Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Abbaye de Tamié

Billet du jour, mercredi 18 avril

Ac 8, 1b-8

Après la mort d’Etienne, une violente persécution éclata contre l’Église de Jérusalem.

Tous se dispersèrent dans les campagnes de Judée et de Samarie, à l’exception des Apôtres. Des hommes religieux ensevelirent Étienne et célébrèrent pour lui un grand deuil. Quant à Saul, il ravageait l’Église, il pénétrait dans les maisons, pour en arracher hommes et femmes, et les jeter en prison. Ceux qui s’étaient dispersés annonçaient la Bonne Nouvelle de la Parole là où ils passaient.

C’est ainsi que Philippe, l’un des Sept, arriva dans une ville de Samarie, et là il proclamait le Christ. Les foules, d’un même cœur, s’attachaient à ce que disait Philippe, car elles entendaient parler des signes qu’il accomplissait, ou même les voyaient. Beaucoup de possédés étaient délivrés des esprits impurs, qui sortaient en poussant de grands cris. Beaucoup de paralysés et de boiteux furent guéris. Et il y eut dans cette ville une grande joie.

 

 

 

Cette dispersion ne ressemble pas à une dispersion mais à une éclosion : le meurtre provoque la transmission de la parole plus loin encore.

Et dans sa colère, Dieu prépare sa vengeance

Habilement, Luc nous présente Paul en pleine activité : paradoxalement, la violence qu’il déploie est aussi au service de la parole, mais il ne n’est pas promis à une punition sévère. Car chez le persécuteur lui-même, les choses mûrissent sans qu’on ne puisse rien en percevoir de l’extérieur. Il ne sera pas mis à mort, ce qui est désormais le privilège des innocents mais il changera. Voilà comment Dieu exerce sa vengeance.