Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Abbaye de Tamié

Billet du jour, jeudi 30 mars

Jn 5, 31-47

Dans le Temple, Jésus déclara : « Si c’est moi qui me rends témoignage, mon témoignage n’est pas vrai ; c’est un autre qui me rend témoignage, et je sais que le témoignage qu’il me rend est vrai.

Vous avez envoyé une délégation auprès de Jean le Baptiste, et il a rendu témoignage à la vérité. Moi, ce n’est pas d’un homme que je reçois le témoignage, mais je parle ainsi pour que vous soyez sauvés.

Jean était la lampe qui brûle et qui brille, et vous avez voulu vous réjouir un moment à sa lumière. Mais j’ai pour moi un témoignage plus grand que celui de Jean : ce sont les œuvres que le Père m’a donné d’accomplir ; les œuvres mêmes que je fais témoignent que le Père m’a envoyé. Et le Père qui m’a envoyé, lui, m’a rendu témoignage.

Vous n’avez jamais entendu sa voix, vous n’avez jamais vu sa face, et vous ne laissez pas sa parole demeurer en vous, puisque vous ne croyez pas en celui que le Père a envoyé.

Vous scrutez les Écritures parce que vous pensez y trouver la vie éternelle ; or, ce sont les Écritures qui me rendent témoignage, et vous ne voulez pas venir à moi pour avoir la vie ! La gloire, je ne la reçois pas des hommes ; d’ailleurs je vous connais : vous n’avez pas en vous l’amour de Dieu.

Moi, je suis venu au nom de mon Père, et vous ne me recevez pas ; qu’un autre vienne en son propre nom, celui-là, vous le recevrez ! Comment pourriez-vous croire, vous qui recevez votre gloire les uns des autres, et qui ne cherchez pas la gloire qui vient du Dieu unique ?

Ne pensez pas que c’est moi qui vous accuserai devant le Père. Votre accusateur, c’est Moïse, en qui vous avez mis votre espérance. Si vous croyiez Moïse, vous me croiriez aussi, car c’est à mon sujet qu’il a écrit. Mais si vous ne croyez pas ses écrits, comment croirez-vous mes paroles ? »

 

 

Les paroles de Jésus ont toujours la même densité mais elles sont déroutantes par leur côté touffu. Elles s’apparentent à la diffusion d’une onde à la surface de l’eau : à partir d’un fait d’allure isolée – sa mise en cause parce qu’il a fait marcher le paralytique un jour de sabbat – il visite un large champ de questions.

Et au centre du passage que nous lisons aujourd’hui, il y a ces mots qui disent toute la mission du Fils : « Vous n’avez jamais entendu sa voix, vous n’avez jamais vu sa face ». Dieu est cet inconnu que le Fils vient nous révéler, tout à fait autrement que ce que nous aurions imaginé.

C’est bien la marque de sa différence.