Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Abbaye de Tamié
Navigation

Billet du jour, mardi 7 novembre

Lc 14, 15-24

Un jour de sabbat, Jésus était entré dans la maison d’un chef des pharisiens pour y prendre son repas. En entendant parler Jésus, un des convives lui dit : « Heureux celui qui participera au repas dans le royaume de Dieu ! »

Jésus lui dit : « Un homme donnait un grand dîner, et il avait invité beaucoup de monde. À l’heure du dîner, il envoya son serviteur dire aux invités : “Venez, tout est prêt.” Mais ils se mirent tous, unanimement, à s’excuser. Le premier lui dit : “J’ai acheté un champ, et je suis obligé d’aller le voir ; je t’en prie, excuse-moi.” Un autre dit : “J’ai acheté cinq paires de bœufs, et je pars les essayer ; je t’en prie, excuse-moi.”

Un troisième dit : “Je viens de me marier, et c’est pourquoi je ne peux pas venir.” De retour, le serviteur rapporta ces paroles à son maître. Alors, pris de colère, le maître de maison dit à son serviteur : “Dépêche-toi d’aller sur les places et dans les rues de la ville ; les pauvres, les estropiés, les aveugles et les boiteux, amène-les ici.”

Le serviteur revint lui dire : “Maître, ce que tu as ordonné est exécuté, et il reste encore de la place.” Le maître dit alors au serviteur : “Va sur les routes et dans les sentiers, et fais entrer les gens de force, afin que ma maison soit remplie. Car, je vous le dis, aucun de ces hommes qui avaient été invités ne goûtera de mon dîner.” »

 

 

L’invitation dont Jésus a bénéficié est l’occasion d’un long enseignement, relancé chaque fois par une nouvelle facette de l’événement. La vanité des uns, le côté intéressé des autres. Et cette fois, bizarrement une possible mauvaise volonté, évoquée au moment même où la maison de celui qui a convié Jésus est remplie.

Mais il faut s’interroger : de qui est-elle remplie ? Ceux qui sont là sont-ils vraiment là ? De tout leur cœur ? ou ne font-ils que de la figuration ?

Le maître, lui, est désireux d’offrir largement. Percevoir ce grand désir nous laissera une chance de laisser grandir le nôtre : nous sommes vraiment attendus.