Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Abbaye de Tamié
Navigation

Billet du jour, samedi 12 août

Mt 17, 14-20

Quand Jésus et ses disciples eurent rejoint la foule, un homme s’approcha de lui, et tombant à ses genoux, il dit : « Seigneur, prends pitié de mon fils. Il est épileptique et il souffre beaucoup. Souvent il tombe dans le feu et, souvent aussi, dans l’eau. Je l’ai amené à tes disciples, mais ils n’ont pas pu le guérir. »

Prenant la parole, Jésus dit : « Génération incroyante et dévoyée, combien de temps devrai-je rester avec vous ? Combien de temps devrai-je vous supporter ? Amenez-le-moi. »

Jésus menaça le démon, et il sortit de lui. À l’heure même, l’enfant fut guéri.

Alors les disciples s’approchèrent de Jésus et lui dirent en particulier : « Pour quelle raison est-ce que nous, nous n’avons pas réussi à l’expulser ? » Jésus leur répond : « En raison de votre peu de foi. Amen, je vous le dis : si vous avez de la foi gros comme une graine de moutarde, vous direz à cette montagne : “Transporte-toi d’ici jusque là-bas”, et elle se transportera ; rien ne vous sera impossible. »

 

 

Juste avant l’épisode raconté ici, il y avait la transfiguration, qui évoque ce que l’anthropologie religieuse classique considère comme la marque-même du phénomène religieux : la puissance impressionnante qui en impose à la misère humaine.

Mais avec Jésus, cette impression est subvertie. Elle est directement référée à la perspective de la croix d’une part, elle est suivie de cet épisode de libération d’autre part. Jésus ne reproche à ses disciples que le manque de foi qui les empêche d’aller au bout du geste de liberté qui s’offre aux hommes. Ils auront la tâche, tous faibles qu’ils sont de transmettre cette liberté-là.