Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Abbaye de Tamié
Navigation

Billet du jour, mercredi 8 février

Mc 7, 14-23

Appelant de nouveau la foule, il lui disait : « Écoutez-moi tous, et comprenez bien. Rien de ce qui est extérieur à l’homme et qui entre en lui ne peut le rendre impur. Mais ce qui sort de l’homme, voilà ce qui rend l’homme impur. »

Quand il eut quitté la foule pour rentrer à la maison, ses disciples l’interrogeaient sur cette parabole.

Alors il leur dit : « Êtes-vous donc sans intelligence, vous aussi ? Ne comprenez-vous pas que tout ce qui entre dans l’homme, en venant du dehors, ne peut pas le rendre impur, parce que cela n’entre pas dans son cœur, mais dans son ventre, pour être éliminé ? »

C’est ainsi que Jésus déclarait purs tous les aliments.

Il leur dit encore : « Ce qui sort de l’homme, c’est cela qui le rend impur. Car c’est du dedans, du cœur de l’homme, que sortent les pensées perverses : inconduites, vols, meurtres, adultères, cupidités, méchancetés, fraude, débauche, envie, diffamation, orgueil et démesure. Tout ce mal vient du dedans, et rend l’homme impur. »

 

Aux reproches de ses opposants, Jésus répond en citant cette liste de vices que n’aurait pas désavouée un philosophe païen du Ier siècle.

Jésus est-il en train de troquer les signes de l’alliance pour une sagesse rationaliste ?

L’épisode qui suit celui-ci (la liturgie le lira demain mais on peut le faire dès maintenant) ne va pas dans ce sens.

Mais Jésus rappelle que l’alliance suppose précisément d’être responsable et de répondre de ses faits et gestes plutôt que de se réfugier dans des rites vidés de toute implication personnelle. C’était déjà le combat des prophètes. Et pour finir, la question du pur et de l’impur n’est pas balayée. Mais les questionneurs, ceux qui demandaient pourquoi les disciples ne suivent pas certaines pratiques, sont questionnés sur leur probité. Une question qui peut toujours se poser de nos jours.