
Navigation

Homélie - Annonciation

Par dom Victor
vierge visage - arcabas
Solennité de l'Annonciation

Homélie

         Cette fête de l’Annonciation est nous invite à voir en Marie un modèle d’écoute de la Parole de Dieu. Jean-Paul II demandait aux chrétiens d’être des femmes et des hommes d’Annonciation, à l’écoute de la Parole pour l’accueillir dans la foi et l’incarner dans leur vie de tous les jours. C’est ce que le Bienheureux Guerric, un ami de saint Bernard, proposait à ses frères dans le sermon dont on a lu un passage à l’office de Vigiles : tu peux toi aussi concevoir ce Dieu que la terre entière ne peut contenir, le concevoir en ton cœur, non en ton corps ; ou plutôt si, même en ton corps, quoique ce ne soit pas par une opération ou une manifestation corporelle ; vraiment en ton corps, puisque l’Apôtre nous ordonne de glorifier et de porter Dieu en notre corps… Celui qui à présent est conçu, Dieu, en nos esprits, en les configurant à son esprit de charité, naîtra alors comme homme en nos corps en les configurant à son corps de clarté, cette clarté en laquelle il vit et est glorifié, Dieu dans tous les siècles des siècles1. Quel programme audacieux !

         Dans l’exhortation Verbum Domini, Benoît XVI invite lui aussi les chrétiens à découvrir comment Marie vivait cette écoute croyante de la Parole de Dieu. Il souhaite tout particulièrement que les théologiens  approfondissent le plus possible le rapport entre la mariologie et la théologie de la Parole. De l’Annonciation à la Pentecôte, Marie se présente à nous comme la femme totalement disponible à la volonté de Dieu…docile à la Parole divine de façon inconditionnelle (cf. Lc 1,38)…Sa foi obéissante place son existence à chaque instant face à l’initiative de Dieu. (n.27)

         Le pape voit une expression particulière de cette proximité de Marie avec la Parole de Dieu dans son chant du Magnificat rapporté par saint Luc et qui traduit si fidèlement les sentiments de Marie. Le Magnificat, portrait, pour ainsi dire, de son âme, est entièrement tissé de fils de l’Écriture Sainte, de fils extraits de la Parole de Dieu. On voit ainsi apparaître que, dans la Parole de Dieu, Marie est vraiment chez elle, elle en sort et elle y rentre avec un grand naturel. Elle parle et pense au moyen de la Parole de Dieu ; la Parole de Dieu devient sa parole, et sa parole naît de la Parole de Dieu... Ici, en un certain sens, on voit comment Marie s’identifie à la Parole, comment elle entre en elle ; dans ce merveilleux cantique de foi, la Vierge exalte le Seigneur avec sa propre Parole.

         Son privilège d’Immaculée Conception permet à Marie de vivre une correspondance parfaite entre son vouloir et le vouloir du Père. Le mot fiat qui résume le mystère de l’annonciation est un écho de l’acte créateur : ‘fiat lux’ que la lumière soit et la lumière fut. C’est aussi ce mot qui est au cœur de notre prière de fils : ‘fiat voluntas tua’! Que ta volonté soit faite ! En prononçant ce fiat, au jour de l’Annonciation, Marie, comme Jésus au jardin de l’agonie, manifeste, - je reprends ici les mots de Benoît XVI - que ses pensées sont au diapason des pensées de Dieu, que sa volonté consiste à vouloir avec Dieu. Étant profondément pénétrée par la Parole de Dieu, elle peut devenir la mère de la Parole incarnée2.


1- Guerric d’Igny, Sermons, Sources Chrétiennes 202, p. 139-145

2- Deus caritas est (25 décembre 2005), 41.