Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Abbaye de Tamié
Navigation

Billet du jour, samedi 25 août

Ez 40, 1-4.43, 1-7a

La vingt-cinquième année de notre déportation, au début de l’année, le dix du mois, quatorze ans après la chute de la ville, en ce jour même, la main du Seigneur se posa sur moi. Il m’emmena là-bas. Dans des visions divines, il m’emmena en terre d’Israël ; il me déposa sur une très haute montagne, sur laquelle, au sud, il y avait comme les constructions d’une ville. Il m’emmena là-bas ; et voici : il y avait un homme ; son aspect était comme l’aspect du bronze. Il avait à la main une sorte de cordon de lin ainsi qu’une canne à mesurer. Il se tenait à la porte. L’homme me dit : « Fils d’homme, regarde de tes yeux, écoute de tes oreilles, sois attentif à tout ce que je te ferai voir, car c’est pour que tu puisses voir cela que tu as été amené ici. Tu raconteras à la maison d’Israël tout ce que tu vas voir. »

L’homme me conduisit vers la porte, celle qui fait face à l’orient ; et voici que la gloire du Dieu d’Israël arrivait de l’orient. Le bruit qu’elle faisait ressemblait au bruit des grandes eaux, et la terre resplendissait de cette gloire. Cette vision ressemblait à celle que j’avais eue lorsque le Seigneur était venu détruire la ville ; elle ressemblait aussi à la vision que j’avais eue quand j’étais au bord du fleuve Kebar.

Alors je tombai face contre terre. La gloire du Seigneur entra dans la Maison par la porte qui fait face à l’orient. L’esprit m’enleva et me transporta dans la cour intérieure : voici que la gloire du Seigneur remplissait la Maison. Et j’entendis une voix qui venait de la Maison, tandis que l’homme se tenait près de moi. Cette voix me disait : « Fils d’homme, c’est ici le lieu de mon trône, le lieu sur lequel je pose les pieds, et là je demeurerai au milieu des fils d’Israël, pour toujours. La maison d’Israël ne rendra plus impur mon saint nom ; ni elle, ni ses rois avec leurs débauches, ni les cadavres de ses rois avec leurs tombes.

 

 

 

 

Le lectionnaire termine sa traversée d’Ézéchiel au pas de course avec cette vision du temple nouveau.

Elle s’étend sur 7 chapitres avec la description de ce nouveau lieu de rencontre et du fleuve immense qui en coule au bord duquel poussent des arbres fantastiques.

Mais surtout, c’est la présence de Dieu qui rend ce lieu incomparable. En fait, elle est appelée à tout remplir et à devenir à elle seule la manifestation de Dieu. C'est la promesse de DIeu, mais elle appellera tout de même un vrai discernement pour comprendre comment cela peut se réaliser dans notre histoire humaine. tout le drame sera là : les prêtres croiront pouvoir assigner le Créateur à résidence. Ce n'est pas de cela qu'il s'agit !