Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Abbaye de Tamié

Billet du jour, samedi 28 juillet

Jr 7, 1-11

Parole du Seigneur adressée à Jérémie : Tiens-toi à la porte de la maison du Seigneur, et là, tu proclameras cette parole, tu diras : Écoutez la parole du Seigneur, vous tous de Juda, vous qui entrez par ces portes pour vous prosterner devant le Seigneur. Ainsi parle le Seigneur de l’univers, le Dieu d’Israël : Rendez meilleurs vos chemins et vos actes : je vous ferai demeurer dans ce lieu. Ne faites pas confiance à des paroles de mensonge, en disant : « Temple du Seigneur ! Temple du Seigneur ! C’est ici le temple du Seigneur ! »

Si vraiment vous rendez meilleurs vos chemins et vos actes, si vraiment vous maintenez le droit entre un homme et son prochain, si vous n’opprimez pas l’immigré, l’orphelin ou la veuve, si vous ne versez pas, dans ce lieu, le sang de l’innocent, si vous ne suivez pas, pour votre malheur, d’autres dieux, alors, je vous ferai demeurer dans ce lieu, dans le pays que j’ai donné à vos pères, depuis toujours et pour toujours.

Mais voici, vous faites confiance à des paroles de mensonge qui ne servent à rien.

Quoi ! Vous pouvez voler, tuer, commettre l’adultère, faire des faux serments, brûler de l’encens pour le dieu Baal, suivre d’autres dieux que vous ne connaissez pas ; et ensuite, dans cette Maison sur laquelle mon nom est invoqué, vous pouvez vous présenter devant moi, en disant : « Nous sommes sauvés » ; et vous faites toutes ces abominations ! Est-elle à vos yeux une caverne de bandits, cette Maison sur laquelle mon nom est invoqué ? Pour moi, c’est ainsi que je la vois – oracle du Seigneur.

 

 

Jérémie entonne ici une diatribe contre l’usage du temple que Jésus reprendra après lui.

Les plus fervents de ceux qui fréquentent le temple se conduisent fort mal dès qu’il est question d’affaire ou de plaisir, sans compter le sacrifice à des divinités qui n’ont d’ailleurs aucune raison de bénéficier de plus de considération authentique que le Dieu d’Israël. Elles aussi seront lâchées en rase campagne en cas de besoin.

L’avertissement est toujours bon à entendre : tout service, fût-ce le plus noble, risque de devenir un autogratification si on ne veille pas à respecter cette loi qui indique le chemin de la justice. En fait, le culte ne peut pas être un acte magique qui nous dispenserait de nous engager personnellement dans la fidélité.