Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Abbaye de Tamié
Navigation

Billet du jour, mardi 16 octobre

Ga 5, 1-6

C’est pour que nous soyons libres que le Christ nous a libérés. Alors tenez bon, ne vous mettez pas de nouveau sous le joug de l’esclavage.

Moi, Paul, je vous le déclare : si vous vous faites circoncire, le Christ ne vous sera plus d’aucun secours. Je l’atteste encore une fois : tout homme qui se fait circoncire est dans l’obligation de pratiquer la loi de Moïse tout entière. Vous qui cherchez la justification par la Loi, vous vous êtes séparés du Christ, vous êtes déchus de la grâce. Nous, c’est par l’Esprit, en effet, que de la foi nous attendons la justice espérée.

Car, dans le Christ Jésus, ce qui a de la valeur, ce n’est pas que l’on soit circoncis ou non, mais c’est la foi, qui agit par la charité.

 

 

 

La philosophie grecque professait déjà une voie moyenne entre le laxisme et le rigorisme légaliste, deux attitudes qui se renforcent mutuellement dans une secrète complicité.

Mais en invitant à être docile à l’Esprit, Paul va bien plus loin que de proposer un troisième terme. Il appelle à entendre une voix et à rencontrer une personne. La charité n’est pas une idée mais une présence mutuelle habitée par Celui qui donne la vie.