Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Abbaye de Tamié

Billet du jour, samedi 11 février

Mc 8, 1-10

En ces jours-là, comme il y avait de nouveau une grande foule, et que les gens n’avaient rien à manger, Jésus appelle à lui ses disciples et leur dit : « J’ai de la compassion pour cette foule, car depuis trois jours déjà ils restent auprès de moi, et n’ont rien à manger. Si je les renvoie chez eux à jeun, ils vont défaillir en chemin, et certains d’entre eux sont venus de loin. »

Ses disciples lui répondirent : « Où donc pourra-t-on trouver du pain pour les rassasier ici, dans le désert ? » Il leur demanda : « Combien de pains avez-vous ? » Ils lui dirent : « Sept. »

Alors il ordonna à la foule de s’asseoir par terre. Puis, prenant les sept pains et rendant grâce, il les rompit, et il les donnait à ses disciples pour que ceux-ci les distribuent ; et ils les distribuèrent à la foule. Ils avaient aussi quelques petits poissons, que Jésus bénit et fit aussi distribuer.

Les gens mangèrent et furent rassasiés. On ramassa les morceaux qui restaient : cela faisait sept corbeilles. Or, ils étaient environ quatre mille. Puis Jésus les renvoya.

Aussitôt, montant dans la barque avec ses disciples, il alla dans la région de Dalmanoutha.

 

 

L’ouverture de ce texte donne le sentiment d’une profonde confusion : la foule afflue, personne ne maîtrise plus rien ni ne sait quoi faire.

Mais tout le monde est suspendu à la parole de Jésus.

Les conditions sont parfaitement remplies pour qu’il fasse ce qui est au cœur de sa mission : tout remettre entre les mains du Père.

Et ce pain rompu nourrit la foule, comme au désert autrefois. Comme aujourd’hui encore pour nous : comme la femme syro-phénicienne beaucoup de membres des sept nations de cette région ont eu part au pain des enfants. Et cela continue pour tous ceux qui croient en Jésus, même s’ils ne sont pas de son peuple.