Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Abbaye de Tamié

Billet du jour, jeudi 28 juin

2 R 23, 25-30.24, 8-17

Avant Josias, il ne s’était pas trouvé de roi comme lui, qui soit revenu au Seigneur de tout son cœur, de toute son âme et de toute sa force, selon toute la loi de Moïse. Après lui, il ne s’en leva aucun comme lui. Toutefois le Seigneur ne revint pas de l’ardeur de sa grande colère, qui s’était enflammée contre Juda, à cause des offenses par lesquelles Manassé avait provoqué son indignation. Le Seigneur dit alors : « Même Juda, je l’écarterai loin de ma face, comme j’ai écarté Israël. Je rejetterai Jérusalem, cette Ville que j’avais choisie, et la Maison dont j’avais dit : “Là sera mon nom !” » Le reste des actions de Josias, tout ce qu’il a fait, cela n’est-il pas écrit dans le livre des Annales des rois de Juda ? De son temps, le pharaon Néko, roi d’Égypte, monta vers le roi d’Assour, près du fleuve Euphrate. Le roi Josias marcha à sa rencontre, mais Néko, dès qu’il le vit, le mit à mort à Meguiddo. Ses serviteurs le transportèrent mort sur un char, l’emmenèrent de Meguiddo à Jérusalem et l’ensevelirent dans son tombeau.

Les gens du pays prirent alors Joakaz, fils de Josias ; ils lui donnèrent l’onction et le firent roi à la place de son père. Il fit ce qui est mal aux yeux du Seigneur tout comme avaient fait ses pères.

Jékonias avait dix-huit ans lorsqu’il devint roi, et il régna trois mois à Jérusalem. Sa mère s’appelait Nehoushta, fille d’Elnatane ; elle était de Jérusalem. Il fit ce qui est mal aux yeux du Seigneur, tout comme avait fait son père.

En ce temps-là, les troupes de Nabucodonosor, roi de Babylone, montèrent contre Jérusalem, et la ville fut assiégée. Le roi de Babylone vint en personne attaquer la ville que son armée assiégeait. Alors, Jékonias, roi de Juda, avec sa mère, ses serviteurs, ses officiers et ses dignitaires, se rendit au roi de Babylone, qui les fit prisonniers. C’était en la huitième année du règne de Nabucodonosor.

Celui-ci emporta tous les trésors de la maison du Seigneur avec ceux de la maison du roi. Il brisa tous les objets en or que Salomon, roi d’Israël, avait fait faire pour le Temple. Tout cela, le Seigneur l’avait annoncé. Nabucodonosor déporta tout Jérusalem, tous les officiers et tous les vaillants guerriers, soit dix mille hommes, sans compter tous les artisans et forgerons : on ne laissa sur place que la population la plus pauvre. Le roi Jékonias fut déporté à Babylone avec la reine mère, les épouses royales, les dignitaires, l’élite du pays : tous partirent en exil de Jérusalem à Babylone. Tous les soldats, au nombre de sept mille, les artisans et les forgerons au nombre de mille, tous ceux qui pouvaient combattre, furent déportés à Babylone par le roi Nabucodonosor. Celui-ci fit roi, à la place de Jékonias, son oncle Mattanya, dont il changea le nom en celui de Sédécias.

 

 

 

Chronique d’une désolation, la chute de Jérusalem, devenue un fruit pourri à cause de l’inconduite des fils de Juda.

Les marques de puissance, de domination et même d’indépendance disparaissent. On ne le sait pas encore très bien mais cela importe peu. Car l’essentiel est une présence que rien ne peut effacer. Elle ne se voit pas, il faut la foi et avec Jésus, le successeur de ces rois pécheurs, c’est la foi qui se révèlera être le lieu de la communion.