Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Abbaye de Tamié
Navigation

Billet du jour, jeudi 22 juin

Mt 6, 7-15

Comme les disciples étaient réunis autour de Jésus sur la montagne, il leur disait : « Lorsque vous priez, ne rabâchez pas comme les païens : ils s’imaginent qu’à force de paroles ils seront exaucés. Ne les imitez donc pas, car votre Père sait de quoi vous avez besoin, avant même que vous l’ayez demandé. Vous donc, priez ainsi : Notre Père, qui es aux cieux, que ton nom soit sanctifié, que ton règne vienne, que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel. Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour. Remets-nous nos dettes, comme nous-mêmes nous remettons leurs dettes à nos débiteurs. Et ne nous laisse pas entrer en tentation, mais délivre-nous du Mal. Car, si vous pardonnez aux hommes leurs fautes, votre Père céleste vous pardonnera aussi. Mais si vous ne pardonnez pas aux hommes, votre Père non plus ne pardonnera pas vos fautes.

 

 

Intercalée au beau milieu des recommandations de discrétion, quant à l’aumône et au jeûne, il y a celle-ci qui concerne la prière. Où Jésus nous révèle que Dieu est notre Père.

En fait, cette position médiane dit bien ce qu’il en est : la question centrale est là.

Ceux qui ont besoin de montrer tout ce qu’ils font démontrent seulement qu’ils n’ont pas confiance en celui sur qui ils prétendent s’appuyer.

Or, précisément, Jésus redira un peu plus tard qu’il est venu comme un médecin, pour aider ceux qui reconnaissent leur souffrance. Ceux qui veulent bien reconnaître que quelque chose cloche pourraient s’intéresser à ce qu’il a à dire. Mais il ne peut rien contre ceux qui, contre toute évidence, affirment que tout va bien.