Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Abbaye de Tamié

Billet du jour, samedi 17 mars

Jn 7, 40-53

Dans la foule, on avait entendu ses paroles, et les uns disaient : « C’est vraiment lui, le Prophète annoncé ! » D’autres disaient : « C’est lui le Christ ! » Mais d’autres encore demandaient : « Le Christ peut-il venir de Galilée ? L’Écriture ne dit-elle pas que c’est de la descendance de David et de Bethléem, le village de David, que vient le Christ ? » C’est ainsi que la foule se divisa à cause de lui.

Quelques-uns d’entre eux voulaient l’arrêter, mais personne ne mit la main sur lui.

Les gardes revinrent auprès des grands prêtres et des pharisiens, qui leur demandèrent : « Pourquoi ne l’avez-vous pas amené ? » Les gardes répondirent : « Jamais un homme n’a parlé de la sorte ! »

Les pharisiens leur répliquèrent : « Alors, vous aussi, vous vous êtes laissé égarer ? Parmi les chefs du peuple et les pharisiens, y en a-t-il un seul qui ait cru en lui ? Quant à cette foule qui ne sait rien de la Loi, ce sont des maudits ! »

Nicodème, l’un d’entre eux, celui qui était allé précédemment trouver Jésus, leur dit : « Notre Loi permet-elle de juger un homme sans l’entendre d’abord pour savoir ce qu’il a fait ? » Ils lui répondirent : « Serais-tu, toi aussi, de Galilée ? Cherche bien, et tu verras que jamais aucun prophète ne surgit de Galilée ! » Puis ils s’en allèrent chacun chez soi.

 

 

 

Emportés par leur obsession de la géographie, les grands prêtres et les pharisiens ne soupçonnent même pas que le Messie puisse venir de bien plus loin encore que ce qu’ils imaginent. Aveuglement de la bêtise… surtout quand elle devient méchante.

Et au passage, ils n’entendent même pas ce que leurs sbires, eux, ont compris : il y a des paroles qui font le poids et d’autres qui ne n’ancrent pas leur bonhomme dans sa position. La leur est de la deuxième catégorie. Ce sont les gardes qui le leur disent mais ils sont trop obtus pour avoir perçu que ça les rend ridicules.