Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Abbaye de Tamié
Navigation

Billet du jour, mardi 21 août

Ez 28, 1-10

La parole du Seigneur me fut adressée : « Fils d’homme, tu diras au prince de la ville de Tyr : Ainsi parle le Seigneur Dieu : Ton cœur s’est exalté et tu as dit : “Je suis un dieu, j’habite une résidence divine, au cœur des mers.”

Pourtant, tu es un homme et non un dieu, toi qui prends tes pensées pour des pensées divines. Tu serais donc plus sage que Daniel, il n’y aurait pas de secret trop profond pour toi ? Par ta sagesse et ton intelligence tu as fait fortune, tu as accumulé l’or et l’argent dans tes trésors. Par ton génie du commerce, tu as multiplié ta fortune, et à cause de cette fortune ton cœur s’est exalté.

C’est pourquoi, ainsi parle le Seigneur Dieu : Parce que tu prends tes pensées pour des pensées divines, je fais venir contre toi des barbares, une nation redoutable. Ils tireront l’épée contre ta belle sagesse, ils profaneront ta splendeur. Ils te feront descendre dans la fosse et tu mourras au cœur des mers, d’une mort violente. Oseras-tu dire encore devant tes meurtriers : “Je suis dieu” ? Sous la main de ceux qui te transperceront, tu seras un homme et non un dieu. Tu mourras de la mort des païens incirconcis, par la main des barbares. Oui, moi, j’ai parlé, – oracle du Seigneur Dieu. »

 

 

 

 

Il y a dans ces quelques lignes un constat si trivial qu’on ose à peine le relever : nos volontés de puissance sont toujours dérisoires.

Certes, nous pouvons avoir l’impression de dominer le monde par nos astuces, mais tôt ou tard, il se trouvera toujours un plus futé que nous qui trouvera la faille non repérée pour mettre à mal notre ouvrage.

Nous ne sommes que de passage.

Seul celui qui nous a donné de vivre peut aussi nous faire vivre pour toujours. C’est trop évident pour que nous y prêtions attention… A moins de développer une autre finesse, qui regarde toutes choses avec délicatesse, comme le signe d'une présence.