Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Abbaye de Tamié
Navigation

Billet du jour, lundi 7 août

Mt 14, 13-21

Quand Jésus apprit la mort de Jean-Baptiste, il se retira et partit en barque pour un endroit désert, à l’écart. Les foules l’apprirent et, quittant leurs villes, elles suivirent à pied.

En débarquant, il vit une grande foule de gens ; il fut saisi de compassion envers eux et guérit leurs malades.

Le soir venu, les disciples s’approchèrent et lui dirent : « L’endroit est désert et l’heure est déjà avancée. Renvoie donc la foule : qu’ils aillent dans les villages s’acheter de la nourriture ! » Mais Jésus leur dit : « Ils n’ont pas besoin de s’en aller. Donnez-leur vous-mêmes à manger. » Alors ils lui disent : « Nous n’avons là que cinq pains et deux poissons. » Jésus dit : « Apportez-les moi. »

Puis, ordonnant à la foule de s’asseoir sur l’herbe, il prit les cinq pains et les deux poissons, et, levant les yeux au ciel, il prononça la bénédiction ; il rompit les pains, il les donna aux disciples, et les disciples les donnèrent à la foule. Ils mangèrent tous et ils furent rassasiés. On ramassa les morceaux qui restaient : cela faisait douze paniers pleins. Ceux qui avaient mangé étaient environ cinq mille, sans compter les femmes et les enfants.

 

 

 

Un despote en veut à la vie de Jésus, comme Pharaon.

Un peuple asservi attend sa libération. Comme autrefois en Égypte.

Il sort à la suite de celui qu’il reconnaît comme un sauveur.

Mais cette fois, il n’y a pas besoin de l’inviter à s’en aller, pas besoin de tuer le fils aîné des maîtres. Celui qui a été mis à mort est un serviteur de Dieu.

C’est l’annonce des temps nouveaux inaugurés en ces temps de la venue du Christ : désormais, la liberté doit être proclamée par le don de sa vie.