Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Abbaye de Tamié

Homélie TO 11

Par Frère Marco

 

Homélie pour le 11ème dimanche du temps ordinaire

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc

En ce temps-là, parlant à la foule, Jésus disait : « Il en est du règne de Dieu comme d’un homme qui jette en terre la semence : nuit et jour, qu’il dorme ou qu’il se lève, la semence germe et grandit, il ne sait comment.
D’elle-même, la terre produit d’abord l’herbe, puis l’épi, enfin du blé plein l’épi.
Et dès que le blé est mûr, il y met la faucille, puisque le temps de la moisson est arrivé. »

Il disait encore : « À quoi allons-nous comparer le règne de Dieu ?
Par quelle parabole pouvons-nous le représenter ?
Il est comme une graine de moutarde : quand on la sème en terre, elle est la plus petite de toutes les semences.
Mais quand on l’a semée, elle grandit et dépasse toutes les plantes potagères ; et elle étend de longues branches, si bien que les oiseaux du ciel peuvent faire leur nid à son ombre. »

Par de nombreuses paraboles semblables, Jésus leur annonçait la Parole, dans la mesure où ils étaient capables de l’entendre.

Il ne leur disait rien sans parabole, mais il expliquait tout à ses disciples en particulier.

Homélie

Jésus disait : « Il en est du règne de Dieu comme d'un homme qui jette en terre la semence... » C'est par ces mots que Jésus introduit ces deux paraboles que nous venons d'entendre...pas des simples historiettes, mais des véritables récits tirés du monde rural qui nous dévoilent quelques chose du mystère du Règne de Dieu, de sa présence au coeur de notre monde, au coeur de nos vies personnelles...

La graine qui pousse toute seule...on ne c'est pas comment...la minuscule et insignifiante graine de moutarde, qui devient le plus grand arbre du potager ravivent notre Espérance, notre Confiance. Oui, l'Evangile de ce dimanche est une formidable Bonne Nouvelle. «La première parabole, porte sur le dynamisme des semailles: la semence, jetée en terre, prend racine et se développe seule, que le paysan dorme ou qu'il soit éveillé. Il a confiance dans la puissance interne de la semence elle-même et dans la fertilité du terrain. » (Pape François) L'homme sème avec la confiance que son travail ne sera pas stérile.

Jésus ne nous dit pas « que nous n'avons rien à faire pour le Royaume, il dit simplement que nous n'avons pas à tout faire...comme saint Ignace de Loyola qui disait à un ami : «Agis comme si tout dépendait de toi, en sachant qu'en réalité tout dépend de Dieu ».

La seconde parabole, nous parle aussi d'une semence, mais d'une semence toute particulière, la graine de moutarde, considérée comme la plus petite de toutes les graines.

Bien que minuscule, elle est pleine de vie, « de sa brisure nait un germe capable de rompre le sol, de sortir à la lumière du soleil et de grandir jusqu'à devenir « la plus grande de toutes les plantes potagères » (cf. Mc 4, 32). La faiblesse est la force de la semence, la brisure est sa puissance et le Royaume de Dieu est ainsi : une réalité humainement petite, composée de celui qui est pauvre de coeur, de celui qui ne s'en remet pas à ses pauvres forces, mais à celles de l'amour de Dieu, de celui qui n'est pas important aux yeux du monde ; et pourtant c'est justement à travers lui que la force du Christ fait irruption et transforme ce qui est apparemment insignifiant. » (Benoît XVI)

Le message est clair : le Royaume de Dieu, même s'il exige notre collaboration, est avant tout un don du Seigneur, une grâce qui précède l'homme et son action.

Notre petite force, apparemment impuissante face aux problèmes du monde face à nos difficultés personnelles, si elle plonge dans celle de Dieu dans la force de Dieu, ne craint pas les obstacles, parce qu'elle est certaine que la victoire appartient au Seigneur. C'est le miracle de l'amour de Dieu, qui fait germer et grandir chaque semence de bien répandue sur la terre. L'expérience de ce miracle de l'amour de Dieu renouvèle notre Esperance., Malgré les difficultés, les souffrances et le mal que nous rencontrons. La semence germe et grandit, car c'est l'amour de Dieu qui la fait grandir.

Je conclus par quelques mots d'un auteur contemporain...

« Jardiniers du Seigneur réjouissez-vous !
Votre labeur est entre les mains de Dieu....
Jardiniers du Seigneurs, le Seigneur se réjouit !
De vous voir malgré tout
apporter votre graine
au grand jardin du monde

et faire le pari que rien ne sera vain
entre les mains de Celui
 qui fait germer nos lendemains »

( Marion Muler-Colard)