Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Abbaye de Tamié

Billet du jour, vendredi 4 mai

Ac 15, 22-31

Les Apôtres et les Anciens décidèrent avec toute l’Église de choisir parmi eux des hommes qu’ils enverraient à Antioche avec Paul et Barnabé. C’étaient des hommes qui avaient de l’autorité parmi les frères : Jude, appelé aussi Barsabbas, et Silas.

Voici ce qu’ils écrivirent de leur main : « Les Apôtres et les Anciens, vos frères, aux frères issus des nations, qui résident à Antioche, en Syrie et en Cilicie, salut ! Attendu que certains des nôtres, comme nous l’avons appris, sont allés, sans aucun mandat de notre part, tenir des propos qui ont jeté chez vous le trouble et le désarroi, nous avons pris la décision, à l’unanimité, de choisir des hommes que nous envoyons chez vous, avec nos frères bien-aimés Barnabé et Paul, eux qui ont fait don de leur vie pour le nom de notre Seigneur Jésus Christ.

Nous vous envoyons donc Jude et Silas, qui vous confirmeront de vive voix ce qui suit : L’Esprit Saint et nous-mêmes avons décidé de ne pas faire peser sur vous d’autres obligations que celles-ci, qui s’imposent : vous abstenir des viandes offertes en sacrifice aux idoles, du sang, des viandes non saignées et des unions illégitimes. Vous agirez bien, si vous vous gardez de tout cela. Bon courage ! »

On laissa donc partir les délégués, et ceux-ci descendirent alors à Antioche. Ayant réuni la multitude des disciples, ils remirent la lettre. À sa lecture, tous se réjouirent du réconfort qu’elle apportait.

 

 

Les exégètes ne manquent pas de faire remarquer que derrière la banalité apparente des recommandations, il y a une exigence qui n’est pas mince. En pratique, ces restrictions étaient difficile à suivre ds une société où les viandes sacrifiées finissaient à la boucherie.

Mais un pas décisif est tout de même franchi : il ne s’agit plus de sceller une identité d’appartenance dans des pratiques rituelles.

C’est la foi au Christ qui scelle l’intégration dans la communauté. Et désormais chacun se trouve plus radicalement encore renvoyé à cette question de ce qui intérieurement nous fonde.