Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Abbaye de Tamié
Navigation

Homélie Épiphanie

Par Père Claude (1988)
nativité
Terre cuite de Fr. Antoine Gélineau
Fête de l'Épiphanie du Seigneur

Les mages païens viennent se prosterner devant Jésus (Mt 21-12)
Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu
Jésus était né à Bethléem en Judée, au temps du roi Hérode le Grand. Or, voici que des mages venus d'Orient arrivèrent à Jérusalem et demandèrent : « Où est le roi des Juifs qui vient de naître ? Nous avons vu se lever son étoile et nous sommes venus nous prosterner devant lui. » En apprenant cela, le roi Hérode fut pris d'inquiétude, et tout Jérusalem avec lui. Il réunit tous les chefs des prêtres et tous les scribes d'Israël, pour leur demander en quel lieu devait naître le Messie. Ils lui répondirent :
« À Bethléem en Judée, car voici ce qui est écrit par le prophète : Et toi, Bethléem en Judée, tu n'es certes pas le dernier parmi les chefs-lieux de Judée ; car de toi sortira un chef, qui sera le berger d'Israël mon peuple. »
Alors Hérode convoqua les mages en secret pour leur faire préciser à quelle date l'étoile était apparue ; puis il les envoya à Bethléem, en leur disant : « Allez vous renseigner avec précision sur l'enfant. Et quand vous l'aurez trouvé, avertissez-moi pour que j'aille, moi aussi, me prosterner devant lui. » Sur ces paroles du roi, ils partirent.
Et voilà que l'étoile qu'ils avaient vue se lever les précédait ; elle vint s'arrêter au-dessus du lieu où se trouvait l'enfant. Quand ils virent l'étoile, ils éprouvèrent une très grande joie. En entrant dans la maison, ils virent l'enfant avec Marie sa mère ; et, tombant à genoux, ils se prosternèrent devant lui. Ils ouvrirent leurs coffrets, et lui offrirent leurs présents : de l'or, de l'encens et de la myrrhe.
Mais ensuite, avertis en songe de ne pas retourner chez Hérode, ils regagnèrent leur pays par un autre chemin.

© AELF Paris 1980

 



Homélie

Dieu pauvre parmi les pauvres. Noël c’est la révélation d’un Dieu qui se veut proche de nous, qui vient à nous dans la faiblesse et le dénuement parce qu’il est amour et que l’Amour a besoin non de dominer mais d’être aimé.

Noël, révélation de la grandeur de l’homme car Dieu veut être homme pour que l’homme découvre qu’il peut vivre comme Dieu, qu’il peut être divinisé.

Aujourd’hui, fête de l’Épiphanie, nous célébrons la manifestation de Jésus aux païens en la personne des Mages.

Il n’y a pas de limites à l’amour de Dieu qui veut se manifester à tous les hommes, de tous les temps, de toutes les langues et de toutes les cultures. L’Épiphanie est une fête missionnaire.

Notre coeur est-il assez grand et assez ouvert pour accueillir cet amour universel de Dieu ? Avec les Mages ouvrons nos coffrets et offrons-lui nos présents.

Noël, révélation de l’amour ! L’enfant de Bethléem vient nous dire par sa présence toute de silence, que Dieu est Amour, que Dieu n’est qu’Amour, que Dieu ne peut qu’aimer. Or l’amour ça se montre, ça se manifeste. L’Épiphanie est la manifestation de l’amour.

En lisant l’évangile de ce jour, il y a le risque de passer à côté du vrai message qui est la manifestation de l’amour. Les mages, l’étoile, Jérusalem bouleversée, les cadeaux, le songe, le retour par un autre chemin. Tout cela c’est l’extérieur d’une réalité très profonde, celle que saint Paul a découverte et dont il parla avec enthousiasme « Les païens sont associés au même héritage, au même corps, au partage de la même promesse dans le Christ Jésus ».

Épiphanie : manifestation de l’amour ! À Noël Dieu a révélé qu’il aimait le monde d’un amour fou. Comment en effet mieux prouver l’amour qu’en se faisant semblable à l’homme ? Dieu dit à l’homme qu’il l’aime en devenant homme, pleinement homme à partir même du début de la vie d’un homme, c’est cela l’amour. Mais alors il faut que Dieu manifeste cela. Oui, tout cela il faut le faire savoir. Il faut que le monde entier apprenne la Bonne Nouvelle : Dieu s’est fait homme !

Épiphanie : manifestation d’ l’amour, ce sont d’abord les bergers qui reçoivent la Bonne Nouvelle. Leur cœur était prêt, ils étaient assez pauvres pour comprendre le langage de l’amour. Ils ne savaient peut-être ni lire ni écrire mais ils avaient de bonnes oreilles pour entendre le message de l’ange, ils avaient de bons yeux pour découvrir l’amour dans l’enfant sur la paille et ils avaient une bonne voix « pour glorifier et louer Dieu pour tout ce qu’ils avaient vu et entendu ».

Mais cela ne suffisait pas, il fallait que le monde entier le sache. La Bonne Nouvelle ne pouvait pas rester uniquement à l’intérieur du peuple juif. L’amour, ça fait éclater les frontières, ça ignore les races et les cultures. L’amour ça fait éclater les barrières que les hommes dressent entre eux. Les Mages venus d’Orient ont droit eux aussi de connaître la Bonne Nouvelle de l’Amour de Dieu. Dieu leur a fait un petit signe et ils sont partis pour rencontrer l’amour. Les chefs des prêtres, les scribes, Hérode n’ont pas à avoir peur, car c’est l’heure de la manifestation de l’amour. Mais sont-ils prêts à le reconnaître ?

Épiphanie, manifestation de l’amour ! Les Mages, « quand ils virent l’étoile en éprouvèrent une grande joie ». Quand on rencontre l’amour, quand on fait l’expérience de l’amour, c’est toujours ainsi, on éprouve une très grande joie, non pas une joie au rabais, mais la grande joie de Dieu, la joie que l’homme recherche depuis qu’il existe.

L’étoile c’est l’amour qui a blessé leur propre cœur et qui les a mis en route. Ils ne peuvent pas se tromper. On ne se trompe jamais quand on aime vraiment, quand on suit le vrai chemin de l’amour. L’amour est vérité, il fait la vérité.

« Les Mages repartirent par un autre chemin », un chemin qui ne passe pas par Jérusalem car désormais les frontières sont brisées. Ils ne passent pas par Jérusalem où les attend Hérode au coeur plein de haine, prêt à tuer. Leur coeur à eux est plein de la joie d’avoir rencontré l’amour. Il est éclairé par cette petite étoile qui les a conduits à se prosterner devant le vrai Soleil. Mais vous me direz  qu’aujourd’hui c’est souvent la nuit, la grande nuit qui semble s’étendre sur notre monde ! Puisque Dieu est Amour et que l’amour se manifesté, nous devrions pouvoir discerner sa présence au cœur de notre monde, dans nos communautés, nos familles dans nos vie.

Mais c’est à nous de manifester l’amour, c’est à nous de devenir signe de cet amour.

Jésus, envoie sur nous l'Esprit, qu'il nous fasse répondre à l'Amour du Père !