Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Abbaye de Tamié
Navigation

Billet du jour, lundi 28 août

Mt 23, 13-22

Jésus s’adressa aux foules et à ses disciples, et il déclara : « Malheureux êtes-vous, scribes et pharisiens hypocrites, parce que vous fermez à clé le royaume des Cieux devant les hommes ; vous-mêmes, en effet, n’y entrez pas, et vous ne laissez pas entrer ceux qui veulent entrer !

Malheureux êtes-vous, scribes et pharisiens hypocrites, parce que vous parcourez la mer et la terre pour faire un seul converti, et quand c’est arrivé, vous faites de lui un homme voué à la géhenne, deux fois pire que vous !

Malheureux êtes-vous, guides aveugles, vous qui dites : “Si l’on fait un serment par le Sanctuaire, il est nul ; mais si l’on fait un serment par l’or du Sanctuaire, on doit s’en acquitter.” Insensés et aveugles ! Qu’est-ce qui est le plus important : l’or ? ou bien le Sanctuaire qui consacre cet or ?

Vous dites encore : “Si l’on fait un serment par l’autel, il est nul ; mais si l’on fait un serment par l’offrande posée sur l’autel, on doit s’en acquitter.” Aveugles ! Qu’est-ce qui est le plus important : l’offrande ? ou bien l’autel qui consacre cette offrande ?

Celui donc qui fait un serment par l’autel fait un serment par l’autel et par tout ce qui est posé dessus ; celui qui fait un serment par le Sanctuaire fait un serment par le Sanctuaire et par Celui qui l’habite ; et celui qui fait un serment par le ciel fait un serment par le trône de Dieu et par Celui qui siège sur ce trône. »

 

 

Le ministère de Jésus, nous a dit Matthieu, a commencé par une déclaration de bonheur pour les humbles, les doux, les affligés, les miséricordieux, les artisans de paix, les assoiffés de justice et les persécutés.

Ceux qu’il critique aujourd’hui sont dans des dispositions inverses : sûrs d’eux-mêmes et déterminés, ils fixent toutes sortes de règles.

Mais est-ce donc illicite ? L’existence concrète n’est-elle pas constituée de ces arbitrages permanents par lesquels on aménage les situations ? En étant trop catégorique, Jésus ne risque-t-il pas de tomber sous le coup de ce qu’il dénonce ?

Il ne fait qu’appliquer sa propre recommandation : quand la faute d’autrui est trop évidente, prendre l’assemblée à témoin, c’est l’appeler à changer. Pour qu’il vive.