Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Abbaye de Tamié
Navigation

Billet du jour, lundi 23 octobre

Lc 12, 13-21

Du milieu de la foule, quelqu’un demanda à Jésus : « Maître, dis à mon frère de partager avec moi notre héritage. » Jésus lui répondit : « Homme, qui donc m’a établi pour être votre juge ou l’arbitre de vos partages ? »

Puis, s’adressant à tous : « Gardez-vous bien de toute avidité, car la vie de quelqu’un, même dans l’abondance, ne dépend pas de ce qu’il possède. »

Et il leur dit cette parabole : « Il y avait un homme riche, dont le domaine avait bien rapporté. Il se demandait : “Que vais-je faire ? Car je n’ai pas de place pour mettre ma récolte.” Puis il se dit : “Voici ce que je vais faire : je vais démolir mes greniers, j’en construirai de plus grands et j’y mettrai tout mon blé et tous mes biens. Alors je me dirai à moi-même : Te voilà donc avec de nombreux biens à ta disposition, pour de nombreuses années. Repose-toi, mange, bois, jouis de l’existence.” Mais Dieu lui dit : “Tu es fou : cette nuit même, on va te redemander ta vie. Et ce que tu auras accumulé, qui l’aura ?”

Voilà ce qui arrive à celui qui amasse pour lui-même, au lieu d’être riche en vue de Dieu. »

 

Notre souci des richesses naît dans l’angoisse d’être abandonnés et sans ressources et il se nourrit dans l’orgueil et la vaine gloire par lesquels nous voulons nous présenter comme des êtres forts et puissants.

Il peut nous arriver deux mésaventures : en manquer au point d’en devenir hargneux ou ne pas en manquer, ce qui éteint en nous le désir d’autre chose. Deux mésaventures aussi funestes l’une que l’autre.

Jésus, lui, ne nous enseigne pas de technique pour garder la tête froide en toutes circonstances. Mais il nous dit que nous ne sommes pas seuls. Même quand nous ne voyons pas cet interlocuteur, Dieu est là, c’est avec lui qu’il faut parler de ce dont nous avons besoin.