Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Abbaye de Tamié
Navigation

Billet du jour, vendredi 2 novembre, commémoraison des fidèles défunts

Rm 8, 31-39

Frères, Si Dieu est pour nous, qui sera contre nous ? Il n’a pas épargné son propre Fils, mais il l’a livré pour nous tous : comment pourrait-il, avec lui, ne pas nous donner tout ?

Qui accusera ceux que Dieu a choisis ? Dieu est celui qui rend juste : alors, qui pourra condamner ?

Le Christ Jésus est mort ; bien plus, il est ressuscité, il est à la droite de Dieu, il intercède pour nous : alors, qui pourra nous séparer de l’amour du Christ ? la détresse ? l’angoisse ? la persécution ? la faim ? le dénuement ? le danger ? le glaive ? Mais, en tout cela nous sommes les grands vainqueurs grâce à celui qui nous a aimés.

J’en ai la certitude : ni la mort ni la vie, ni les anges ni les Principautés célestes, ni le présent ni l’avenir, ni les Puissances, ni les hauteurs, ni les abîmes, ni aucune autre créature, rien ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu qui est dans le Christ Jésus notre Seigneur.

 

 

 

 

Au soir de nos vies, nous pouvons craindre de ne pouvoir présenter qu’un bilan médiocre. Voire misérable.

Mais Dieu ne nous demande pas de faire ce que l’on fait en face d’un investisseur : présenter un bilan.

Il ne nous demande qu’une chose : croire à sa miséricorde et nous en remettre à lui entièrement.

Cela veut dire lâcher tous ces jouets où nous mettons notre confiance. Ceux dont nous sommes fiers comme ceux dont nous ne sommes vraiment pas fiers. Notre seule planche de salut, c’est de consentir à ce dépouillement qui nous laisse nus face à notre créateur.