Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Abbaye de Tamié
Navigation

Billet du jour, lundi 22 janvier

Mc 3, 22-30

Les scribes, qui étaient descendus de Jérusalem, disaient : « Il est possédé par Béelzéboul ; c’est par le chef des démons qu’il expulse les démons. »

Les appelant près de lui, Jésus leur dit en parabole : « Comment Satan peut-il expulser Satan ? Si un royaume est divisé contre lui-même, ce royaume ne peut pas tenir. Si les gens d’une même maison se divisent entre eux, ces gens ne pourront pas tenir. Si Satan s’est dressé contre lui-même, s’il est divisé, il ne peut pas tenir ; c’en est fini de lui. Mais personne ne peut entrer dans la maison d’un homme fort et piller ses biens, s’il ne l’a d’abord ligoté. Alors seulement il pillera sa maison. Amen, je vous le dis : Tout sera pardonné aux enfants des hommes : leurs péchés et les blasphèmes qu’ils auront proférés. Mais si quelqu’un blasphème contre l’Esprit Saint, il n’aura jamais de pardon. Il est coupable d’un péché pour toujours. »

Jésus parla ainsi parce qu’ils avaient dit : « Il est possédé par un esprit impur. »

 

 

 

L’idée d’un impardonnable  peut nous donner le vertige.

Et, plus inquiétant encore, le caractère énigmatique du péché concerné.

Comment le comprendre ?

Jésus nous appelle plutôt à accueillir le renouvellement de la vie qu’il porte par ses gestes pour ce qu’il est : une marque de la bienveillance de Dieu.

Alors on peut tout attendre de lui. À commencer par ceci : le pardon de ces fautes dont il faut reconnaître qu’elles nous sont lourdes à porter. Mais accueillir le pardon suppose de consentir vraiment à laisser l’Esprit travailler en nous.