Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Abbaye de Tamié
Navigation

Billet du jour, jeudi 28 décembre

Mt 2, 13-18

Après le départ des mages, voici que l’ange du Seigneur apparaît en songe à Joseph et lui dit : « Lève-toi ; prends l’enfant et sa mère, et fuis en Égypte. Reste là-bas jusqu’à ce que je t’avertisse, car Hérode va rechercher l’enfant pour le faire périr. »

Joseph se leva ; dans la nuit, il prit l’enfant et sa mère, et se retira en Égypte, où il resta jusqu’à la mort d’Hérode, pour que soit accomplie la parole du Seigneur prononcée par le prophète : D’Égypte, j’ai appelé mon fils.

Alors Hérode, voyant que les mages s’étaient moqués de lui, entra dans une violente fureur. Il envoya tuer tous les enfants jusqu’à l’âge de deux ans à Bethléem et dans toute la région, d’après la date qu’il s’était fait préciser par les mages.

Alors fut accomplie la parole prononcée par le prophète Jérémie : Un cri s’élève dans Rama, pleurs et longue plainte : c’est Rachel qui pleure ses enfants et ne veut pas être consolée, car ils ne sont plus.

 

 

 

L’épisode que raconte Matthieu est terrible mais  il est bien dans les mœurs humaines.

Comme pour l’extermination de catégories entières de la population à divers moments de l’histoire, il faut bien se demander comment Dieu peut laisser faire une telle horreur.

Mais la question, alors, nous est immédiatement renvoyée : que faisons-nous nous-mêmes…

Et tenter d’y répondre fait apparaître toute la complexité de nos situations humaines.

Ce que Matthieu nous invite à voir aujourd’hui, c’est la façon dont Dieu passe à travers cette histoire : le massacre de ces innocent, un geste qui devait passer inaperçu, ouvre l’existence de celui dont la mort ignominieuse ne peut désormais plus être ignorée. Et c’est cela qui va changer profondément la vie du monde.