Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Abbaye de Tamié

Billet du jour, lundi 25 juin

2 R 17, 5-18

Le roi d’Assour lança des attaques à travers tout le pays d’Israël, et monta contre Samarie, qu’il assiégea pendant trois ans. La neuvième année du règne d’Osée, il s’empara de Samarie et déporta les gens d’Israël au pays d’Assour. Il les fit habiter à Halah, sur le Habor, fleuve de Gozane, et dans les villes de Médie.

Cela arriva parce que les fils d’Israël avaient péché contre le Seigneur leur Dieu, lui qui les avait fait monter du pays d’Égypte et les avait arrachés au pouvoir de Pharaon, roi d’Égypte. Ils avaient adoré d’autres dieux et suivi les coutumes des nations que le Seigneur avait dépossédées devant eux. Voilà ce qu’avaient fait les rois d’Israël.

Les fils d’Israël offensèrent le Seigneur leur Dieu par des actes répréhensibles : ils se construisirent des lieux sacrés dans toutes leurs villes, aussi bien dans les postes de garde que dans les places fortes. Ils dressèrent à leur usage des stèles et des poteaux sacrés sur toute colline élevée et sous tout arbre verdoyant. Là, dans tous les lieux sacrés, ils brûlèrent de l’encens comme les nations que le Seigneur avait bannies devant eux, et ils commirent des actions mauvaises pour provoquer l’indignation du Seigneur. Ils servirent les idoles immondes, alors que le Seigneur leur avait dit : « Vous ne ferez pas cela. »

En effet, le Seigneur avait donné cet avertissement à Israël et à Juda, par l’intermédiaire de tous les prophètes et de tous les voyants : « Détournez-vous de votre conduite mauvaise. Observez mes commandements et mes décrets, selon toute la Loi que j’ai prescrite à vos pères et que je leur ai fait parvenir par l’intermédiaire de mes serviteurs les prophètes. »

Mais ils n’ont pas obéi et ils ont raidi leur nuque comme l’avaient fait leurs pères, qui n’avaient pas fait confiance au Seigneur leur Dieu. Ils ont méprisé ses lois, ainsi que l’Alliance qu’il avait conclue avec leurs pères et les avertissements qu’il leur avait donnés. Ils ont couru après le néant et eux-mêmes sont devenus néant. Ils ont suivi les nations qui les entouraient, alors que le Seigneur leur avait prescrit de ne pas faire comme elles.

Ils ont abandonné tous les commandements du Seigneur leur Dieu et se sont fait des idoles en métal, deux statues de veaux ; ils ont fait des poteaux sacrés, se sont prosternés devant toute l’armée des cieux et ont servi Baal. Ils ont fait passer leurs fils et leurs filles par le feu ; ils ont scruté les présages et fait des incantations ; ils se sont déshonorés en faisant ce qui est mal aux yeux du Seigneur, pour provoquer son indignation.

Alors le Seigneur s’est mis dans une grande colère contre les tribus d’Israël et les a écartées loin de sa face. Il n’est resté que la seule tribu de Juda.

 

 

 

 

La fraction la plus nombreuse de ce peuple arraché à l’Égypte, celle qui bénéficiait de l’implantation la plus favorable, sur des terres fertiles et arrosées, c’est elle qui tombe la première.

Avec raison nous craignons la misère mais nous sommes moins souvent disposés à admettre que la prospérité peut être non moins dangereuse. Elle nous fait prendre des puissances passagères pour l’essence même de la grandeur.