Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Abbaye de Tamié
Navigation

Billet du jour, mardi 9 janvier

Mc 1, 21-28

Jésus et ses disciples entrèrent à Capharnaüm. Aussitôt, le jour du sabbat, Jésus se rendit à la synagogue, et là, il enseignait. On était frappé par son enseignement, car il enseignait en homme qui a autorité, et non pas comme les scribes.

Or, il y avait dans leur synagogue un homme tourmenté par un esprit impur, qui se mit à crier : « Que nous veux-tu, Jésus de Nazareth ? Es-tu venu pour nous perdre ? Je sais qui tu es : tu es le Saint de Dieu. » Jésus l’interpella vivement : « Tais-toi ! Sors de cet homme. »

L’esprit impur le fit entrer en convulsions, puis, poussant un grand cri, sortit de lui. Ils furent tous frappés de stupeur et se demandaient entre eux : « Qu’est-ce que cela veut dire ? Voilà un enseignement nouveau, donné avec autorité ! Il commande même aux esprits impurs, et ils lui obéissent. » Sa renommée se répandit aussitôt partout, dans toute la région de la Galilée.

 

 

Le livre de Josué, nom de même racine que celui de Jésus, raconte la conquête de la Terre Sainte. Tout l’espace sera gagné par ce petit groupe qui parcourt le pays de long en large.

Ici, l’arme de la conquête est une parole face à laquelle il faut bien que le mal sorte de sa cachette et se dévoile. Il aurait fallu s’en douter : il est précisément là où on ne l’attend pas. Car le mal n’est pas l’opposé du bien mais la corruption atteignant ceux qui sont destinés à la bonté. Ceux qui comptent sur leur bonne volonté sous-estiment leur vulnérabilité et sont dans l’illusion. Et quand ils ont la prétention d’en remontrer aux autres, ils sont ridicules. Et nous passons tous peu ou prou par ce travers.