Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Abbaye de Tamié
Navigation

Billet du jour, samedi 26 août

Mt 23, 1-12

Jésus s’adressa aux foules et à ses disciples, et il déclara : « Les scribes et les pharisiens enseignent dans la chaire de Moïse. Donc, tout ce qu’ils peuvent vous dire, faites-le et observez-le. Mais n’agissez pas d’après leurs actes, car ils disent et ne font pas. Ils attachent de pesants fardeaux, difficiles à porter, et ils en chargent les épaules des gens ; mais eux-mêmes ne veulent pas les remuer du doigt.

Toutes leurs actions, ils les font pour être remarqués des gens : ils élargissent leurs phylactères et rallongent leurs franges ; ils aiment les places d’honneur dans les dîners, les sièges d’honneur dans les synagogues et les salutations sur les places publiques ; ils aiment recevoir des gens le titre de Rabbi.

Pour vous, ne vous faites pas donner le titre de Rabbi, car vous n’avez qu’un seul maître pour vous enseigner, et vous êtes tous frères. Ne donnez à personne sur terre le nom de père, car vous n’avez qu’un seul Père, celui qui est aux cieux. Ne vous faites pas non plus donner le titre de maîtres, car vous n’avez qu’un seul maître, le Christ. Le plus grand parmi vous sera votre serviteur.

Qui s’élèvera sera abaissé, qui s’abaissera sera élevé. »

 

 

La vaine gloire est sans doute la forme de bêtise la mieux partagée au monde, l’endroit où se manifeste le plus clairement notre dépit de n’être pas le centre du monde, celui autour duquel tout tourne.

Il suffit qu’on nous nomme Mamamouchi pour nous trouver comblés d’aise.

Ce ne serait que ridicule si cela ne participait pas aussi, tragiquement, à ce jeu cruel de domination par lequel chacun accepte que l’humanité se divise en deux moitiés inégales : ceux qui écrasent et ceux qu’on écrase. Le Fils a pris le parti des seconds en devenant l’un d’entre eux et on ne peut pas le suivre si on lorgne encore du côté des m’as-tu-vu.