Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Abbaye de Tamié
Navigation

Billet du jour, lundi 13 novembre

Lc 17, 1-6

Jésus disait à ses disciples : « Il est inévitable que surviennent des scandales, des occasions de chute ; mais malheureux celui par qui cela arrive ! Il vaut mieux qu’on lui attache au cou une meule en pierre et qu’on le précipite à la mer, plutôt qu’il ne soit une occasion de chute pour un seul des petits que voilà.

Prenez garde à vous-mêmes ! Si ton frère a commis un péché, fais-lui de vifs reproches, et, s’il se repent, pardonne-lui. Même si sept fois par jour il commet un péché contre toi, et que sept fois de suite il revienne à toi en disant : “Je me repens”, tu lui pardonneras. »

Les Apôtres dirent au Seigneur : « Augmente en nous la foi ! » Le Seigneur répondit : « Si vous aviez de la foi, gros comme une graine de moutarde, vous auriez dit à l’arbre que voici : “Déracine-toi et va te planter dans la mer”, et il vous aurait obéi. »

 

 

Le pardon des péchés est situé entre la mer où l’on jetterait les impénitents et la mer où les arbres iraient plus volontiers se jeter que les humains.

Étrange.

Mais il y a un précédent à cette menace d’aller à l’eau sans bouée : Jonas, l’homme qui réalisant sa faute, comprenant que sa présence mettait tout le monde en danger s’est fait jeter dans la Mer Rouge.

La vie qui y grouille rappelle que quelque chose reste possible.

Mais il faudra en passer par une épreuve qui n’a rien d’une plaisanterie.

C’est le seul moyen de s’en remettre complètement à Dieu. Et, peut-être, de rester droit comme un if !