Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Abbaye de Tamié

Billet du jour, lundi 16 avril

Ac 6, 8-15

Étienne, rempli de la grâce et de la puissance de Dieu, accomplissait parmi le peuple des prodiges et des signes éclatants. Intervinrent alors certaines gens de la synagogue dite des affranchis, ainsi que des Cyrénéens et des Alexandrins, et aussi des gens originaires de Cilicie et de la province d’Asie. Ils se mirent à discuter avec Étienne, mais sans pouvoir résister à la sagesse et à l’Esprit qui le faisaient parler.

Alors ils soudoyèrent des hommes pour qu’ils disent : « Nous l’avons entendu prononcer des paroles blasphématoires contre Moïse et contre Dieu. »

Ils ameutèrent le peuple, les anciens et les scribes, et, s’étant saisis d’Étienne à l’improviste, ils l’amenèrent devant le Conseil suprême. Ils produisirent de faux témoins, qui disaient : « Cet individu ne cesse de proférer des paroles contre le Lieu saint et contre la Loi. Nous l’avons entendu affirmer que ce Jésus, le Nazaréen, détruirait le Lieu saint et changerait les coutumes que Moïse nous a transmises. »

Tous ceux qui siégeaient au Conseil suprême avaient les yeux fixés sur Étienne, et ils virent que son visage était comme celui d’un ange.

 

 

La nouveauté du ministère des sept diacres n’est décidément pas dans la désignation d’une fonction puisqu’Etienne est persécuté pour quelque chose qui ne relève pas de la distribution des secours alimentaires à des veuves.

Mais c’est bien une transformation de toute la personne, visible sur son visage, qui est en cause. Comme Moïse redescendant de la montagne, on voit que quelque chose est survenu qui en a fait un homme neuf. D’où la dérision qu’il y a à vouloir le condamner au nom de Dieu et de Moïse. La bêtise des enragés ne peut pas voir des choses comme cela.