Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Abbaye de Tamié
Navigation

Billet du jour, jeudi 3 août

Mt 13, 47-53

Jésus disait encore à ses disciples : « Le royaume des Cieux est encore comparable à un filet que l’on jette dans la mer, et qui ramène toutes sortes de poissons. Quand il est plein, on le tire sur le rivage, on s’assied, on ramasse dans des paniers ce qui est bon, et on rejette ce qui ne vaut rien. Ainsi en sera-t-il à la fin du monde : les anges sortiront pour séparer les méchants du milieu des justes et les jetteront dans la fournaise : là, il y aura des pleurs et des grincements de dents. »

« Avez-vous compris tout cela ? » Ils lui répondent : « Oui ». Jésus ajouta : « C’est pourquoi tout scribe devenu disciple du royaume des Cieux est comparable à un maître de maison qui tire de son trésor du neuf et de l’ancien. » Lorsque Jésus eut terminé ces paraboles, il s’éloigna de là.

 

 

D’un trésor on pourrait donc tirer du neuf ?

C’est, alors, qu’il s’agit d’un trésor vivant, actif, et non d’un amas minéral et inerte.

Le trésor de Dieu est en pleine fructification.

Même si on respecte les champs où poussent simultanément le bon et le mauvais, cela  suppose d’admettre que tout ne soit pas bon : toutes ces âpretés au gain, ces rancunes, ces fureurs aveugles contre lesquelles le discours sur la montagne met en garde sont destinées à disparaître.

Dieu nous attend ailleurs.